Archives du mot-clé prostitution

Les filles de joie

splendeursmiseresArchive du blog « Au cœur de l’Histoire » – Le musée d’Orsay propose en ce moment, et jusqu’au 17 janvier, une exposition intitulée : Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910. Franck Ferrand nous en parle, cet après-midi.

Il reçoit l’une des commissaires de l’exposition ainsi qu’une historienne des mœurs.

Ensemble, ils évoqueront les maisons closes de la Belle Époque – au sens large.

Dans son récit, Franck Ferrand nous raconte une histoire de prostitution qui se situe un peu plus près de nous, dans les années 1930.

Invitée(s) : Isolde Pludermacher, conservateur au Musée d’Orsay, commissaire de l’exposition Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910, Musée d’Orsay, 22 septembre 2015-17 janvier 2016 ; Gabrielle Houbre, maître de conférences en histoire des femmes du XIXe et XXe siècles, à l’université Paris 7,

Pour en savoir plus voir le billet publié le 16 octobre 2015 sur le site de l’émission Europe 1 Au cœur de l’Histoire

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles… Philippe Poisson – En savoir plus

Reconnaissance de la “mort en déportation” de Français dans des camps japonais

Des soldats noirs face au Reich – Les massacres racistes de 1940

Audience du 8 mars 1905 – Cour d’assises de la Somme – Session extraordinaire : l’honnête cambrioleur peut entrer en scène à Amiens

Journée d’étude : Quelle(s) histoire(s) des sensibilités ?, 14 mars 2016, Paris Ouest

Paris, capitale de la prostitution au XIXème siècle

Paris, capitale mondiale de la modernité mais aussi capitale de l’amour, ville du vice et considérée même comme le bordel de l’Europe. Sa réputation galante ne fait que s’amplifier tout au long du siècle dans un nouveau décor haussmanien : destruction des quartiers ouvriers centraux et changement d’échelle dans la façon de penser l’aménagement de la ville. Quelles sont les nouveaux lieux de plaisir alors que la disparition des galeries de bois du Palais-Royal mettent fin à sa primauté érotique pour laisser place sous la monarchie de Juillet et le Second empire au succès des plaisirs offerts par les Grands Boulevards ?

La sélection France Culture est composé d’émissions réécoutables et podcastables de France Culture, sélectionnées dans tous les domaines susceptibles de répondre directement aux besoins des étudiants: sciences, philosophie, droit, économie … mais aussi de répondre à leurs attentes en matière d’actualité culturelle, de débat d’idées et de société …

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site France Culture webcampus

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

La prostitution en France au XIXe siècle

Archive du blog La Marche de l’Histoire – Depuis 1946 , la loi ne cesse  d’intervenir dans le champ de la prostitution, avec comme horizon d’attente son abolition. Au XIXe, les régimes successifs s’en tenaient, tranquilles comme Baptiste, à ce qu’ils nommaient le réglementarisme. Il fallait que les filles se soumettent à une inscription et à l’application de textes sensés protéger la santé et la tranquillité publiques, les maisons closes étaient encouragées puisqu’elles contenaient ce qui était  inévitable, hélas.

Le parrain de ce système, c’était Parent-Duchatelet. De ses enquêtes sociologiques empiriques, il  avait titré la conclusion que les bas instincts de l’homme, ses « entraînements génésiques », ne pouvaient être réprimés. Il leur fallait des défouloirs. Mais, en grand médecins hygiéniste qu’il était, Parent-Duchatelet estimait que les femmes destinées à tenir ce rôle devaient être contrôlées et surtout ne pas se disséminer…

Invitée de l’émission de Jean Lebrun du mardi 22 septembre 2015

Lola Gonzalez-Quijano : Chercheure associée à EHESS

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter La Marche de l’Histoire

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

L’incarcération des jeunes : les colonies pénitentiaires au XIXème siècle

Les bordels nazis, le tabou de la Seconde Guerre mondiale

A l’occasion des 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 1945, revenons sur la double violence du système prostitueur forcé à l’intérieur des camps nazis. Les femmes qui sont « choisies » sont des prisonnières non-juives, dites « asociales » (dont des homosexuelles). Les nazis promettent, pour encourager certaines à se prostituer, d’être libérées au bout de 6 mois, ce qui ne sera évidement pas le cas. Elles sont destinées aux prisonniers non racisés, non juifs, les plus méritants, de manière à ne pas créer de solidarité entre ces derniers et d’augmenter le rythme de productivité. Des bordels sont spécialement destinés aux SS, d’autres pour les ouvriers des camps.

Encore une dimension de l’histoire concernant les femmes, qui est trop souvent tue, « dont la violence est minimisée pour rester concentrer sur l’horreur ».

Pour en savoir plus voir le billet publié par SANS COMPROMIS

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Gérard Noiriel : « L’historien doit sortir un peu de son cocon »

Madame Claude, la reine de la prostitution

Fernande Grudet alias Madame Claude est morte le 19 décembre dernier. Dans les années 60 – 70, elle était à la tête du plus célèbre réseau de prostitution de France. Ses clients étaient des rois, des princes, des politiques … (Crédit Image : MICHEL GANGNE / AFP).

invités :

Martine Monteil, à l’époque chef de la Brigade de Répression du Proxénétisme ; Claude Cancès, ancien chef de la PJ de Paris ; Francis Szpiner, avocat de Madame Claude.

Pour en savoir plus, accédez à la page de l’émission de Jacques Pradel : “L’heure du crime” en date du 8 janvier 2016 :

Madame Claude, reine de la prostitution

Lien utile sur le blog :

Madame Claude ou le Féminisme proxénète

Six anecdotes croustillantes du Paris libertin d’antan

030041-352x500Dans son Guide historique du Paris libertin qui vient de paraître aux éditions la Musardine, le journaliste spécialisé en urbanisme Marc Lemonier raconte comment la capitale a gagné ses galons de ville de tous les plaisirs. Des luxueux bordels aux sordides bas fonds, l’ouvrage mêle anecdotes en dentelle et grande Histoire, quartier par quartier. 6 Extraits de ces promenades nostalgiques… (Les photos sont extraites du fond du collectionneur Alexandre Dupouy de la librairie, Les Larmes d’Eros, spécialisée d’art érotique (Curiosa). 58, rue Amelot, 75011 Paris)

Pour lire l’intégralité de cet article sur le site « Paris Derrière », voyez le lien suivant :

Paris libertin d’antan

 » Femmes de réconfort »: un accord insatisfaisant pour les victimes.

Article repéré sur le site « Le fil d’actus de l’association Memorial98 »

Un aspect souvent méconnu de l’histoire de la 2e guerre mondiale aurait-il enfin été officialisé par le gouvernement japonais actuel? Il s’agit des » Femmes de réconfort ». Ce terme constitue un euphémisme employé au Japon à propos des victimes du système d’esclavage sexuel de masse organisé à travers l’Asie par l’armée impériale japonaise, durant la Seconde Guerre mondiale. Les victimes veulent obtenir une reconnaissance pleine et complète et une réparation des crimes commis à leur encontre. – Albert Herszkowicz à La Fabrique de l’Histoire

Pour lire l’intégralité de cet article, voyez le lien suivant :

Femmes de réconfort

Lien utile :

Femmes de réconfort – Esclaves sexuelles de l’armée …