Archives du mot-clé mode

« Les Nouvelles Merveilleuses » – Printemps 1908

18033498_422519271444632_1270551317349552760_nAu printemps 1908, trois femmes marchèrent dans l’hippodrome de Longchamp à Paris et « les mâchoires ont figé ». L’événement de la société d’élite était connu pour introduire les dernières créations de mode au publique, mais personne n’avait jamais vu cette mode comme ça auparavant.

Selon les journaux, les spectateurs ont qualifié les trois femmes de «monstrueuses», en les accusant d’être semi-nues et exhibant un décolleté révoltant. Ce sont ces trois robes qui changèrent la mode ce jour-là et auraient lancé la silhouette du vingtième siècle.

Mais en ce qui concerne le concepteur? Personne ne se souciait de son nom ! Peut-être aimeriez-vous savoir qui c’était? Jeanne Margaine-Lacroix, une jeune designer Parisienne qui avait repris la maison de couture longtemps établie par sa mère et qui commençait à gagner en popularité à Paris au début du siècle. « Traduit de l’anglais Eli Ca ». Eli CaParis Secret & Insolite

La mode sous l’Occupation

export_10

ALORS QUE LA FRANCE EST EN PROIE À L’OCCUPATION ALLEMANDE, LA MODE PERDURE DANS LA CAPITALE. EN DÉCIDANT DE NE PAS RENONCER À ÊTRE ÉLÉGANTES, LES FEMMES FONT LE CHOIX DE RÉSISTER FACE À L’ENNEMI.

1940-1944. L’occupation d’une partie de la France par les soldats allemands rend la vie des Français difficile. Pénuries, répression… L’époque n’est pas joyeuse mais, étonnamment, la mode perdure dans la capitale. Les tendances sont certes plutôt sages : la silhouette est dans l’ensemble structurée et géométrique, le tailleur s’impose et les chaussures à talons compensés se multiplient…

Publié le 17/05/2016 – Auteur : Marina Bellot – Pour en savoir plus voir La mode sous l’Occupation

La mode des poufs à la Cour de Marie-Antoinette

Marie-Antoinette en robe de Cour, coiffée de perles, de fleurs, d’aigrettes et d’épingles à diamants – Gravure d’un recueil intitulé « Collection d’habillement modernes et galants »

Marie-Antoinette en robe de Cour, coiffée de perles, de fleurs, d’aigrettes et d’épingles à diamants – Gravure d’un recueil intitulé « Collection d’habillement modernes et galants »

Jeune, insouciante, désirant avant tout profiter de la vie, Marie-Antoinette, dès son arrivée à la Cour, se jette à corps perdu dans une folie de divertissements. La mode, qu’elle sait capable de sublimer sa beauté, accapare une grande partie de ses journées.

La toilette était l’occupation principale de cette charmante évaporée.

   Reine de France, oui, mais surtout Reine de la mode, empire sur lequel elle a tout pouvoir. Elle donne libre cours à ses fantaisies.

Elle voulait jouir de cet empire fictif que la beauté donne aux femmes et qui en fait les reines d’un moment.

   Rose Bertin, « démon tentateur » de la Reine, devient sa « modiste attitrée » dès 1774. C’est le début de longues années d’extravagances et de démesures, surtout capillaires. Jamais les coiffures n’atteignirent de si remarquables excès que sous le règne de Marie-Antoinette. (n’oubliez pas que de beaux aperçus se cachent sous les nombreux liens..!)

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site plume d’histoire

Étudiante de 23 ans amoureuse de l’Histoire, je vous fais partager ma passion sur http://plume-dhistoire.fr/, dont je rédige chacun des articles. Seule. Un travail énorme, mais quel plaisir !

essai-nouveau-logo-transparenceDes anecdotes piquantes et savoureuses, des faits historiques célèbres revisités, des critiques de biographies…. Pour tous les amoureux, comme moi, de la petite et de la grande Histoire.

Car oui, la culture, c’est important (surtout en ce moment, hein) et l’Histoire palpitante ! ♥

Je suis votre plus grande fan

Mon blog gagne en notoriété de jour en jour grâce à vous… 70 000 pages vues par mois, ça commence à faire. Continuez à partager le blog sur les réseaux sociaux, vous êtes géniaux.

Un pur bonheur également de lire vos retours sur mes articles, je vous en remercie ! oui et encore oui… n’hésitez pas à m’écrire à plume.dhistoire@gmail.com ! Faites moi part de vos suggestions : un sujet que vous souhaiteriez voir abordé ? Un article qui vous a particulièrement plu ? Une précision ? Un projet ? Ce qui vous passe par la tête ? Tout ce que vous voulez (ou presque).

Soutenez moi, j’ai besoin de vous !

Vous aimez vraiment mes articles et souhaitez que je continue à écrire ? Soutenez financièrement le blog sur Tipeee (je ne demande pas grand chose, 1€, 2€, 5€, c’est vous qui choisissez). Car oui, gérer un blog demande du temps… et de l’argent !

Salutations à mes internautes assidus, et bonne lecture à tous !

Marie, très (très) enthousiaste Plume d’Histoire

Le 24 octobre 1957, disparition du grand couturier français Christian Dior

14657390_1135229636514804_3672803956396267387_nLe 24 octobre 1957, disparaissait le grand couturier français Christian Dior. Christian Dior a d’abord ouvert en 1928 une galerie d’art à Paris, avant de devenir en 1938 modéliste pour la maison de couture de Robert Piguet. En 1946 il créé la Maison Dior dont le 1er défilé en 1947 révolutionne la mode. Il créé le New Look qui révolutionne la silhouette des femmes.

Fréquence médiévale : la mode au Moyen âge

Fréquence médiévale est allé visiter pour vous l’exposition consacrée à la mode au Moyen âge à la Tour Jean-sans-Peur à Paris. Accompagnés de Nadège Gauffre Fayolle, la commissaire de l’exposition, nous avons regardé l’évolution des vêtements au Moyen âge, mis à mal quelques mythes (vous savez, les fameux hennins), découvert les usages sociaux et économiques des habits médiévaux et bien des choses encore.

Bonne écoute :

Pour en savoir plus voir le billet publié Publié par : William Blanc 12 juin 2016 dans Expositions, Fréquence Médiévale

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La mode au Moyen Age : exposition à la Tour Jean sans Peur (11 mai 2016 – 15 janvier 2017)

Mode-Moyen-AgeL’aristocratie de la fin du Moyen Âge est l’instigatrice d’un renouvellement et d’une diversité des vêtements et des accessoires. Ce sont là les prémices des phénomènes de mode tels que nous les connaissons aujourd’hui. L’exposition rend compte, du bout des poulaines à la pointe du chaperon, de l’évolution de la silhouette à cette époque.

Si, jusqu’au XIIIe siècle, les vêtements se portent larges, une véritable révolution débute à l’aube du XIVe siècle.

Paraître

Les vêtements amples font désormais place à des tenues ajustées. La cotte féminine, pourvue d’un décolleté, souligne la poitrine, la taille et les hanches. Le corps masculin est mis en valeur par un pourpoint, sorte de veste matelassée, et de longues chausses gainant les jambes. Le buste, artificiellement rembourré, est saillant et la cambrure marquée. Les moralistes ont très tôt fustigé cette mode effrontée, comparant ces hommes au corps étriqué à des lévriers !

Au XVe siècle, l’esthétique vestimentaire masculine et féminine se distingue plus nettement. Pour les hommes, la mode est aux carrures larges, aux torses longs et aux tailles abaissées. Au contraire, la silhouette féminine dessine un buste court et étroit, et une taille haute…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site La France pittoresque

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Spécialisé sur l’enseignement de l’histoire pénitentiaire et l’histoire des bagnes coloniaux, il a notamment mené avec Marc Renneville des entretiens avec le surveillant militaire Émile Demaret (à lire sur le site).  En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

« Charlotte à l’Ordinateur » (Éditions Rod)

J’ai le plaisir de vous annoncer la prochaine sortie en librairie de « Charlotte à l’Ordinateur ». Ce roman raconte la success story d’une étudiante en droit qui voulait devenir avocate et dont les hasards de la vie ont fait une icône de la mode. Les thèmes du harcèlement à l’école et de la lutte des femmes pour accéder à l’égalité réelle avec les hommes sont deux des ressorts de ce livre.

« Roman libertin » ont dit certains. C’est vrai, mais la sexualité est une des composantes fondamentales de notre société et elle mérite d’être traitée dans sa réalité. Éditions Rod

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson