Archives du mot-clé Résistance

La Résistance et Juliette Gréco

 Par · 7 février 2017

 Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la chanteuse et actrice Juliette Gréco.

L’occasion pour le blog Crimino de revenir sur une période de la vie de cette grande dame : celle de la Résistance :

Juliette Gréco en 1954Juliette Gréco en 1954« Si Juliette Gréco n’a pas connu la rafle, sa mère, résistante, ainsi que sa sœur, ont été déportées au camp de Ravensbrück.Je me souviendrai toujours de cette journée de 1943, en Dordogne où nous habitions avec notre mère, une résistante très active qui faisait passer des familles juives en Espagne par le chemin de Bordeaux. J’avais 15 ans et je revenais du lycée avec ma sœur Charlotte, mon aînée de deux ans et demi. En arrivant, nous trouvons la maison dévastée.

Aucune trace de maman mais tous les tiroirs, les objets, les lettres sont éparpillés sur le sol. Nous apprenons par une voisine que maman a été arrêtée dans l’après-midi et emmenée directement à la Gestapo de Périgueux. Ma sœur et moi décidons de nous y rendre. Nous lui préparons une valise avec des vêtements chauds et, dans ma naïveté, je lui confectionne même un gâteau! A la Gestapo, nous sommes reçues par un gradé qui prend la valise, nous pose tout un tas de questions et nous laisse repartir.

Dans la rue, nous avons l’impression d’être suivies. Nous nous nous mettons à courir comme des folles en direction de la gare et sautons dans le premier train. Il allait en direction de Paris. Dans un des wagons, nous reconnaissons l’homme qui nous suivait dans la rue. Nous faisons comme si de rien n’était… »

Pour en savoir plus voir le billet publié  sur le site de Paris Match| Publié le 08/03/2010 à 18h25 Propos recueillis par Caroline Rochmann Paris Match

Juliette GRECO l’adolescence pendant la guerre – Vidéo Ina.fr

Juliette GRECO à propos de sa soeur et sa mère – Vidéo Ina.fr

Juliette GRECO à propos de ses retrouvailles avec sa soeur et sa … – Ina

Juliette GRECO à propos de son emprisonnemen pendant la guerre …

16472841_1240226999348400_5408289527030608011_nDans la France d’après-guerre, elle côtoie Simone de Beauvoir, Boris Vian, Miles Davis et Jean-Paul Sartre. Ce dernier lui écrit sa première chanson « La Rue des Blancs-Manteaux ». Son premier album « Je suis comme je suis » écrit par Jacques Prévert et Joseph Kosma sort en 1951.

En parallèle, elle mène une carrière d’actrice qui débute avec des seconds rôles comme dans « Orphée » de Jean Cocteau (1951). Puis elle se rend à Hollywood, pour y interpréter quelques rôles dans des films tels que « Les Racines du ciel » de John Huston avec Errol Flynn et Orson Welles (1958). A son retour en France elle rencontre Serge Gainsbourg qui lui écrit une dizaine de chansons dont « La Javanaise » (1963). Son rôle dans la série « Belphégor » (1965) et son tube « Déshabillez-moi » (1968) font d’elle une des artistes préférées des français.

Elle est nommée chevalier de la légion d’honneur le 23 octobre 1984, Officier de la Légion d’honneur en 2003, Commandeur de l’Ordre national de la Légion d’honneur en 2012 et Grand officier de l’ordre national du mérite en 2015. © Photographie Sam Lévin

Enregistrer

Enregistrer

Élise Rivet, Juste parmi les nations

Élise Rivet, devenue Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie, (1890 – 1945) est une religieuse catholique, membre de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une Juste parmi les nations.

Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie

Elise RivetFille d’un officier de la marine, Élise Rivet nait le 19 janvier 1890 à Draria, en Algérie. A vingt ans, elle vient en France. En 1913, à 23 ans, elle rejoint la communauté de sœurs infirmières de Notre-Dame de Compassion à Lyon, couvent dont elle devient mère supérieure en 1933. Elle prend alors le nom de Mère Marie Élisabeth de l’Eucharistie.

Après la rapide défaite de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Elizabeth entre très vite en résistance. Elle cache des réfugiés, des juifs, des armes, des munitions dans son couvent et fournit de faux papiers à ceux qui en ont besoin. Le 24 mars 1944, son assistante Mère Marie Jésus et elle sont arrêtées sur dénonciation et interrogées par la Gestapo…

Pour en savoir plus voir le billet publié par /   sur le site histoireparlesfemmes

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 64 197

Rose Valland, résistance au musée

51x8rozkoqlParution du livre le 14 mars 2006 – Née dans un milieu modeste, Rose Valland (1898-1980) devient institutrice et étudiante aux Beaux-Arts de Lyon puis de Paris. Elle travaille, avec un statut précaire, au musée du Jeu de Paume à partir de 1932 et se retrouve seule, en 1940, lorsque les nazis occupent  » son musée  » pour y entreposer les œuvres d’art spoliées ou pillées qui doivent enrichir la collection personnelle de Hitler. Les propriétaires de ces œuvres volées sont pour la plupart juifs et beaucoup d’entre eux ne reviendront pas des camps. En communiquant à la Résistance les lieux de stockage des œuvres, Rose Valland a permis qu’ils soient épargnés des bombardements lors des combats à la fin de la guerre. Elle participe aussi à l’évacuation du patrimoine artistique public vers des cachettes situées dans l’Ouest et le Sud-Ouest de la France. Après guerre, elle rejoint l’armée en Allemagne pour assister aux récupérations et, jusqu’en 1953, aide à la reconstruction des musées de ce pays. En 1962, elle publie Sur le front de l’art, des mémoires qui seront adaptés au cinéma dans le film hollywoodien Le Train (1965). Cet ouvrage retrace, à partir de documents d’archives, de photographies et de récits divers, l’itinéraire d’une résistante méconnue que seule une association honore avec dynamisme et courage à Saint-Etienne -de-Saint- Geoirs (Isère).

Rose Valland – Vidéo Ina.fr

avt_corinne-bouchoux_3579Corinne Bouchoux est une historienne française, professeure certifiée en sciences économiques et sociales, diplômée de l’Institut d’Études politiques de Paris.

Après avoir été collaboratrice à Science et vie économie puis Alternatives économiques, elle a été enseignante dans le secondaire et chargée d’enseignement à l’Institut d’Études politiques de Paris (de 1989 à 2002 en Histoire contemporaine). Depuis septembre 2007 elle est, par détachement, ingénieure de recherche, en charge des formations et de la vie étudiante au centre d’Angers du groupe Agrocampus Ouest, une école publique d’ingénieurs du Ministère de l’agriculture.

Spécialiste de l’histoire des femmes en France et en Allemagne, elle collabore à Musea[1], musée virtuel d’histoire des femmes et du genre, édité par l’université d’Angers, pour lequel elle a conçu quatre expositions : « La citoyenne Marie Bonnevial (1841-1918) », « Rose Valland, sur le front de l’art », « Le Planning familial : 50 ans en affiches » (avec Bibia Pavard), exposition consacrée au Mouvement Français pour le Planning Familial et une exposition sur Yvette Roudy en affiches et photos avec Isabelle de Villard…

  • Éditeur : Geste Éditions
  • Collection : Archives de vies

 

Enregistrer

Enregistrer

« Thérèse Menot, à force de Résistance »

Therese_MENOT-49f15Elle ne mesurait même pas un mètre quarante, mais elle était une des plus grandes figures de la Résistance de la région.

Née en 1923, Thérèse Menot avait à peine 20 ans lorsqu’elle s’est engagée dans le mouvement Combat. Arrêtée sur dénonciation puis déportée à Ravensbrück d’où elle revint, elle n’a eu de cesse de transmettre son témoignage, notamment dans les établissements scolaires. Décédée en 2009, elle aurait eu 89 ans dans quelques jours.

Pour visionner la vidéo You Tube Thérèse Menot

En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Cécile Rol-Tanguy : « Je représente les résistantes qui ont été oubliées »

L’agente de liaison de la Résistance, Cécile Rol-Tanguy, était aux premières loges de la Libération de Paris. Soixante-dix ans après, la veuve du chef des FFI d’Île-de-France raconte ses années dans l’armée de l’ombre et souligne le rôle des femmes.

Dans la maison de famille des Rol-Tanguy, dans le Loir-et-Cher, le souvenir de la Résistance est omniprésent, dans la bibliothèque, sur les murs… Là, les nombreuses décorations d’Henri, chef des FFI (Forces françaises de l’intérieur) d’Île-de-France durant la Libération de Paris. Ici, une photographie prise devant la gare Montparnasse en août 1944 : « C’est une voiture de FFI du 14e arrondissement, le quartier d’Henri », précise non sans fierté sa veuve, Cécile Rol-Tanguy

Pour en savoir plus voir le billetdu  24 août 2014 publié par Stéphanie TROUILLARD  sur le site France 24

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Berty et les femmes

La bande dessinée est régulièrement tenue comme étant un moyen efficace pour amener un jeune public vers des sujets a priori peu attractifs et/ou complexes. Gageons que c’est le pari qu’ont souhaité relever Emmanuelle Pollack, Régis Hautière et Francis Laboutique, aidés du coloriste Ullcer et du dessinateur Domnok, avec cet album consacré à l’une des plus fameuses, et pourtant encore trop largement méconnue, héroïne de la Résistance : Berty Albrecht.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Erwan LE GALL sur le site En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Elérika Leroy, historienne et spécialiste de la résistance à Toulouse présentera son ouvrage François Verdier : L’honnête homme, le résistant, l’unificateur le lundi 30 mai à partir de 18h30 à la Librairie Les Passantes (Toulouse)

François-VerdierElérika Leroy historienne et spécialiste de la résistance à Toulouse présentera son ouvrage François Verdier : L’honnête homme, le résistant, l’unificateur le lundi 30 mai à partir de 18h30 à la Librairie Les Passantes dans le prolongement de la journée hommage aux résistants qui aura lieu à L’Union le 27 mai.

Ce livre est le premier ouvrage documenté consacré à l’une des figures majeures de la résistance dans le sud-ouest, #françoisverdier.

Elérika Leroy trace ici le portrait d’un homme engagé, passionné d’art, franc-maçon, fervent défenseur de la liberté. De son enfance ariégeoise à son exécution le 27 janvier 1944 en forêt de Bouconne, cet ouvrage met en lumière sa vie clandestine durant l’occupation, ses actions au sein de la résistance sous le pseudonyme de « Forain » et son intégrité quand, à l’instar de Jean Moulin, il fut incarcéré par la Gestapo, torturé durant 44 jours, sans révéler un seul des secrets qu’il détenait.

Pour ce titre l’auteur doit recevoir le 26 mai 2016 le Prix d’histoire Gratien Blanc décerné par l’Académie du Languedoc.