Archives du mot-clé Stéphane Aucante

123 – Portrait du jour : Stéphane Aucante, l’auteur de Naplouse, Palestine – Portraits d’une occupation

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

« … Pendant ces trois années où j’ai travaillé et vécu à Naplouse, j’ai croisé, côtoyé, été confident parfois d’hommes et de femmes qui vivent chacun à leur manière l’occupation israélienne : avec distance, avec effroi, avec humour aussi, mais toujours avec une profonde humanité… »

De ces rencontres j’ai donc tiré 21 portraits que j’ai rassemblés sous le titre : « Naplouse, Palestine – Portraits d’une occupation »; le livre est donc paru aux éditions Dacres (Collection Reflets de Dacres (23 juillet 2018)… »

Pour son 123ème portrait du jour, et, pour débuter l’année 2019, la rédaction du carnet criminocorpus reçoit  Stephane Aucante pour la parution de son livre Naplouse, Palestine-Portraits d’une Occupation.

Stéphane Aucante a d’abord fait carrière dans l’audiovisuel, réalisé des courts métrages, écrit pour la télévision. Au début des années 2000, il a entamé un parcours en France de directeur de lieux ou d’événements culturels, tout en signant des adaptations et des mises en scène théâtrales, et en écrivant quelques chansons pour des spectacles musicaux. La direction déléguée de l’Institut français de Naplouse aura été son premier poste à l’étranger, et Naplouse, Palestine est son premier livre édité.

Bienvenue sur notre site. Ph.P.

 

 

« Bonsoir. Nathalie Gendreau, publié par le même éditeur que moi, a bien voulu me conseiller de vous contacter afin de vous dire un mot de mon premier livre (à 50 ans…), « Naplouse, Palestine – Portraits d’une occupation ». Ce livre, je l’ai écrit entre septembre 2015 à juillet 2018, période où j’ai été directeur de l’Institut français de Naplouse (en Nord-Cisjordanie) avant que ce lieu emblématique de la ville soit fermé cet été pour raisons de sécurité.

Pendant ces trois années où j’ai travaillé et vécu à Naplouse, j’ai croisé, côtoyé, été confident parfois d’hommes et de femmes qui vivent chacun à leur manière l’occupation israélienne : avec distance, avec effroi, avec humour aussi, mais toujours avec une profonde humanité.

De ces rencontres j’ai donc tiré 21 portraits que j’ai rassemblés sous le titre : « Naplouse, Palestine – Portraits d’une occupation »; le livre est donc paru aux éditions Dacres : http://www.dacres.fr/livre_naplouse_palestine.html

Ce livre n’est pas celui d’un spécialiste mais seulement d’un homme ému, séduit, interpellé par d’autres concitoyens du monde ; je souhaiterais donc pouvoir le partager autant avec des lecteurs qui connaissent « le terrain » qu’avec d’autres qui vont le découvrir à travers les yeux de mes 21 héros quotidiens.

La Palestine est plus que jamais d’actualité dans les médias, mais rares sont les reportages sur place, comme par exemple à Naplouse, plongée dans une réalité trop mal connue (tant nous sommes happés en priorité par les images de guerre du conflit israélo-palestinien) que j’ai découverte, jour après jour, en Français arrivé là sans a-priori, dans un seul but culturel.

J’espère sincèrement que ce témoignage de première main pourra vous intéresser et qu’il sera possible de collaborer d’une manière ou d’une autre. Dans tous les cas, que vous parliez du livre autour de vous serait déjà beaucoup pour moi, qui suis donc publié pour la première fois, et je vous en remercie d’avance … »