Archives du mot-clé Violette Nozière

Violette Nozière, la fleur du mal ( une histoire des années 30) – Anne-Emmanuelle Demartini

Parution du livre le 7 septembre 2017 – Un soir d’été de 1933, à Paris, Violette Nozière, âgée de 18 ans, empoisonne ses parents. Parricide, inceste, poison : le fait divers sensationnel, modelé par les médias, a tout d’une tragédie moderne. L’enquête tient en haleine une opinion que le crime hors-norme promène dans le logis ouvrier, sur les trottoirs de la capitale, parmi les femmes vénéneuses et les parents indignes, dans la jeunesse perdue et les élites pourries. Se dessine la « fleur du mal », sombre icône du conflit de générations dans une France en crise. Condamnée à mort, la criminelle sera graciée et finalement réhabilitée. Ce livre propose une manière de faire de l’histoire avec une affaire judiciaire, dépliée dans toutes ses dimensions. Jamais la micro-histoire n’aura autant révélé l’imaginaire social et sa dynamique.

Tragédie eschyléenne dans le Paris des années trente, drame de l’ascension sociale dans une famille ouvrière aspirant à la classe moyenne, forfait illustrant l’éternel danger des empoisonneuses hypocrites et cruelles, histoire édifiante de la chute d’une jeune fille émancipée qui transgressait les normes de la féminité, drame privé éclairant le conflit de générations dans une France vieillissante : autant de lectures qui ont conféré à Violette Nozière, née pendant la Grande Guerre, adolescente au temps des années folles, parricide aux sombres heures de la crise économique, une dimension symbolique ( « la fleur du mal de notre époque »).

Normalienne, agrégée d’histoire, Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 13. Ses travaux portent sur les sensibilités et les imaginaires sociaux contemporains explorés à partir d’itinéraires individuels, de l’exception et de la transgression : criminel(le)s, monstres, affaires judiciaires, etc.

Elle est l’auteure de L’Affaire Lacenaire (Aubier, 2001) et a co-dirigé plusieurs ouvrages comme Monstre et imaginaire social (Créaphis, 2008).

Éditions Champ Vallon

Histoires de procès : Violette Nozière, l’empoisonneuse parricide

20 Minutes » exhume les archives de procès devenus mythiques ou tombés dans l’oubli..

Tout l’été, 20 Minutes revient sur les grands procès du début du 20e siècle en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France. Aujourd’hui, l’affaire Violette Nozière, une jeune parisienne jugée en octobre 1934 à l’âge de 19 ans pour le meurtre de son père et la tentative de meurtre de sa mère.

Pour en savoir plus lire le billet d’Hélène Sergent publié le 10 août 2017 sur le site 20minutes.fr/societe

L’affaire Violette Nozière (1/3)

917-00

1934, la presse se déchaîne. Violette Nozière est condamnée à mort pour parricide.

Premier volet de la série sur l’affaire Violette Nozière

En 1934, une jeune parricide de 18 ans est condamnée à mort à l’issue d’un procès qui a déchaîné la presse et l’opinion.

« Condamnée à mort ». Le 13 octobre 1934, la sentence s’inscrit en grosses lettres à la une des journaux français, comme ici dans Paris-Soir. 

C’est l’épilogue (provisoire) d’une affaire qui vient de défrayer la chronique des mois durant. À 18 ans, Violette Nozière est jugée pour avoir empoisonné son père et tenté d’empoisonner sa mère. La jeune femme accuse son père d’incestes répétés. « Sa mort seule pouvait me délivrer de lui« , déclarera-t-elle.

L’opinion est sous le choc. Dans le contexte d’affrontement entre droite et gauche, l’affaire est très vite au centre des débats. La droite voit dans Violette Nozière le symbole d’une jeunesse d’après-guerre dévoyée, fait appel à l’ordre moral et au retour des valeurs. La presse conservatrice se déchaîne, publiant une surenchère d’informations. Les tirages des quotidiens augmentent : Violette Nozière fait vendre.

Le 10 octobre 1934, le procès s’ouvre à Paris devant la cour d’assises de la Seine. La foule envahit le tribunal…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 5 février 2017 sur le site retronews

Enregistrer

Enregistrer

Violette Nozière

Accusée d’avoir tué son père car ce dernier l’avait violé, l’affaire Violette Nozière fut très suivie entre les deux guerres. Pourquoi ? Quelle est la chronologie de cette affaire ? Est ce que Violette Nozière fut condamnée ? Réponses dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Tout sur Violette Nozière en cliquant ici.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de 2000 ans d’Histoire

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Les camps français sous l’occupation