Archives du mot-clé France

Julie-Victoire Daubié : première femme bachelière de France.

Lyon, 1861 : à 37 ans, Julie-Victoire Daubié devient la première femme à être autorisée à passer le bac, et à l’obtenir. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Julie-Victoire Daubié continue et devient la première femme licenciée en Lettres en 1872 de la Sorbonne, alors que les cours (et non pas la présentation à l’examen) sont encore interdits aux femmes. Montée à Paris et devenue journaliste économique, elle laissera à sa mort en 1874 sa thèse de doctorat inachevée, sur le thème : La Condition de la femme dans la société romaine.-Bethsabée Krivoshey – Le Salon des dames

Séminaire de recherche : « Les populations noires en France : du préjugé de couleur à la color-blindness (XVIIe – XXIe siècle) »

populations_afficheDepuis quelques années, des travaux étudient les formes de racialisation subies ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires.

Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ?

Destiné aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, ce séminaire réunit des chercheurs français américains spécialistes de la France, il est également le lieu d’un dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique. Il sera consacré en 2016-2017 à la color-blindness supposée de la société française, en associant des travaux d’historiens retraçant l’histoire complexe et au long cours du préjugé de couleur et du racisme anti-noir en France et des approches partant des pratiques actuelles de discrimination.

Plusieurs pistes sont explorées. La première concerne les liens et les échanges entre les formes coloniales et métropolitaines de racialisation. L’hypothèse de la continuité ou d’un emprunt mécanique qui ne cesserait d’être inconsciemment reconduit est d’un faible recours. Quelles sont les formes et les conséquences, éventuellement contingentes, des migrations vers la métropole ? Aux analyses univoques de la représentation française des Noirs, il importe de substituer une histoire sociale capable d’analyser la pluralité dynamique des positionnements. Dans la même logique, il faut se demander sur quelles pratiques sociales exactement vient se greffer la racialisation, qu’elle soit imposée, négociée ou revendiquée ? Les travaux existant invitent en particulier à examiner ses traductions dans le monde du travail.

Séminaire organisé par :

  • Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8, IDHES (UMR 8533)
  • Sylvain Pattieu (Université Paris 8, EA 1570)
  • Audrey Célestine (Université Lille 3)
  • Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise)
  • Françoise Lemaire (Archives nationales)
  • Sylvain Pattieu (Université de Californie, Santa Cruz)
  • Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz)

Programme

PDF - 507.6 ko
Programme détaillé
  • 6 octobre : Introduction : Audrey Célestine, Sarah Fila-Bakabadio, Françoise Lemaire, Sylvain Pattieu, Emmanuelle Sibeud
  • 20 octobre : Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8, IDHES), « Aménager la ligne de couleur. Les engagements et les combats de Blaise Diagne, député du Sénégal (1914-1934) ».
  • 17 novembre : Pierre Boulle (McGill University, Montréal), « Lire entre les lignes : la vie des noirs en France au XVIIIe siècle ».
  • 1er décembre : Patrick Simon (Ined), « Où sont les noirs dans la statistique française ? Perspectives méthodologiques et épistémologiques à partir de plusieurs enquêtes récentes »
  • 15 décembre : Daniel Sabbagh (Sciences Po CERI) et Magali Bessone (Université Rennes I, IDA-Rennes), « Race, racisme, discriminations : perspectives philosophiques ».
  • 12 janvier : Emily Marker (Rutgers University – Camden), « Qu’est-ce que le racisme ? Un débat franco-africain dans l’après-guerre, 1945-1955 ».
  • 2 février : Jean-Frédéric Schaub (Ehess, CRBC), « Race et couleur : deux histoires parallèles ».
  • 23 février : Christelle Avril (Ehess, IRIS), « Des discriminations raciales aux pratiques de travail : le cas des aides à domicile de l’agglomération parisienne ».
  • 2 mars : Violaine Challeat-Fonck et Émilie Charrier (Archives nationales, Département Justice – Intérieur) : « La surveillance des coloniaux au XXe siècle, à partir des fonds de la Sûreté (Ministère de l’Intérieur, France) », séance aux Archives nationales.
  • 9 mars : François Bonnet (CNRS, UMR Pacte), « Comment la police parle en public des minorités en France, en Italie et aux Pays-Bas ».
  • 23 mars : « Littérature(s) noire(s) ? Usages et catégories », Journée d’étude.
  • 20 avril : Ary Gordien (Université Paris – Descartes, CANTHEL), « L’implicite racial de l’affirmation identitaire guadeloupéenne ».
  • 4 mai : Maxime Cervulle (Université Paris 8, CEMTI), « L’identité blanche et sa critique. À propos de l’ouvrage Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias ».
  • 18 mai : Stéphanie Mulot (Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP), « ‘Vous êtes métisse ou vous êtes chabine ?’ Couleur, assignations et négociations identitaires en Guadeloupe ».

Informations pratiques

Jeudi 6 octobre

Musée d’art et d’histoire
22 bis Rue Gabriel Péri
93200 Saint-Denis

Contact

Emmanuelle SIBEUD – esibeud@univ-paris8.fr

ob_462626_ob-056637-p1150922Indépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

blog de Philippe Poisson  2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

philippe poisson – Google+

Le pouvoir est dans la rue : Crises politiques et manifestations en France

Archive du blog 2000 ans d’Histoire – Que ce soit une manifestions étudiante comme en mai 68, une manifestation contre une loi ou une réforme ou une manifestation purement politique lorsque que Le Pen atteignit le second tour de l’élection présidentielle de 2002, cette dernière est une tradition que beaucoup pensent bien française. A partir de quand est elle née ? Quelles sont les différents types de manifestation et comment le pouvoir en place les les interprètent elles ? Réponses dans ce podcast de 2000 ans d’histoire.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter 2000 ans d’Histoire

Danielle Tartakowsky

Spécialiste de l’histoire politique de la France au XXᵉ siècle

Découvrez également les deux livres de Danielle-Tartakowsky sur ce sujet:

 

cropped-11232117_10152999472353997_1356031260931184515_n1.jpgEn parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

 

De la religion en prison

Un tabou en milieu carcéral : les relations amoureuses entre détenus et personnels

Exposition sur les femmes jugées (Archives nationales)

Féminin en art majeur – Hommage « aux femmes artiste-peintre » – (Laurence Dionigi)

La prostitution en France au XIXe siècle

Archive du blog La Marche de l’Histoire – Depuis 1946 , la loi ne cesse  d’intervenir dans le champ de la prostitution, avec comme horizon d’attente son abolition. Au XIXe, les régimes successifs s’en tenaient, tranquilles comme Baptiste, à ce qu’ils nommaient le réglementarisme. Il fallait que les filles se soumettent à une inscription et à l’application de textes sensés protéger la santé et la tranquillité publiques, les maisons closes étaient encouragées puisqu’elles contenaient ce qui était  inévitable, hélas.

Le parrain de ce système, c’était Parent-Duchatelet. De ses enquêtes sociologiques empiriques, il  avait titré la conclusion que les bas instincts de l’homme, ses « entraînements génésiques », ne pouvaient être réprimés. Il leur fallait des défouloirs. Mais, en grand médecins hygiéniste qu’il était, Parent-Duchatelet estimait que les femmes destinées à tenir ce rôle devaient être contrôlées et surtout ne pas se disséminer…

Invitée de l’émission de Jean Lebrun du mardi 22 septembre 2015

Lola Gonzalez-Quijano : Chercheure associée à EHESS

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France Inter La Marche de l’Histoire

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

L’incarcération des jeunes : les colonies pénitentiaires au XIXème siècle

Quelques mots de Juliette Greco

arnaud-baumann-juliette-greco« Ce que nous avons en partie perdu, c’est un art de vivre ensemble. Une courtoisie, un raffinement qui faisaient le charme fou de la France. C’est précieux, l’élégance, qu’elle soit dans la parole, les relations, la nourriture, la chanson… Avec la mort de Brassens, de Brel, de Barbara, nous avons laissé ­filer une exigence du langage — pour ceux-là, une chanson était un travail énorme, des mois de recherche, de l’orfèvrerie. Cette flamme de l‘écriture ne s’est pas totalement éteinte, mais elle s’est raréfiée. Désormais il faut vendre. Plaire, à toute force. L’argent est devenu la valeur absolue. La musique commerciale est un peu comme la nourriture industrielle, standardisée. Et la jeunesse est en uniforme, qu’on le veuille ou non. Les mêmes blousons, les mêmes baskets, les mêmes marques… » – Juliette Gréco

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

L’incarcération des jeunes : les colonies pénitentiaires au XIXème siècle

L’Affiche Rouge – Aragon par Léo Ferré

Jules Durand, ouvrier, anarchiste et martyr

Les réfugiés de la guerre d’Espagne arrivent en France

Femmes Hors-la-loi – Le banditisme au féminin en France

Aujourd’hui les femmes hors-la-loi ont grandi dans les cités et se sont pour la plupart investies dans le trafic de drogue, l’activité criminelle la plus lucrative du moment. Elles sont dealeuses, passeuses, blanchisseuses ou nourrices…

Invités de l’émission de Jacques Pradel :

Frédéric Ploquin, journaliste, spécialiste des affaires de police et de justice à Marianne ; Maria Poblete, journaliste et écrivain. Auteurs du livre Femmes Hors-la-loi (Editions Fayard / parait aujourd’hui) ; Me Richard Koplewicz, avocat au barreau de Paris.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de L’heure du crime

Parution du livre le 3 février 2016 – Autrefois, elles portaient des talons hauts et des bas noirs quand leurs hommes sortaient en costume-cravate. Aujourd’hui, leurs héritières sont plus souvent chaussées de baskets.
Celles qui gravitaient au siècle dernier autour des malfrats parisiens, lyonnais, marseillais ou corses étaient serveuses, barmaids ou croupières dans les cercles de jeux, tenaient la comptabilité occulte ou bien géraient en mères maquerelles les maisons de passe.
Aujourd’hui, les femmes hors-la-loi ont grandi dans les cités et se sont pour la plupart investies dans le trafic de drogue, l’activité criminelle la plus lucrative du moment, elles sont dealeuses, passeuses, blanchisseuses ou nourrices, sans pour autant laisser tomber les vieilles recettes, à commencer par tout ce qui se rapporte au commerce du sexe. Sans oublier celles qui sont tombées  dans la criminalité par amour, celui d’un homme, d’un frère, d’un clan…
Pour donner corps à ce Parrains & caïds  au féminin, Frédéric Ploquin et Maria Poblete ont rencontré ces femmes, ont su tisser des liens avec elles et les ont convaincues de témoigner, de raconter leur vie.
Ils ont également souhaité et obtenu l’autorisation de séjourner pendant une semaine dans la seule prison française exclusivement réservée au sexe dit « faible », expression dont on mesurera au fil de ces pages la désuétude…

Ces femmes hors-la-loi vous surprendront par leur détermination, leur langage  et leur force de frappe.

Frédéric Ploquin est l’auteur aux Éditions Fayard de la série Parrains & caïds consacrée au banditisme. Il est spécialiste des affaires de police et de justice à Marianne.

 Maria Poblete est journaliste et écrivain.

Éditions Fayard Témoignages/Doc/Actu