Archives du mot-clé Le Salon des dames

On va claquer du talon ou de la basket en criant haut et fort nos ambitions

Les femmes se sont faites passer pour moins intelligentes qu’elles ne sont depuis des siècles. Elles ont caché sous leur crinoline le pouvoir. Elles ont accepté d’incliner la tête pour cacher le sourire intelligent, elles ont fait croire qu’un trait de rouge à lèvres effaçait l’esprit : pour agir en catimini. Attention, cette ère est révolue. On va claquer du talon ou de la basket en criant haut et fort nos ambitions. Le Salon des dames

23754894_1880859925562741_4177911095185013640_n

 

Le salon des dames a besoin de vous

Journalistes, littéraires, hostorien.n.e.s : nous avons besoin de vous ! Le Salon des Dames lance un marathon d’écriture pour créer la plateforme d’articles féministes la plus grande de France. Des infos sur tout : du moment que ça parle des femmes et de l’évolution de leur place dans l’espace public. Alors si vous êtes d’accord pour écrire bénévolement quelques articles pour Le Salon et participer à cette grande aventure, contactez Céline (celine@lesalondesdames.paris). Le Salon des dames

Ceux qui l’ont connue l’appelaient Lili : Elizabeth Boselli

16265565_1725807761067959_6728863056543751680_nCeux qui l’ont connue l’appelaient Lili. Elisabeth Boselli se voulut libre dans un monde d’hommes. Née le 11 mars 1914 à Paris, elle a été l’une des femmes qui ont marqué l’histoire de l’aviation française, l’une des pionnières., émancipée à 18 ans , elle passa en cachette le concours de Sciences Po dont elle sortit diplômée en 1935.

Sa vocation pour l’aviation naquit lors d’une conférence

Elizabeth obtint le brevet de pilote de chasse le 12 février 1946. Elle fut ainsi la première femme pilote de chasse de France.

Titulaire de huit brevets d’aviation (chasse, voltige, hydravion, transport public, vol à voile…), elle se lança dans la compétition et détint également huit records du monde (d’altitude, de vitesse ou de distance) dont en 1955 le record international de vitesse sur 1000 kilomètres sur un « Mistral ».

Après la guerre, elle a visité de nombreux sanatoriums en Haute-Savoie pour collecter les besoins des soldats de l’armée de l’air soignés pour les tuberculoses qu’ils avaient contractées dans les camps de prisonnier.

Elle contribua à féminiser l’aviation et l’aviation militaire en tant que monitrice et également comme membre du conseil des « Vieilles Tiges », où elle présida la commission d’histoire et littérature.

Officier de la Légion d’Honneur, décorée de la médaille de l’Aéronautique et de la Croix de la valeur Militaire Elizabeth Boselli était également artiste auteur, poète et peintre.

Elle s’est éteinte à Lyon en 2005. Le Salon des dames

Élisabeth Boselli (1914-2005) : première femme pilote de chasse de l …

Kate Winslet

16114826_1722099401438795_3439296029567272866_nKate Winslet a ajouté une clause de non-retouche de ses photos dans son contrat avec L’Oréal : « J’ai l’espoir que d’autres personnes suivent le mouvement. Ça compte vraiment pour moi car j’estime que nous avons une responsabilité envers les femmes plus jeunes. Je pense qu’elles regardent les magazines, qu’elles regardent les femmes qui ont du succès dans les carrières qu’elles ont choisies, et qu’elles cherchent des modèles à admirer. Je veux continuer à dire la vérité sur qui je suis à cette génération, parce qu’elles ont besoin d’avoir des leaders forts. Nous avons tous la responsabilité d’élever des jeunes femmes fortes ». Le Salon des dames

v_70609Kate Wins­let est née le 5 octobre 1975 en Angle­terre. Ses parents sont des acteurs amateurs, ce qui met la jeune Kate très tôt au contact du métier.

Elle se forme à la Redroofs Theatre School dans le Berk­shire. Ses premiers grands rôles au cinéma sont « Raisons et senti­ments » en 1995 et bien sûr « Tita­nic » en 1996. Kate devient alors une star inter­na­tio­nale, portée par l’im­mense succès d’un des films les plus rentables de tous les temps.

Elle pour­suit sa carrière en choi­sis­sant avec soin ses rôles. Grâce à sa perfor­mance dans « The Reader », elle reçoit l’os­car de la meilleure actrice en 2009. Elle est égale­ment remarquée dans sa pres­ta­tion d’épouse dépas­sée dans le film « Noces rebelles » tourné avec Leonardo DiCa­prio, son parte­naire dans « Tita­nic » et son meilleur ami.

Kate Wins­let s’est mariée trois fois. Avec son premier mari, Jim Threa­ple­ton, elle a eu une fille, Mia. Son second époux, Sam Mendes, l’a diri­gée dans « Noces rebelles ». Ils ont eu ensemble un garçon, Joe.

Kate Wins­let s’est rema­riée en 2012 avec Ned Rockn­roll, le fils de l’homme d’af­faires Richard Bran­son. Le 7 décembre 2013 l’actrice met au monde un petit garçon prénommé Bear Blaze. Biographie http://www.gala.fr/stars_et_gotha/kate_winslet

Irrésistible Fanny Ardant !

Je ne mens pas sur mon âge. C’est sans doute suicidaire, mais je ne veux pas être éternellement une jeune fille. Quand on cache son âge, c’est pour continuer à plaire. Moi je ne veux pas. Ça me fait horreur de rentrer là-dedans. Je n’ai plus rien à voir avec la jeunesse, avec tout ça. Non, non ! Mais je mens sur d’autres choses, rassurez-vous ! – Fanny Ardant Le Salon des dames

15941480_1718829915099077_4875761168230204382_nFanny Ardant voit le jour le 22 mars 1949 à Saumur. Fille d’un offi­cier de cava­le­rie, elle passe une enfance voya­geuse avec ses cinq frères et soeurs. Puis, la famille s’ins­talle à Monaco lorsque son père, Jean Ardant, est nommé gouver­neur du palais prin­cier. Adoles­cente, la jeune fille rêve déjà du métier de comé­dienne mais ses parents l’en­cou­ragent à pour­suivre ses études. Brillante élève, Fanny intègre l’Ins­ti­tut d’Études Poli­tiques d’Aix-en-Provence et étudie les rela­tions inter­na­tio­nales. Son diplôme en poche, elle reçoit la béné­dic­tion de ses parents pour suivre sa passion et s’ins­crit à des cours d’art drama­tique.

La jeune comé­dienne, dont la voix se prête à merveille à la tragé­die, débute sur les planches au sein de la troupe du metteur en scène Domi­nique Leverd, en 1974. Elle traverse le réper­toire clas­sique à l’af­fiche de nombreuses pièces (Polyeucte, Esther, Electre, Tête d’or) mais les débuts sont diffi­ciles et l’ac­trice cumule les petits boulots. En 1979, Fanny Ardant est l’hé­roïne d’un feuille­ton en six épisodes, Les Dames de la côte, réalisé par Nina Compa­neez et diffusé sur Antenne 2. Le succès est immé­diat et la révèle alors au grand public. 

Remarquée par le réali­sa­teur François Truf­faut, elle tourne sous sa direc­tion La femme d’à côté face à Gérard Depar­dieu en 1981. Ce rôle lance défi­ni­ti­ve­ment sa carrière au cinéma et ouvre la voie à de nombreuses colla­bo­ra­tions pres­ti­gieuses; Alain Resnais (Mélo), Costa-Gavras (Conseil de famille), Ettore Scola (La Famille), Sydney Pollack (Sabrina)…En 1996, l’ac­trice montre une autre facette de son talent dans la comé­die Pédale Douce de Gabriel Aghion, qui lui vaut de rafler le César de la meilleur actrice 1997. L’ac­trice tourne égale­ment avec Claude Berri dans La déban­dade en 1999, et ne cesse de diver­si­fier ses rôles (Huit femmes, L’Odeur du sang, Trésor, Les beaux jours…). En 2016, l’ac­trice retrouve la réali­sa­trice Paule Muret, vingt-cinq ans après Rien que des Mensonges, et tourne sous sa direc­tion For this is my body.

Paral­lè­le­ment, la comé­dienne passe derrière la caméra et réalise son premier film, Cendres et sang en 2009. Pour incar­ner son person­nage prin­ci­pal elle porte son choix sur l’ac­trice israé­lienne Ronit Elka­betz. Fanny Ardant revient régu­liè­re­ment à ses premiers amours, le théâtre, pour y incar­ner des person­nages forts tels que Maria Callas (Master Class en 1997), Sarah Bern­hardt (Sarah en 2002) ou encore Jeanne d’Arc (Jeanne d’Arc au bûcher en 2010). En 2016, elle est l’af­fiche de la pièce Croque-monsieur de Marcel Mithois avec Bernard Menez et Michael Cohen.

Côté vie privée, Fanny Ardant est mère de trois filles. Sa fille aînée, Lumir, naît en avril 1975 de son union avec le metteur en scène Domi­nique Leverd. Puis, l’ac­trice rencontre François Truf­faut sur le tour­nage de La femme d’à côté. Ensemble, ils ont une fille, José­phine, née en septembre 1983. Mais le réali­sa­teur est emporté par une tumeur au cerveau en octobre 1984. Fanny Ardant retrouve l’amour au bras de l’ac­teur italien Fabio Conversi et donne nais­sance à une troi­sième fille, Bala­dine en avril 1989. Biographie http://www.gala.fr/stars_et_gotha/fanny_ardant

Coccinelle et Bambi : Vivre sa transsexualité

16105549_1719165915065477_213206354120982286_nDans la France du général de Gaulle, avant 1968 et les libérations qui suivent, difficile d’imaginer pouvoir vivre sa transsexualité à ciel ouvert. Jacqueline Dufresnoy et Marie-Pierre Pruvot, alias COCCINELLE et BAMBI, l’ont pourtant vécu, non sans mal et de manière différente. À une époque où la vertu est de mise (Yvonne de Gaulle en personne lutte contre « l’immoralité »), les deux amies deviennent des figures de la nuit parisienne, haut-lieu pour les trans du monde entier.

Née Jacques à Paris, Coccinelle devient, en 1956, la première Française à changer de sexe, dans une clinique de Casablanca, puisque la loi française ne lui en reconnaît pas le droit. Deux ans plus tard, Jean-Pierre devient Bambi, au même endroit. Avant d’être le refuge de la chirurgie esthétique low cost, le Maroc offrait la possibilité à ces transsexuels de vivre dans un corps de femme.

Les deux trans font les beaux jours et surtout les nuits du cabaret Carrousel. Si Bambi se retire de la vie publique dans les années 1970 pour devenir professeure de français au collège (« De plus en plus, je voulais devenir Mme Tout-le-Monde, entrer absolument dans l’anonymat », dit-elle), Coccinelle se fait l’avocate des droits des trans : elle se marie en 1962 (nouveau tollé), tourne quelques films, puis quitte la France, avant d’y revenir. Dans les années 1970, elle regrette toujours que la France soit « un pays si merveilleux qui ne laisse pas les gens si mal dans leur peau se faire opérer ». Le Salon des dames

philippe-henri-est-de-retourIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 61 631

 

Enregistrer

Enregistrer

Valentina Terechkova, première femme astronaute de l’histoire

15940775_1718527105129358_291256595597637125_nVALENTINA TERECHKOVA est devenue en 1963, à 26 ans, la première femme astronaute de l’histoire. Simple ouvrière textile à 18 ans, elle est choisie parmi plus de 400 candidates pour devenir la première femme dans l’espace. Elle est encore aujourd’hui la seule femme à avoir effectué un voyage en solitaire dans l’espace, du 16 au 19 juin 1963, et la plus jeune cosmonaute à le faire.

Après son premier et unique vol, la Soviétique épouse le cosmonaute Andrian Nikolaïev et donne naissance à une petite fille. Le couple se sépare, Valentina reprend ses études et obtient son diplôme d’ingénieur en aéronautique en 1969. Elle devient ensuite instructrice et obtient le grade de major général de l’armée de l’air.

En 1971, elle devient membre du comité central du Parti communiste de l’Union soviétique et députée. Il faudra attendre 19 ans avant qu’une autre femme aille dans l’espace.

Aujourd’hui, à 79 ans, elle déclare être prête à prendre un aller simple pour Mars. Le Salon des dames

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 60 388

Enregistrer