Archives du mot-clé histoire

L’oeuvre du temps – Mémoire, histoire, engagement – Ludivine Bantigny

Parution du livre le 17 janvier 2019 –  C’est un parcours sur les sentiers du temps que ce livre propose, d’une plume vive et engagée. A la rencontre de quelques spectres, des fragments d’un passé personnel, intime parfois même, s’imbriquent dans le récit historien où des questions taraudantes sont soulevées. Quel est le rapport au temps selon les sociétés ? Quels liens l’histoire peut-elle nouer avec la psychanalyse ? L’écriture de l’histoire peut-elle être neutre – et doit-elle l’être ? Quelle part y occupent les émotions et l’intensité des sensibilités ? Ces pages vagabondent aussi à travers des romans, pour agripper en eux la matière du temps, robuste, charnelle, parfois étourdissante.

La vie des morts renaît ici : car l’histoire est peuplée de fantômes qui viennent nous visiter sans toujours nous hanter. L’ouvrage part à la recherche d’un temps ravivé où surgit l’intensité historique : le temps de l’événement en particulier. C’est l’occasion d’explorer les rapports de générations, leurs conflits et plus encore leurs solidarités. Le tout se dit dans une écriture au présent, où l’on pense possible d’abolir l’imparfait : les temps grammaticaux expriment tant de choses sur nos sociétés, leurs conceptions de l’avenir comme du passé.

Le livre s’aventure pour finir sur quelques chemins d’espoir ouvrant sur d’autres temps : des futurs imaginés mais non pas imaginaires pour autant. Afin que vienne enfin un temps dont on s’éprenne.

Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen Normandie et chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po Paris. Elle a travaillé sur la jeunesse et les générations, l’engagement politique et la conscience historique, la guerre d’Algérie, l’événement 1968 et la décennie qui l’a suivi. Elle s’intéresse également à l’histoire des projets de société et des futurs imaginés.

Elle a entre autres publié 1968, de grands soirs en petits matins (Seuil, 2018), La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013 [rééd. 2019]) et Le plus bel âge ? jeunes et jeunesse en France de l’aube des  » Trente Glorieuses  » à la guerre d’Algérie (Fayard, 2007)…

Éditeur : Editions de la Sorbonne

« … On entend de temps en temps Ludivine Bantigny sur les ondes, sur France culture notamment. On la découvre à la télévision pour des documentaires – elle a notamment été conseillère historique et a interprété un rôle dans 68, la plus grande grève du siècle en direct de Dimitri Kourtchine et Gilles Perez diffusé sur France 3 en avril 2018 – ou pour l’émission 28 minutes sur Arte – elle y intervient comme chroniqueuse dans le « club » du vendredi. De fait, c’est une historienne engagée pour qui le temps presse : elle souhaite consacrer ses prochaines années de recherche à explorer des expériences politiques alternatives, des pensées et pratiques d’un monde où le marché ne serait pas un grand totem, où la concurrence cesserait de nous accabler, où l’exploitation ferait place à l’émancipation… »

Pour en savoir plus sur https://criminocorpus.hypotheses.org/59202

Le calendrier Histoire par les femmes

Sur la suggestion d’une lectrice il y a quelques mois, je me suis lancée dans un projet pour l’année 2018 : un calendrier valorisant les femmes dans l’Histoire !

En douze mois thématiques, ce calendrier vous propose de (re)découvrir une femme chaque jour. Le calendrier contient soixante pages, une par semaine, et présente chaque femme en quelques lignes.

Parmi les thèmes abordés : scientifiques, pionnières, résistantes, femmes de lettres, combattantes… et tant d’autres !

Pour en savoir plus sur calendrier

« Les fonds d’archives sont d’une richesse incroyable sur l’histoire des femmes »

 Jusqu’en juin 2018, les Archives nationales mettent les femmes à l’honneur sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine dans le cadre de l’opération « Aux Archives, citoyennes ! » Éclairage avec leur directrice, Françoise Banat-Berger. 

Aux Archives nationales, on trouve des fonds très riches sur l’histoire des femmes, notamment les fonds emblématiques de Simone Veil, mais aussi ceux de grandes scientifiques, comme l’anthropologue Françoise Héritier, l’historienne Michelle Perrot, ou la psychanalyste Françoise Dolto

Quand nous nous sommes installés sur le site de Pierrefitte-sur-Seine, nous avons tout de suite eu des liens étroits avec l’Université Paris VIII en pointe sur la question du genre. Pour cette raison, nous avons, dès 2013, fait des archives de genre un axe de travail majeur de notre programme scientifique et culturel.  L’an dernier, l’exposition, « Présumées coupables » qui retraçait l’histoire des femmes qui, depuis le Moyen-Age, ont été confrontées à l’institution judiciaire, a eu beaucoup de succès. Parallèlement, le ministère de la Culture a commandé un rapport sur les archives des femmes à l’historienne Françoise Thébaud qui a réuni autour d’elle de nombreuses institutions et associations. Au moment de la remise du rapport, les Archives nationales ont accueilli plusieurs tables-rondes où se sont exprimés, d’un côté, les institutions, représentées dans toute leur diversité, de l’autre, des donateurs, qui ont expliqué le sens que revêtait pour eux cet acte de donation. Les débats ont été passionnants. C’est dans ce cadre que nous avons décidé, en ayant aussi à l’esprit la volonté de nouer des partenariats avec les communes voisines et les associations de Pierrefitte-sur-Seine, de lancer le cycle « Aux Archives, citoyennes ! »   …

Pour en savoir plus lire le billet publié le 25 octobre 2017 sur le site

 Culturecommunication.gouv.

L’hôpital en France : Du Moyen Âge à nos jours, Histoire et architecture

hopital-en-france-2-volume-webHistoire et architecture des hôpitaux français

Comment est-on passé de la salle commune à la chambre individuelle ? Comment l’hôpital, d’abord hospice, est devenu établissement de soins ? Quelle est l’histoire des maternités, des lazarets, des asiles d’aliénés ? Autant de réponses à découvrir dans le voyage architectural à travers toute la France auquel invite ce bel ouvrage illustré de 592 pages, qui retrace l’histoire de l’hôpital et de son architecture en France du Moyen-Âge à nos jours.

L’hôpital, entre charité chrétienne et hygiénisme

Jusqu’au siècle des Lumières, l’hôpital, lieu de charité chrétienne et d’exclusion sociale, est aussi le premier outil d’une politique sanitaire balbutiante. L’incendie de l’hôtel-Dieu de Paris, en 1772, est le catalyseur d’une double réflexion sur la prise en charge des démunis et sur les réponses architecturales accordées à une première médicalisation de l’hôpital. Ainsi architectes et médecins poursuivent tout au long du XIXe siècle la même chimère : une architecture en mesure de soigner le corps et l’esprit. L’hygiénisme impose alors durablement le plan en « double peigne » puis le système du pavillon isolé tandis que les découvertes de Pasteur tardent à faire valoir leur logique. Inversement, dans l’Entre-deux-guerres, ce sont les données économiques, sociales et architecturales qui précèdent la révolution de l’antibiothérapie pour donner naissance à l’hôpital-bloc. Les Trente Glorieuses appliquent à l’institution leur politique centralisatrice, prescriptrice de modèles fonctionnels. Aujourd’hui, les maîtres mots sont désormais humanisation et insertion urbaine.

Explorer l’histoire des hôpitaux en France revient à cheminer auprès du pèlerin, de l’indigent, du marginal, du déviant, du fou, de l’enfant abandonné, du vieillard, de l’infirme, du malade, aujourd’hui du patient. C’est surtout découvrir, présents dans toutes nos villes, des bâtiments d’exception.

La 1ère édition a reçu la médaille d’or de la société française d’histoire des hôpitaux en 2014.

Extraits de la préface de Claude Mignot

L’histoire de l’hôpital est à tout à fait exemplaire de ces glissements progressifs, presque insensibles quand on travaille sur une période courte, mais spectaculaires quand on prend le sujet dans toute son ampleur : de la salle médiévale, qui n’offre qu’un abri, et un abri dangereux, aux machines à guérir ultra-spécialisées d’aujourd’hui, dont les programmes fournis par les maîtres d’ouvrage aux architectes comptent plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de pages.

On pourra donc faire une double lecture de ce livre : on y trouvera une histoire complète et détaillée sur la longue durée et jusqu’au temps présent de l’hôpital en France, mais aussi une très belle illustration de méthode. La clé de l’architecture est sans doute du côté de la construction et sa poésie du côté des ornements, mais les causes profondes de son évolution se trouvent d’abord du côté des programmes et de ce qui les conditionne (mœurs, usages, mentalités, société, etc.).

Les auteurs de ce très bel ouvrage de synthèse sur les hôpitaux français n’ont pas organisé leur matière en fonction de l’histoire des styles, mais bien en fonction des causes profondes de l’évolution des hôpitaux, c’est-à-dire en fonction d’une conception très large de la médecine, incluant les connaissances vraies ou fausses sur la transmission des maladies, mais aussi en fonction de la législation sur la santé publique. Ils rendent donc lumineux ce lent processus, avec ses moments de basculements et de brusques accélérations, qui remodèle leur objet. Ils n’en négligent pas pour autant les autres facettes, des structures constructives aux styles et aux ornements. L’illustration, toujours judicieuse, offre à cet égard un tableau historique fascinant qui permet soit de descendre dans le fil du temps, soit d’y remonter, soit encore de faire de magnifiques arrêts sur image. Ces bâtiments en effet portent en eux des leçons d’architecture : ils montrent que celle-ci, lorsqu’elle est belle, a pu et peut encore apporter aux cœurs des hommes une joie ou une sérénité, lesquelles peuvent aussi contribuer à la guérison.

Au moment où le patrimoine hospitalier français connaît un bouleversement profond, à la fois par l’émergence de toute une génération de nouveaux hôpitaux (où l’excellence médicale n’est pas toujours au rendez-vous, tant les problèmes sont devenus complexes), et par la désaffectation de nombreux hôpitaux anciens, qui paraissent obsolètes, ce qui conduit parfois à leur disparition et trop rarement à leur réhabilitation, il paraît bien utile de revenir sur cette histoire. Or les auteurs de ce livre nous offrent une lecture profondément renouvelée par un recours systématique aux archives, manuscrites ou imprimées, et clairement structurée par cette attention aux causes profondes de ces mutations, dont la dernière se produit sous nos yeux.

Au lecteur maintenant d’entrer dans ce territoire défriché, balisé, éclairé, sous la conduite des meilleurs guides.

Claude Mignot
Centre André Chastel, université de Paris-Sorbonne

Parution : Décembre 2016
Couverture cartonnée gaufrée
avec jaquette
Format : 21 x 27 cm
592 pages
660 illustrations

Collection Cahiers du patrimoine

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 53 863

C’est l’hôpital qui se moque de la charité – La fabuleuse histoire de l’hôpital du Moyen Age à nos jours

Archive sonore de l’émission Europe 1 « Au cœur de l’Histoire » en date du 26 mai 2016 – C’est un grand chirurgien, professeur d’histoire de la Médecine, que reçoit Franck Ferrand, cet après-midi. Jean-Noël Fabiani vient de faire paraître un ouvrage passionnant sur l’histoire de l’hôpital à travers les siècles.

Pour entrer dans le sujet, Franck Ferrand nous propose de revivre la terrible épidémie de choléra, à Paris – c’était en 1832.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission Europe1

9782352045090fsParution du livre le 4 mai 2016 –  Vingt-huit histoires iconoclastes sur les médecins, les malades et l’hôpital. Avec un goût prononcé pour l’anecdote et une maîtrise de l’art de la chute, le chirurgien et professeur Jean-Noël Fabiani raconte les grandes heures de l’hôpital et de la médecine française avec humour et érudition. On y apprendra notamment : Comment « l’hospice » du Moyen Age destiné à accueillir des pèlerins s’est transformé en un lieu où l’on a rassemblé des malades, Comment les chats auraient pu freiner l’épidémie de peste de 1347, s’ils n’avaient pas été éradiqués par l’Inquisition, Comment faire la différence entre la « petite » et la « grande » vérole, Comment Bonaparte a obligé les médecins à fréquenter les hôpitaux, Comment Laennec a inventé le stéthoscope, Comment la Reine Victoria a accouché sans douleur, Comment Louis Pasteur a démontré que les germes et les champignons n’étaient pas des générations spontanées, Comment est née la médecine humanitaire, Comment le viagra a été inventé…

SOMMAIRE :

  • LA CROIX ET LA BANNIÈRE
  • ILS NE MOURAIENT PAS TOUS, MAIS TOUS ÉTAIENT FRAPPES
  • UN PRÊTE POUR UN RENDU
  • CAUTÈRES ET JAMBES DE BOIS !
  • L’HÔPITAL, CETTE PRISON
  • CHAOS ET RENAISSANCE
  • UN VACCIN POUR LES GROGNARDS
  • SOUDAIN ORFILA FILA
  • ET LAENNEC INVENTA LE STÉTHOSCOPE
  • DOCTEUR, ON VOUS A PRÉPARÉ LE BILLARD

Le Professeur Jean-Noël Fabiani est chef de service de chirurgie cardiovasculaire et de transplantation d’organes à l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris et professeur à la faculté René-Descartes, où il enseigne l’histoire de la médecine. Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques et de quelques ouvrages de vulgarisation médicale.

 

Enregistrer

Bibliographie de l’histoire de la gendarmerie nationale

Le professeur Jean-Noel LUC, Ronan L’HEREEC, le LCL EBEL et Salomé KRAKOWSKI ont procédé à un long travail de recherche puis de mise à jour pour proposer la bibliographie de l’histoire de la gendarmerie nationale que le CREOGN a le plaisir de mettre à votre disposition sur son site.

Cet instrument de travail répertorie 3109 titres d’articles, d’ouvrages ou de travaux universitaires. Il a été mis à jour jusqu’au mois de décembre 2015 pour les articles des publications corporatives et jusqu’en juin 2016 pour les livres, les articles de revues et les travaux universitaires. Il propose un classement chrono-thématique du corpus et une liste des références par ordre alphabétique des auteurs. Par souci didactique, les auteurs n’ont pas hésité à réitérer les occurrences d’un même titre lorsqu’il leur semblait utile de le faire figurer dans plusieurs rubriques des chapitres un à six. Cette présentation permet aux chercheurs et aux étudiants d’accéder rapidement et directement aux renseignements bibliographiques, sans avoir à parcourir l’ensemble de l’inventaire. Contrairement à la logique des bibliographies d’histoire, les auteurs ont dissocié les travaux universitaires des autres ouvrages afin de donner plus de visibilité sur l’état de la recherche.

Document(s) lié(s) :

Liste thématique des ouvrages janvier 2016, VF avec table.pdf

Enregistrer

Enregistrer

Histoire de la Renault 4. une voiture « blue-jean »

Dans les années 1950, pour remplacer la 4CV vieillissante et afin de concurrencer la 2CV Pierre Dreyfus demande à son équipe de créer « une voiture polyvalente, qui soit à la fois un véhicule urbain et rural, qui corresponde aux besoins de tout le monde, bref une voiture « blue-jean ». En octobre 1956 le projet se concrétise et la conception du projet 112 est lancé, projet longtemps appelé la « 350 » puisque Pierre Dreyfus souhaite en outre que le prix de cette voiture ne dépasse pas les 350 000 ancien francs.

De nombreux essais et prototypes verront le jour entre 1956 et 1961, pour tester les différentes motorisations possible (2 à 4 cylindres, refroidissement à air ou à eau), la direction, les différents type de cardans, la géométrie du train avant. Ces prototypes de la future Renault 4 sillonnent les routes du monde des USA à la Suède en passant par la Sardaigne ou la Guinée et connaissent les conditions de roulage les plus extrêmes.

A partir du 7 juillet 1961 les chaînes de montage de la 4CV sont remplacées par celle de la R4 et c’est le 3 août que la première Renault 4L peut officiellement sortir de la chaîne de production de l’île Seguin. Albuga Villarín à j’aime l’histoire

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

philippe poisson – Google+ 52 830