Archives du mot-clé Jacky Tronel

Détention de Madame Steinheil à la prison Saint-Lazare

Après 15 mois de sommeil, Jacky Tronel réactive son blog « Histoire pénitentiaire et Justice militaire » avec la publication d’un article qui fait suite à la rencontre récente de Christian Demonchy, architecte du Centre de détention de Mauzac : Le nouveau centre de détention de Mauzac : « Club Med » ?

Le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes …  continue cet été l’exploration du blog d’un ami de Criminocorpus, Jacky Tronel  (un jeune retraité natif de Tours) , habitant dans le Bergeracois, et,… par ailleurs directeur de la revue Secrets de Pays | Échos du Pays des Bastides (Lire dernièrement  un  très bel  article sur Les Bastides du Périgord)  . Jacky Tronel est également le fondateur des Éditions Secrets de Pays – Philippe Poisson.

Aujourd’hui : Détention de Madame Steinheil à la prison Saint-Lazare – Photographie à la une, bande défilante : La cellule de Mme Steinheil à Saint-Lazare, au quartier de la Pistole. Photo Dimanche illustré du 14 novembre 1909.

marguerite-steineilLe 4 novembre 1908, sur la base d’une inculpation de complicité de meurtre, Marguerite Steinheil est écrouée au quartier de la pistole, à la prison Saint-Lazare.« Marguerite Jeanne Japy, épouse Steinheil, est connue pour sa liaison avec le Président Félix Faure, décédé à l’Elysée le 16 février 1899, en sa galante compagnie. Une dizaine d’années plus tard, Madame Steinheil se trouve sur le banc des accusés de la Cour d’Assises de la Seine, inculpée dans une ténébreuse affaire d’homicide. Le 31 mai 1908, sa mère et son mari sont trouvés morts dans leur logis de l’impasse Ronsin, à Paris.

Le 14 novembre 1909, après une plaidoirie de plus de sept heures de son avocat, maître Antony Aubin, Madame Steinheil est acquittée par le jury d’assises de la Seine… bien que le juge ait qualifié son discours de « tissus de mensonges »… »

Par  | samedi 26 mai 2012 – Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site Prisons-cherche-midi-mauzac.

Ce blog consacré à l’Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire est né le 19 février 2010. L’exposition sur les prisons parisiennes organisée par le Musée Carnavalet du 10 février au 4 juillet 2010 (à laquelle j’ai participé pour la partie relative aux prisons militaires) en a été l’élément déclencheur.

Les articles mis en ligne concernent d’abord la prison militaire de Paris, dite « Prison du Cherche-Midi », et son annexe de la Santé, la « Prison militaire du Cherche-Midi repliée à Gurs » puis à Mauzac. Sensible à tout ce qui porte atteinte aux Libertés et aux Droits de l’Homme, je me suis également intéressé aux politiques et aux pratiques de contrôle, d’exclusion, de répression et d’enfermement, s’agissant des hommes, des prisons et des camps

Jacky Tronel : Attaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), responsable scientifique du programme de recherche sur le Cherche-Midi

Coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia

Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire

L’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

Contact : tronel.jacky@wanadoo.fr – 06 75 22 98 46

L’Épuration et les femmes en Dordogne (1944-1951) – 2

Dans 1944 en Dordogne, Jacques Lagrange voit dans « l’acharnement que certains mettent à poursuivre les belles de Périgueux, de Bergerac et de Sarlat » la preuve que « ce mouvement est essentiellement populaire. Avec ce qu’il a de spontané, de sauvage, de cruel, il n’échappe pas au cortège des faits divers accompagnant toute révolution. (11) » Or, il semble maintenant clairement établi que l’Épuration a été, réfléchie, organisée, planifiée. En dépit de quelques débordements dont on ne peut nier qu’ils sont le fait d’actions populaires spontanées, l’Épuration a, le plus souvent, été mise en place, pour ne pas dire mise en scène. C’est le cas des tontes de « collaboratrices » qui ont lieu à Bergerac sur les marches du palais de Justice. Le choix du lieu n’est pas innocent. Sous le porche d’un tribunal où justice est rendue, des femmes soupçonnées de s’être « compromises avec les Boches » sont châtiées, publiquement. Les marches les plus hautes font office de podium, et du haut de cette estrade improvisée, officient les « coiffeurs » en blouse blanche. Ils président à une cérémonie qualifiée par Alain Brossat de « carnaval moche » (12). Le rituel public de la tonte, écrit cet auteur, est « une fête, un jeu, une exhibition, une cérémonie (…) Pour souligner qu’il s’agit d’un jeu, d’un “ théâtre ”, le marquage, ébauche de déguisement, joue un rôle décisif dans la cérémonie des tontes ; le “degré zéro” du travestissement, c’est la croix gammée que l’on trace à la peinture, au goudron, que l’on “sculpte” avec des ciseaux sur le crâne, que l’on dessine sur le visage, les seins, les fesses, voire le corps entier de la tondue. »

Dans son journal personnel, Renée Guimberteau relate la Libération de Mussidan (Dordogne), le 22 août, et mentionne « l’enlèvement des collaboratrices » le jour même. « Malheureusement il pleuvait à torrent et nous n’avons pas pu les voir » écrit-elle. Le 24 août, « la promenade » des collaboratrices n’avait toujours pas eu lieu « car la foule les aurait esquintées ». Il faut attendre que les esprits échauffés s’apaisent pour que le « spectacle » puisse commencer. Le 2 septembre 1944, soit 11 jours après la Libération, elle écrit : « Ce matin on a bien ri. Les FFI ont tondu sur la place les collaboratrices (…) Il y avait un monde fou. On les a promenées dans toutes les rues puis ramenées en prison (13) » … ( Le spectacle des tondues, exhibées en place publique de Bergerac, septembre 1944. Collection Bondier-Lecat.)

Pour en savoir plus voir le billet publié Par 17 juin 2015 sur le site Esprit de pays

Remarque : cet article est divisé en quatre parties : 1e Partie, 2e Partie, 3e Partie et 4e Partie.

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

L’évolution des confessions chrétiennes – Conférence de l’historien Jacky Tronel à Lalinde (Dordogne)

12799011_1241083669254294_2606567821652070246_nLes Amis de Secrets de Pays ont le plaisir de vous annoncer la conférence présentée par l’historien Jacky Tronel, directeur de publication de notre magazine et créateur de la toute récente maison d’éditions “Secrets de Pays”.  Françoise Cheyrou – Secrets de PAYS – Échos du Pays des Bastides

Diplômé de l’EHESS, attaché de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia et membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire, Jacky Tronel anime depuis avril 2010 un blog personnel intitulé “Histoire pénitentiaire et Justice militaire”. Il est également l’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

À lire sur Criminocorpus :

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Rivesaltes : les Harkis manifestent devant le mémorial

Des soldats noirs face au Reich – Les massacres racistes de 1940

Les premières hôtesses de l’air, une révolution dans le ciel de 1946

Schulmeister, l’espion de Napoléon – Le renseignement en Allemagne et en Autriche sous Napoléon

Souriez, vous êtes photographié !

Photographie de mon ami Jacky Tronel : Scène de rue à Istanbul, 1978

musee-carnavalet-prisons-parisCe blog consacré à l’Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire est né le 19 février 2010. L’exposition sur les prisons parisiennes organisée par le Musée Carnavalet du 10 février au 4 juillet 2010 (à laquelle j’ai participé pour la partie relative aux prisons militaires) en a été l’élément déclencheur.

Les articles mis en ligne concernent d’abord la prison militaire de Paris, dite « Prison du Cherche-Midi », et son annexe de la Santé, la « Prison militaire du Cherche-Midi repliée à Gurs » puis à Mauzac. Sensible à tout ce qui porte atteinte aux Libertés et aux Droits de l’Homme, je me suis également intéressé aux politiques et aux pratiques de contrôle, d’exclusion, de répression et d’enfermement, s’agissant des hommes, des prisons et des camps

Histoire pénitentiaire et Justice militaire » Blog de Jacky …

Jacky Tronel :

Jacky TronelAttaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), responsable scientifique du programme de recherche sur le Cherche-Midi

Coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia

Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire

L’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

Contact : tronel.jacky@wanadoo.fr – 06 75 22 98 46