Archives du mot-clé noire

Etre noir(e) au Brésil

PAR  · 

Le 14 mars 2018 était assassinée Marielle Franco, élue locale de Rio de Janeiro, porte-voix des favelas et des populations noires, militante afro-féministe et LGBT qui dénonçait la violence policière dans ces quartiers. Comment s’articulent, au Brésil, question raciale et question territoriale ?

Le 14 mars dernier était assassinée Marielle Franco, une élue locale de Rio de Janeiro, elle a été abattue de plusieurs balles dans la tête à 21h30, en pleine rue – ainsi que son chauffeur. Cet assassinat a suscité une très grande émotion – et une très grande colère – qui a largement dépassé les frontières de la ville et du pays.

Cette conseillère communale, membre du Parti socialisme et liberté (PSOL), était la porte-voix des favelas, des populations noires, mais aussi une militante afro-féministe et LGBT.

Habitante de Maré, une favela réputée violente, elle dénonçait avec virulence la répression policière dans ces quartiers.

Quatre jours avant son assassinat, Marielle Franco dénonçait le meurtre de deux jeunes garçons noirs de la favela Acari (au nord de Rio), tués et jetés dans une fosse. «Cela est toujours arrivé mais cela a empiré avec l’intervention militaire » avait-elle écrit sur son compte Twitter.

« Combien de gens vont devoir mourir pour que cette guerre prenne fin ? », c’était la question qu’elle posait lors de l’un de ses derniers messages, publié quelques heures avant sa mort.

Le retour des militaires décidé par le président Michel Temer pour tenter de ramener l’ordre dans les favelas a-t-il effectivement aggravé la situation ? Et les noirs font-ils les frais, une fois encore, de l’escalade sécuritaire ? Jusqu’où les inégalités raciales mettent à mal le mythe d’un brésil métissé ?

Pour en savoir plus et écouter le document sonre sur le site de France culture

Billie Holiday : une vie, une voix… insoumise

Son visage, tour à tour d’adolescente effrontée, de tapineuse sans vergogne, de « princesse nègre », de star titubante, de junky décharnée, romance sa vie. Son chant, pas le plus juste, ni le plus virtuose, ni le plus populaire, en dit plus encore. Billie Holiday est la voix du jazz, celle qui l’incarne pour le profane et témoigne des vicissitudes de la triple condition d’artiste, femme, et noire. Une vie et une voix qui ont dessiné une figure mythologique : Lady Day…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 8 mars 2016 sur le site France Culture le web campus

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Les Presses de l’Énap

Harkis, Les camps de la honte (Hocine, le combat d’une vie)