Archives du mot-clé Rochambelle

Arlette Ratard, la Rochambelle des Sables d’Olonne, s’est éteinte au Brésil

« J’ai de bons souvenirs de cette époque mais aussi de plus douloureux »racontait-elle en 2013. « Je me souviens que l’on rigolait beaucoup. Comme les femmes n’étaient pas bien vues par tous, on nous avait collées au début aux légumes. Mais comme on chantait, même les colonels se retrouvaient avec nous pour rigoler. Bien sûr, on essayait aussi de nous humilier et on nous faisait marcher au pas au milieu des hommes. Un autre souvenir cocasse : lors de la première attaque, une des ambulances a pris feu. Je me souviendrai toujours du spectacle surréaliste de ces deux infirmières en soutien-gorge et petite culotte essayant d’éteindre l’incendie ! »

Arlette Ratard était l’une des dernières Rochambelles, ces conductrices ambulancières de la 2e division blindée du général Leclerc. Celle qui a longtemps vécu aux Sables d’Olonne s’est éteinte le 30 décembre au Brésil où elle avait rejoint l’un de ses fils.

Elle avait 99 ans et vivait au Brésil. Arlette Ratard, née Hautefeuille, est morte au Brésil, le 30 décembre, après avoir longtemps vécu aux Sables d’Olonne, ville d’où était originaire son père Charles, un ancien de la Première guerre mondiale qui a survécu au torpillage du bateau sur lequel il se trouvait en février 1918.

C’est le site « les filles de la DB » qui l’a annoncé. L’an dernier, en avril, Raymonde Jeanmougin, une autre Rochambelle, était décédée à Paris…

Pour en savoir plus sur le site de Ouest France

 

Lucie Deplancke. Rochambelle

Lucie Deplancke. Rochambelle. En 1943, Lucie, une parisienne, vit au Maroc. Elle y tient une boutique de vêtements. Son mari est aviateur et au front. Elle décide de tout quitter pour rejoindre le groupe d’infirmières des rochambelles, nouvellement créé. Elle sera conductrice d’ambulance. Elle débarque en France en août, libère Paris et prend la route de l’est. Le 31 octobre 1944, c’est le drame. Alors que Edith Schaller, sa coéquipière descend de l’ambulance pour traiter des blessés du 501eme RCC, aux environs d’Hablainville, Lucie et l’ambulance Gargamelle 2 sautent sur une mine. Le véhicule se retourne comme une crêpe. Lucie est grièvement blessée (pas loin d’elle le caporal Louis Fleuret meurt sur le coup). Elle ne pourra poursuivre sa mission. Extraite de l’ambulance elle aura la force de dire : : « Ma pauvre bagnole! Je vais me faire engueuler par Toto » (allias Suzanne Torrès, officier second des rochambelles).

On retrouvera Lucie en Indochine. Elle est morte en 1985.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain

J’étais une Rochambelle – Raymonde Jeanmougin

J’étais une Rochambelle – Interview de madame Raymonde Jeanmougin Rochambelle de la 2eme DB par Pauline Brunet, sous la direction de Pierre-François Boselli. Film et montage : Emilien Pépin. Cette interview a été réalisé dans le cadre d’un hommage rendu aux Rochambelles sur le salon Vivre l’Histoire, organisé par la société H-Events. Paris, Espace Champerret – 12-14 Février 2016

J’étais une Rochambelle – Raymonde Jeanmougin – YouTube

Les Rochambelles furent une unité d’infirmières volontaires engagées au combat lors de la libération de l’Europe et l’une des deux seules unités féminines à être engagées sur le front européen.

Tout a commencé avec Florence Conrad, infirmière à la Croix Rouge pendant la première guerre mondiale. Cette américaine francophile de 57 ans veut absolument prendre part à la seconde guerre mondiale à sa façon et décide de créer son unité d’infirmières.

Dès le départ, les Rochambelles c’est une histoire de femmes, puisque c’est auprès de riches américaines qu’elle trouve les fonds nécessaires à l’achat de 19 ambulances flambant neuves de marque Dodge. Elle réussit ensuite par son énergie et sa détermination à convaincre 14 françaises habitant New York à se lancer dans l’aventure…

Pour lire l’intégralité de cet article, sur le lien suivant :

Les Rochambelles, une histoire de femmes

J’étais une Rochambelle – Raymonde Jeanmougin – YouTube

Florence Conrad, Rochambelle. Les femmes dans la division Leclerc

Conférence #‎JournéeDelaFemme‬
Florence Conrad, Rochambelle.
Les femmes dans la division Leclerc
Samedi 5 mars à 10h

Au début de la guerre, Florence Conrad sert dans l’armée française en tant qu’ambulancière. Profondément patriote, elle refuse la voie de la collaboration et part pour les États Unis au début de l’année 1941. Elle mène de grandes campagnes de collecte de fonds auprès de riches New-yorkais qui lui permettent d’acheter 19 ambulances. Grâce à son énergie et sa volonté, elle rallie d’autres jeunes femmes patriotes pour constituer le groupe des Rochambelles. Elle parvient à faire intégrer ce groupe à la 2e DB du Général Leclerc en octobre 1943, fait exceptionnel car il est exclusivement constitué de femmes. Le dévouement de Florence Conrad pour la libération de la France lui vaudra de recevoir la légion d’Honneur et la Croix de Guerre 1945.

Entrée libre / réservation 01 40 64 39 44
http://museesleclercmoulin.paris.fr/ag…/conference-du-samedi

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles… Philippe PoissonEn savoir plus

Reconnaissance de la “mort en déportation” de Français dans des camps japonais