Archives du mot-clé Pétronille Rostagnat

117 – Portrait du jour : Pétronille Rostagnat alias « la fée noire du polar »

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

 » …  Son héroïne, Alexane, commandant à la brigade criminelle de Paris, a vu le jour en 2015, dans La Fée noire. Femme d’une quarantaine d’années qui essaye de jongler entre sa vie de flic, d’épouse et de mère, Alexane dirige un groupe au sein de la brigade criminelle, au 36 quai des Orfèvres, composé de cinq hommes que l’on retrouve à chaque enquête. Son mentor, David Menestrel, est le patron de la Crim’. Alexane est une femme de caractère, respectée par ses hommes, qui sait se battre pour eux. Elle est mariée à un avocat pénaliste, Charles, avec qui elle a eu deux enfants, Arthur et Raphaël, âgés de treize et quinze ans.

Le retour des lecteurs montre un intérêt certain pour ce personnage féminin. Cette dernière n’est pas parfaite, commet des erreurs et connaît des périodes de doutes, ce qui la rend d’autant plus attachante. Dans les trois premiers romans, les lecteurs retrouvent Alexane et suivent autant le cours de ses enquêtes, que sa vie personnelle mouvementée … »

Après Bénédicte Rousset nous recevons pour notre 117ème portrait du jour son amie Pétronille Rostagnat, une fée noire du polar qui s’invite sur le très sérieux carnet criminocorpus.

Passer du cadre de l’entreprise à celui de la littérature policière, tel a été le choix de Pétronille, laquelle ne semblait pas destinée à devenir écrivain. Mais avec trois livres publiés en à peine deux ans, la jeune auteure est pleinement satisfaite de sa décision.

« Ecrire, c’est se montrer », soutenait l’écrivain Jean Chalon. Message reçu, l’auteure planche déjà sur son quatrième livre… et nous à Criminocopus nous sommes séduits par la vivacité pétillante  de Pétronille. Bienvenue au club ! Ph.P.

https://www.facebook.com/petronille.rostagnat

https://www.instagram.com/petronille_rostagnat/

____________________________________________________________________________________________

thumbnail_IMG_8193.jpg

Pétronille Rostagnat est une auteure française de romans policiers, née le 29 août 1980 à Nice.

Étudiante en école de commerce, Pétronille se lance dans une carrière de responsable marketing pour différents groupes français pendant une dizaine d’années. Expatriée à Shanghai, puis à Dubaï, Pétronille décide de prendre la plume, désireuse de se réaliser dans un projet plus personnel qui puisse la suivre partout. Grande lectrice de polars, c’est tout naturellement qu’elle se lance dans l’écriture d’un roman policier. En 2015, son héroïne Alexane Laroche, commandant à la brigade criminelle au 36 quai des Orfèvres, voit le jour. Pétronille auto-publie ce premier roman, intitulé La fée noire , sur le site Chapitre.com, avant d’être contactée par ces derniers, qui lui proposent de l’éditer avec leur maison Incartade(s) éditions éditions. En juin 2016, la Fée noire sort en librairie, puis est repris en janvier 2017 dans le catalogue France Loisirs. Plus de 10 000 exemplaires de son premier livre seront vendus. Son second roman, Ton dernier souffle ,est sorti en mars 2017. On y retrouve son héroïne dans une enquête plus sombre se déroulant dans les parcs publics de la capitale.

Aujourd’hui, mère de trois enfants et vivant à Lyon, Pétronille se consacre entièrement à l’écriture de romans policiers. Son troisième ouvrage, On a tous une bonne raison de tuer , est paru en mai 2018 en avant-première chez France Loisirs et sera repris en janvier 2019 chez Incartade(s). Facebook :

SON HEROÏNE

Aujourd’hui… Trois romans, une héroïne récurrente : Alexane Laroche

Son héroïne, Alexane, commandant à la brigade criminelle de Paris, a vu le jour en 2015, dans La Fée noire. Femme d’une quarantaine d’années qui essaye de jongler entre sa vie de flic, d’épouse et de mère, Alexane dirige un groupe au sein de la brigade criminelle, au 36 quai des Orfèvres, composé de cinq hommes que l’on retrouve à chaque enquête. Son mentor, David Menestrel, est le patron de la Crim’. Alexane est une femme de caractère, respectée par ses hommes, qui sait se battre pour eux. Elle est mariée à un avocat pénaliste, Charles, avec qui elle a eu deux enfants, Arthur et Raphaël, âgés de treize et quinze ans.

Le retour des lecteurs montre un intérêt certain pour ce personnage féminin. Cette dernière n’est pas parfaite, commet des erreurs et connaît des périodes de doutes, ce qui la rend d’autant plus attachante. Dans les trois premiers romans, les lecteurs retrouvent Alexane et suivent autant le cours de ses enquêtes, que sa vie personnelle mouvementée.

Premier roman

La Fée noire

Édité en juin 2016 chez Incartade(s) Présenté́ en mars 2017 dans le catalogue France Loisirs.

SYNOPSIS : Versailles, juillet 2000. Trois amies d’enfance, Capucine, Emma et Louise, se retrouvent dans un bar pour fêter les résultats de leur baccalauréat. Autour d’une bière, elles font le pacte d’avoir toutes un enfant avant leurs 30 ans. Comment auraient-elles pu imaginer que cette promesse, en apparence anodine, faites à 18 ans engendrerait la mort de quatre personnes dont l’une d’entre elles ? Douze ans plus tard, le 19 juillet 2012, Capucine reçoit la visite d’Alexane Laroche, commandant à la brigade criminelle de Paris. Son ami, Nathan Dumestre, vient d’être retrouvé sauvagement assassiné et mutilé dans le parking de la place Vendôme. La lettre P a été gravée sur son annulaire gauche, son sexe a disparu. Cinq jours plus tard, elle reçoit un mystérieux message : « Nathan n’est plus. Tu as une seconde chance. P. »

Deuxième roman

Ton dernier souffle

Édité en mars 2017 chez Incartade(s)

SYNOPSIS : Lundi 2 mars 2015, 7 h 30, bois de Boulogne. Une main putréfiée est déterrée par le chien d’un coureur lors de son jogging quotidien. Alexane Laroche, commandant à la brigade criminelle de Paris, est saisie de l’affaire. Sur place, les policiers découvrent le corps nu et décomposé́ d’une jeune femme placé dans un cercueil de fortune en bois grossier. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait été́ enterrée vivante. Rapidement, un autre fait macabre interpelle le groupe d’Alexane. Un message entouré d’un cœur est retrouvé gravé sur l’écorce d’un érable : « Ici repose ton dernier souffle ». Quatre jours plus tard, un deuxième corps est découvert dans le bois de Vincennes. Même mode opératoire, même message. La presse s’empare de ce qui n’était initialement qu’un fait-divers et évoque un nouveau tueur en série : le fossoyeur des parcs. La course contre la montre commence pour le commandant Laroche et son équipe.

Troisième et dernier roman

On a tous une bonne raison de tuer

Édité en mai 2018, en avant-première chez France Loisirs ( 22 000 exemplaires vendus depuis sa sortie)

Sortie en librairie prévue le 22 janvier 2019 chez Incartade(s) Editions

SYNOPSIS : Gabrielle est découverte dans son bain, les poignets tailladés. Tout laisse croire à la tentative de suicide d’une mère au foyer désœuvrée, mais Gabrielle n’a aucun souvenir de son acte. Poursuivie par la désagréable impression d’être en permanence observée, elle est presque sûre d’avoir été, en réalité, victime d’une tentative de meurtre. Après avoir installé des caméras chez elle, elle surprend la visite d’une jeune inconnue puis découvre, lors d’un cocktail organisé dans le cabinet d’avocats de son mari, qu’il s’agit d’une proche collaboratrice de celui-ci. Trois jours plus tard, cette dernière est retrouvée assassinée.

Commandant au 36 quai des Orfèvres, Alexane Laroche se retrouve impliquée de plein fouet dans cette affaire. Son mari Charles est l’un des associés du cabinet et personne ne peut être exclu de la liste des suspects…

Salon à venir :

– le 02 et 03 Mars 2019 : Salon Sang pour Sang, à Saint-Chef

Couverture pour la sortie en librairie le 22 janvier 2019 :

Plus personnel :

Comment est venue l’envie d’écrire ?

Je ne pensais pas me mettre à l’écriture un jour. Si j’ai toujours aimé lire et ce depuis l’adolescence, l’envie d’écrire n’est arrivée que tardivement. Je n’ai, en effet, pas suivi de cursus littéraire. Après un bac ES, j’ai intégré une école de commerce pour travailler ensuite en tant que Responsable Marketing dans différents groupes internationaux. Ce n’est qu’après la naissance de mon deuxième enfant, la trentaine passée, que j’ai ressenti le besoin de me réaliser dans un projet plus personnel, que je puisse concrétiser n’importe où, même à l’étranger. Le désir d’écrire est alors apparu. Je suis arrivée à Dubaï en janvier  2013 avec les 70 premières pages de mon premier roman : La Fée Noire. j’ai écris les 200 restantes au Starbuck de la Jumeirah Beach Road. J’y allais tous les matins, assise à la même table, dégustant pendant mes 4 heures d’écriture un Mocha Frappuchino.

Pourquoi avoir choisi un roman policier ?

P.R : Ecrire un roman policier a été une évidence. Vous ne trouverez sur ma table de nuit que des thrillers psychologiques de Pierre Lemaitre, des romans noirs de Jean-Christophe Grangé ou bien des polars de Franck Thilliez et de Harlan Coben… En tant que lectrice, je ne vibre que pour les intrigues policières. Mon style est peut-être un mélange de toutes mes lectures. Mon écriture me ressemble. Je vais à l’essentiel, je privilégie l’action plus que la psychologie de mes personnages et chaque chapitre se termine par une révélation qui donne envie au lecteur de tourner la page.

Avez-vous été soutenue dans votre projet d’écriture ?

P.R : Si je suis allée jusqu’au bout de mon roman, cela a été en grande partie grâce au soutien de mon entourage. J’ai mis du temps à faire lire mes premiers chapitres. Je craignais la critique. Finalement, j’ai présenté les 5 premiers chapitres à mes parents qui ont été très emballés par l’histoire et le suspense. Par la suite, mon mari et des amies ont été très encourageants, patients, et à l’écoute pendant toute l’écriture de la Fée Noire.

Quelle est l’intrigue de votre roman ?

P.R : La Fée Noire est un roman policier qui tourne autour de 3 amies d’enfance, Capucine, Louise et Emma, qui se retrouvent au cœur d’une série de meurtres, l’année de leur 30 ans. Tout commence avec la mort de Nathan, l’ami de Capucine, retrouvé assassiné dans le parking de la place Vendôme quelques minutes après avoir quitté sa maitresse. Les policiers retrouvent une lettre P gravée sur son annulaire gauche, son sexe a disparu… Quelques jours plus tard, Capucine reçoit une lettre de l’assassin : Nathan n’est plus, tu as une seconde chance…