Archives du mot-clé Le Massicot

Présentation des ouvrages « Lectures de prison » et « Le Massicot »

Les éditions Le Lampadaire présentent le 24 novembre 2017 de 18 heures 30 à 21 heures à la librairie Le Monte-en-l’air (2, rue de la Mare, 75020 Paris) les ouvrages Lectures de prison et Le Massicot.

Ces deux ouvrages sont en vente sur le site des éditions Le Lampadaire à l’adresse suivante : http://le-lampadaire.fr/

Présentation des éditions Le Lampadaire

Ligne éditoriale du Lampadaire

L’originalité du Lampadaire est de proposer systématiquement deux collections en parallèle :

– la collection des Nouveautés qui publie des romans résolument contemporains, français ou étrangers ;

– la collection des Curiosités qui enrichit les Nouveautés en publiant leur(s) sous-texte(s) : objets littéraires rares, oubliés, ou textes au statut inclassable qui acquièrent un statut littéraire par leur mise en parallèle avec les Nouveautés. Cette collection constitue une sorte de Cabinet des curiosités.

→ Chaque Nouveauté est donc associée à une Curiosité, et les deux ouvrages paraissent en même temps.

Les deux premières publications :

Nouveautés 1 : Le Massicot de Sophie Saulnier, roman dans lequel on croise Saint Jérôme, son lion, un chat, un chien, un ours qui enquêtent sur la mort mystérieuse d’un éditeur. Cette drôle d’enquête policière qui se transforme en enquête littéraire se déroule pour une part en prison et évoque une bibliothèque idéale pour les détenus.

Format 11×17,5cm, 204 pages, papier Munken Lynx 80 g/m².

Curiosités 1 : Lectures de prison, ensemble de documents sur les lectures des détenus : que lisent les détenus et dans quelles conditions ?

L’étude croise une ligne diachronique – les documents vont du XVIIIe siècle à aujourd’hui – avec une ligne synchronique : cinq grands chapitres thématiques permettent de traiter les principales problématiques liées aux bibliothèques de prison. Une séquence de 98 images (au statut, elles aussi, de documents) vient appuyer la recherche et contextualiser le propos.

Il s’agit d’un ouvrage ambitieux tant sur le plan scientifique (histoire et sociologie) que littéraire (vertige des listes, enquête littéraire sur les livres lus par les détenus) et esthétique (mise en page de l’objet-livre)

Format 21x27cm, 464 pages, papier Munken Lynx Rough 120 g/m².

→ Nous publions donc en parallèle un roman qui évoque le monde de la prison sur le mode de la fantaisie littéraire accompagné d’un document sur la réalité des lectures de prison. Ce face-à-face qui permet d’interroger le statut de la fiction et celui du document est au principe de la ligne éditoriale du Lampadaire ; il en fonde le programme.

Et en effet, la mise en parallèle entre Le Massicot et les Lectures de prison est productrice de sens, elle fonctionne comme un outil d’analyse pour étudier le rôle de la bibliothèque dans les établissements pénitentiaires. En établissant une comparaison entre le purgatoire « troisième lieu », tel qu’il est analysé par Jacques Legoff (la Naissance du purgatoire), le souterrain dans lequel se passe une partie de l’enquête du Massicot, et la bibliothèque pénitentiaire telle qu’elle fonctionne, nous pouvons montrer que celle-ci est conçue comme un purgatoire. C’est la fiction qui permet ici de mieux appréhender le réel.