Archives du mot-clé journal

Le journal d’Eva Braun (Alain Regus)

Parution du livre le 6 janvier 2012 – Il arrive parfois qu’une adolescente s’éprenne d’un homme bien plus âgé qu’elle. La fascination est encore plus aiguë lorsque l’homme en question est auréolé d’une gloire naissante et fait couler l’encre des journaux et des magazines. Eva a 17 ans en 1929. Elle travaille chez Hoffmann, photographe officiel du Parti national-socialiste, un mouvement dont la popularité ne cesse de grandir au fil des élections. Par un bel après-midi d’octobre, le chef du Parti entre dans la boutique. Il a 40 ans. C’est un homme affable, souriant, décontracté. Il montre immédiatement un réel intérêt pour la petite employée. « Il me dévorait des yeux », écrira-t-elle à une de ses amies. Eva est captivée par le regard clair, la voix grave et le port altier de celui que beaucoup appellent déjà le Führer. Trois ans plus tard, elle devient sa maîtresse et s’accrochera désormais au rêve du mariage. Mais l’agitateur d’extrême droite, devenu Chancelier, veut rester célibataire aux yeux de son peuple. 

Imbu de sa mission, de son sacerdoce, sa seule épouse ne peut être que l’Allemagne. De campagnes électorales en campagnes militaires, dans la paix comme dans la guerre, dans la victoire et la défaite, Eva passe ses journées dans l’oisiveté à attendre le bon vouloir de son amant. Amoureuse clandestine, aveuglée par sa passion, elle se construit un destin tout entier contenu dans l’ombre portée d’Adolf Hitler. Elle pose ainsi ses pas dans ceux du pire criminel de l’Histoire, toujours docile et soumise, sourde aux fracas des armes et à la douleur des victimes.

Alain Régus est passionné de théâtre; c’est d’abord vers la scène que le conduit son désir de création. Depuis 1985, il est comédien, metteur en scène et animateur d’ateliers. Durant plusieurs années, il a pratiqué un théâtre à visée sociale en montant des spectacles avec des jeunes des quartiers défavorisés et des détenus. En 2001 il devient auteur dramatique et écrit plusieurs spectacles qu’il interprète lui-même ou met en scène pour d’autres acteurs. En 2008 son texte est primé, à un concours de nouvelles. Plusieurs distinctions suivront celle-ci. Son premier roman (L’ombre) sort peu après chez un éditeur québécois. Le journal d’Eva Braun a fait l’objet d’un long travail de documentation historique. L’auteur a aussi tiré de ses recherches une pièce de théâtre, un solo féminin intitulé Eva et Monsieur Wolf…

Toute mon activité sur les sites suivants : 

Chères lectrices et chers lecteurs

Vous pouvez retrouver également toute mon activité sur les sites suivants :

Philippe POISSON

Ancien formateur des Personnels à l’Administration pénitentiaire

Gestionnaire du très sérieux  Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Membre correspondant du

CLAMOR: Centre pour les humanités numériques

et l’histoire de la …

FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES

Le journal d’Anne Franck

La justice a tranché. Journal d’Anne Franck : il aurait du tomber dans le domaine public, mais il pourra seulement être copié à des fins de recherches scientifiques.

Crimes contre l’humanité durant la Seconde guerre mondiale : la loi a été jugée conforme à la Constitution et en France, les Sages ont rejeté les arguments du négationniste Vincent Reynouard, qui estimait que celle-ci impliquait une atteinte à la liberté d’expression. Club Histoire

Journal d’Anne Frank : une exception pour les recherches scientifiques

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

« Seules dans Berlin » – Les viols de 1945 : un tabou brisé

Les comédiens Stéphane Freiss et Guila Clara Kessous lisent des extraits du Journal d’Hélène Berr …

Dans le cadre du colloque international L’Europe culturelle en exil à Marseille, les comédiens Stéphane Freiss et Guila Clara Kessous lisent des extraits du Journal d’Hélène Berr, jeune intellectuelle française née dans une famille juive (1942-44) …

Pour en savoir plus, accédez à la vidéo You Tube « Stéphane Freiss lit Hélène Berr » :

Journal d’Hélène Berr

Biographie des comédiens :

photo-stephane-freiss-3150.gifNé en région parisienne le 22 novembre 1960, Stéphane Freiss se spécialise en Histoire à l’Université de Nanterre, avant de tout laisser tomber pour se consacrer à sa passion et suivre une formation d’acteur auprès du réputé Yves Pignot. Diplômé du conservatoire d’art dramatique en 1985, il intègre très vite la prestigieuse Comédie Française. Parallèlement, Stéphane Freiss fait ses débuts à la télévision et le film Premiers désirs marque sa première apparition au cinéma aux côtés de la belle … Lire la suite

Guila-Clara-KessousGuila Clara Kessous : Comédienne, metteur en scène et universitaire. Spécialiste de théatre et droits de l’Homme, elle travaille à l’ouverture de la section à la Kennedy School de l’Université de Harvard et en crée le cours à SciencesPo Paris. Artiste, chercheur et enseignante, elle bénéficie, en tant que comédienne d’une double approche française et américaine en travaillant avec des metteurs en scène tels que Jim Spruill, John Malkovich, Peter Brook, Daniel Mesguich, Jean Pierre Vincent, … Détentrice d’un MBA spécialisé en gestion culturelle (ESSEC), elle a co-produit et mis en scène plus d’une vingtaine de spectacles. Sa thèse sous la tutelle d’Elie Wiesel s’interrogeait sur l’éthique et l’esthétique. Traductrice assermentée, elle a traduit de nombreuses pièces dont « Il était une fois » d’Elie Wiesel dont elle crée la première mondiale à Boston en présence de l’auteur en 2007 et au Festival d’Avignon 2008 avec la complicité de comédiens de la Comédie Française. Collaboration avec de nombreux auteurs et artistes sur des créations théatrales liées à des causes humanitaires et sociales : Marie-Christine Barrault, Thedore Bikel, James Taylor, Marie NDiaye, Dimitri Dimitriadis, Jean-Claude Grumberg, … Elle est la fondatrice de la Troupe Francophone de l’Université de Harvard et a reçu à cet effet le diplome d’excellence d’enseignement du Derek Bok Center. Elle poursuit son enseignement et ses conférences en France et à l’étranger (Université de Harvard, Université de Boston, Université d’Oxford, Université de Genève, Ecole Normale Supérieure, Alliances Françaises,  …). Dans le cadre de ses recherches théatrales et cinématographiques, elle est membre du laboratoire ARIAS (CNRS/Paris III/ENS) en tant que chercheur associé et est détentrice de la Bourse post-doctorale de la Fondation pour la recherche et le dialogue interreligieux et interculturels (FIIRD) de l’Université de Genève. Nommée Chevalier Arts & Lettres par le Ministère de la Culture pour son travail théatral à l’étranger, elle reçoit le titre d’Artiste de l’UNESCO pour la Paix en 2011. – Guila Clara Kessous | Institut Universitaire Elie Wiesel

9782847348484FSParution du livre le 3 novembre 2011 – D’avril 1942 à février 1944, Hélène Berr a tenu son journal au jour le jour. Un texte d’une qualité littéraire exceptionnelle, où se mêlent l’expérience quotidienne de l’insoutenable et le monde rêvé des lettres, où alternent à chaque instant l’espoir et le désespoir. Un texte qui a émut la France entière à sa parution en janvier 2008. Ses derniers mots, le 15 février 1944, « Horror ! Horror ! Horror ! », sont un pressentiment de l’inéluctable.

Arrêtée le 8 mars 1944, elle est déportée à Auschwitz avec son père et sa mère. Elle survit presque jusqu’au bout à l’épreuve, succombant à l’épuisement à Bergen-Belsen en avril 1945, quelques semaines avant la libération du camp. Ce beau-livre réunit de très larges extraits du Journal, des photos du manuscrit original (conservé au Mémorial de la Shoah), d’Hélène Berr et de sa famille, de Paris sous l’Occupation, avec des double-pages thématiques sur les problématiques de l’époque.

Hélène Berr

Simone Veil (Préfacier)

,Patrick Modiano (Préfacier),

Mariette Job (Postfacier)