Archives du mot-clé mode

Exposition à la Tour Jean sans Peur : la mode au Moyen Âge

expo_mode_Tour_JSP
L’aristocratie de la fin du Moyen Âge est l’instigatrice d’un renouvellement et d’une diversité des vêtements et des accessoires. Ce sont là les prémices des phénomènes de mode tels que nous les connaissons aujourd’hui. L’exposition rend compte, du bout des poulaines à la pointe du chaperon, de l’évolution de la silhouette à cette époque.
Adresse de l’exposition : Tour Jean sans Peur. 20, rue Étienne Marcel. 75002 Paris
tél. : 01 40 26 20 28
Jours d’ouverture et horaire de l’exposition : 11 mai 2016 – 15 janvier 2017. 13h30 – 18h00 du mercredi au dimanche
Tarifs : Individuels (compris tour et exposition temporaire) 5 €, 3 €
Commissaire de l’exposition :
Nadège Gauffre Fayolle, EHESS
Conseillères iconographiques :
Perrine Mane et Danièle Alexandre-Bidon, CNRS-EHESS
Costumes :
Sally Ruddock-Rivière, Isolde Kovalitchouk, Sylvie Pagnier.
Publié par : William Blanc 19 mai 2016

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Haro sur la mode des hauts talons !

En 1914, François Poncetton tente de porter un coup fatal à une mode initiée en son temps par Catherine de Médicis et revenant en force : les hauts talons qui, discours médical à l’appui, seraient source de mille méfaits et surtout l’antichambre de graves problèmes de santé…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 10 mars 2016 sur le site La France pittoresque

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

philippe poisson – Google+

le blog de Philippe Poisson

Les Presses de l’Énap

Harkis, Les camps de la honte (Hocine, le combat d’une vie)

Commissaire Neyret. Chute d’une star de l’antigang

La mode des années 1920 en images

Parution du livre le 16 octobre 2014 – La mode des années 1920 en images : une fabuleuse compilation d’illustrations de mode de la période Art déco. L’occasion de redécouvrir, au-delà des belles robes à perles, des chapeaux cloches et des chaussures à brides portés par la vague garçonne et la jeunesse dorée de l’époque, toute la richesse de lignes, couleurs, motifs et détails de la garde-robe rétro, dans une décennie d’exceptionnelle créativité.

2e édition Charlotte Fiell, Emmanuelle Dirix,  Nicolas Lissajoux

Au début des années 20, beaucoup de françaises sont veuves , travaillent et ont besoin de vêtements pratiques.Elles font du sport , conduisent la voiture. La mode moderne date de cette époque.

La femme moderne est mince , bronzée . Elle a les cheveux courts, coupés « à la garçonne », se maquille, dévoile ses jambes. Elle ne porte plus de corset. Les premiers pantalons apparaissent ainsi que la célèbre petite robe noire de Coco Chanel (1926 )- Une vidéo d’appui la mode des années 20

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Le procès d’Arthur Neupré – Histoire de la franc-maçonnerie belge de l’Occupation à la Libération

 

Les années 50 : La mode en France 1947-1957

Parution du livre le 9 juillet 2014 – Le 7 février 1947, la première collection de Christian Dior révolutionne les codes de la mode et de la féminité. Le « New Look » est né, avec ses jupes amples sous le genou, ses tailles cintrées ses poitrines hautes et ses épaules arrondies. Les années 50 sont une période faste pour la haute couture parisienne. Avec Balenciaga, Fath, Balmain, Givenchy, Cardin, Chanel, les maisons de haute couture connaissent un tel succès qu’elles consacrent à nouveau Paris capitale mondiale de la mode, après l’intervalle de la guerre. L’ouvrage évoque tous les aspects de cette période qui a marqué l’histoire de la mode : l’évolution des silhouettes, le fonctionnement d’une maison de haute couture, la naissance du prêt-à-porter et la démocratisation de la mode des couturiers, la presse de mode… A travers des photos de mode des plus grands photographes (Henry Clarke, Richard Avedon, Willy Maywald…), des reportages dans les coulisses des défilés (photos exceptionnelles en couleurs de Marc Shaw), des prises de vue inédites des robes conservés à Galliera, des textes de spécialistes de la mode et des focus sur les grands couturiers, cet ouvrage offre un nouveau regard sur cette époque charnière qui mêle haute couture et prémices du prêt-à-porter.

Biographie des auteur(e)s :

Olivier Saillard est directeur du Palais Galliera. Alexandra Bosc est conservatrice du patrimoine au Palais Galliera et spécialiste de la mode des années 50. Ykje Wildenborg est historienne de la mode, attachée de conservation au Centraal Museum d’Utrecht. Alexandra Palmer est conservatrice au Royal Ontario Museum à Toronto et spécialiste de la mode des années 50.

  • Éditeur : Paris Musées
  • Collection : EP PARIS MUSÉES

Une vidéo d’appui de 5 minutes 48″ Les années 50 – La mode

 

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Démoralisation du monde politique ou l’ère des marchandages électoraux (Extrait du « Petit Journal » du 2 avril 1911)

La mode des mouches, attributs de la féminité

Hélène de Fougerolles dans la série de 2008 « Jeanne Poisson, marquise de Pompadour » (ses mouches à elles : la baiseuse, la galante, et la généreuse !)

Hélène de Fougerolles dans la série de 2008 « Jeanne Poisson, marquise de Pompadour » (ses mouches à elles : la baiseuse, la galante, et la généreuse !)

Selon certaines sources, ce sont les Arabes et les Perses qui, les premiers, considèrent les taches brunes sur la peau comme une marque de beauté. Les Romaines un peu coquettes, pour parfaire leur toilette, s’appliquent également un petit grain de beauté factice sur la joue. En France, la mode des mouches débute à la fin du règne de Louis XIII, et perdure jusqu’à la Révolution.

Au début, les femmes mais aussi les hommes (Louis XIV en personne donne l’exemple) s’appliquent des mouches sur le visage pour camoufler boutons et imperfections : la petite vérole, qui fait alors des ravages, laisse souvent sur la peau des marques peu esthétiques ! …

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Plume d’histoire

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Sur les traces des Juges

Laxmi Saa, jeune femme indienne brûlée à l’acide devenue mannequin

Son visage a été brûlé par de l’acide à 15 ans pour avoir refusé un mariage et elle a été défigurée à vie, comme des centaines d’autres indiennes. A 26 ans, elle est devenue l’emblème d’une marque de vêtements qui vient de lancer sa nouvelle collection en Inde…

Pour en savoir plus, voir le billet publié sur le site de France Culture « le portrait du jour » :

Laxmi Saa, jeune femme indienne

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Mesrine et le casse du casino de Deauville

L’impressionnisme, éloge de la mode (ARTE/Musée d’Orsay)

L'impressionnisme, éloge de la mode (ARTE/Musée d'Orsay) Ajoutée le 16 mai 2015 – De la fin du Second Empire au début de la IIIe République, les impressionnistes s’efforcent de traduire les métamorphoses d’un monde en pleine mutation. Les peintres cherchent à représenter leurs contemporains dans des activités et des attitudes qui reflètent leur époque ainsi qu’à rendre compte de la manière dont ils sont habillés. Au tournant des années 1860, la mode devient un enjeu de la modernité. L’impressionnisme inscrit le vêtement dans la vie quotidienne, s’approprie les accessoires pour en faire des attributs de séduction, représente la révolution de la mode masculine, témoigne de l’histoire des femmes, révèle les moeurs du moment. Revisiter l’impressionnisme à l’aune de la mode, telle est l’ambition du film. Historien de l’art, du corps et de la mode, couturier, photographe, modiste, chacun à sa manière s’empare de la peinture pour en livrer une interprétation nouvelle et tisser des liens avec le monde d’aujourd’hui.

Avec les interventions de Karl Lagerfeld , couturier – styliste, Guy Cogeval , président des musées d’Orsay et de l’Orangerie , commissaire de l’exposition L’impressionnisme et la mode, Philippe Thiébaut, Conservateur général au musée d’Orsay, commissaire de l’exposition L’impressionnisme et la mode, Florence Müller, historienne de la mode, Véronique Belloir, conservatrice Mode et Textile , Les Arts décoratifs de Paris, Philippe Comar, Professeur à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, Marie Mercié, chapelière, Scott Schuman, photographe de mode.

Pour visionner ce document, voyez le lien suivant :

L’impressionnisme, éloge de la mode