Archives du mot-clé femme

Jacqueline Sauvage, la contre-enquête

Deux journalistes reviennent sur l’histoire Jacqueline Sauvage. Cette femme condamnée pour avoir tué son mari violent, puis graciée après que l’opinion publique s’en soit mêlée.

Invité(e)s de l’émission RTL de jacques Pradel du 3 octobre 2017 : Hélène Mathieu et Daniel Grandclément pour leur livre, « La vérité sur l’affaire Jacqueline Sauvage ». Une « contre-enquête » qui paraît mercredi 4 octobre aux éditions Stock – Me Nathalie Tomasini et Me Janine Bonaggiunta du barreau de Paris, les deux avocates de Jacqueline Sauvage.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de Rtl

Parution du livre le 4 octobre 2017 – « Pourquoi s’acharner sur Jacqueline Sauvage ? Elle a assez payé ! » vont penser ceux qui ont vécu pendant des mois au rythme des manifestations.

Comme eux, une bonne partie de l’opinion publique a réclamé la grâce de cette femme meurtrière de son mari après quarante-sept années de violences.

Pourtant, deux jurys populaires l’ont condamnée à dix ans de prison. Des faits ignorés du grand public justifiaient-ils cette sévérité ?

Ce livre-enquête, écrit sans parti pris, révèle les zones d’ombre de l’affaire et dévoile une femme complexe, à la fois dure et soumise, humiliée par son mari, mais amoureuse et jalouse.

Méritait-elle de devenir l’emblème des femmes battues ?

« La cause était bonne mais ce n’était pas la bonne personne », tranchera l’avocat général du procès en appel.

Collection : Essais – Documents

Une femme dans la Résistance

Parution du livre le 25 mars 2017 – Un cadavre est découvert, lors des travaux de rénovation d’une vieille ferme, dans une vallée à quelques kilomètres de la Côte de Granit rose. « Janine » – son pseudonyme dans la clandestinité –, institutrice en retraite, raconte ce que fut son rôle dans la Résistance. Elle est la seule encore en vie à savoir pourquoi un jeune homme a été enterré à cet endroit en 1944, et qui il est. C’est l’occasion pour elle d’évoquer, entre autres péripéties, comment elle est devenue agent de liaison d’un mouvement de résistance, comment elle s’est occupée d’aviateurs alliés en attente de rapatriement vers la Grande-Bretagne. On assiste aussi à une sombre affaire – l’assassinat d’un couple de résistants – qui ne sera élucidée que bien des années après la guerre. Il s’agit enfin d’une longue histoire d’amour née dans la clandestinité, vécue jusqu’au bout avec rage et passion. Un roman palpitant, un document passionnant…

La Gidouille – Éditeur de livres – Publier des ouvrages d’auteurs inspirés d’horizons divers, sans préjugé ni tabou. L’empathie avec les auteurs et l’émotion dégagée par le texte sont les seuls critères retenus.

Le choix va vers des romans, de préférence courts et denses, ou des nouvelles, qui côtoient les titres de la collection « Vive voie », récits de vies ou de tranches de vie méritantes, insolites, pittoresques ou remarquables, mais toujours enrichissants.

Alain Lozac’h, installé en Bretagne près de Saint-Brieuc, passionné d’histoire, est l’auteur d’une quinzaine de livres. Plusieurs de ses ouvrages sont consacrés au patrimoine et aux aventures maritimes (Ports de Bretagne, La Pérouse, Jim Hawkins).Le thème de la seconde guerre mondiale est également un de ses sujets de prédilection, qu’il traite à travers des domaines aussi variés que ceux de la Résistance, de la spoliation des œuvres d’art, des pilotes de la France Libre, etc.

Madame Bardot, femme, libérée, sauvage, fière

«Madame Bardot, femme, libérée, sauvage, fière»: maître de la BD érotique, Milo Manara croque le mythe «BB»

L’Italien Milo Manara a croqué de son pinceau léger les traits inoubliables et les courbes sensuelles de Brigitte Bardot.

L’Italien Milo Manara, maître de la bande dessinée érotique, a jeté son dévolu sur une nouvelle muse: l’icône universelle de la libération sexuelle Brigitte Bardot, dont il a tiré 25 aquarelles inédites qui seront mises en vente à Paris et Bruxelles le 12 juin.

À 70 ans, le Vénitien, qui a connu un immense succès dans les années 1980 avec «Le déclic» ou «Un été indien», a croqué de son pinceau léger les traits inoubliables et les courbes sensuelles de l’héroïne d’«Et Dieu… créa la femme», selon des reproductions qu’a pu consulter l’AFP.

Bardot à genoux sur la plage, accompagnée d’une panthère noire ou d’un léopard… les poses changent, mais la plus célèbre bouche du cinéma des années 50 et 60 reste le plus souvent boudeuse. Quant aux tenues, elles sont des plus légères…

«C’est la première fois depuis Aslan –qui avait sculpté en 1968 le buste de l’actrice et chanteuse en Marianne– que Brigitte Bardot autorise un artiste à travailler son image», s’est félicité dans un communiqué Alexandre Millon, le commissaire-priseur qui tiendra le marteau le 12 juin pour une vente qui se déroulera à Bruxelles, en duplex avec Paris.

Les 25 aquarelles ont été signées au dos par l’ancienne actrice, qui a également intégré à chaque dessin le symbole qui lui est le plus personnel, une «marguerite à sept pétales qui veut dire je t’aime discrètement à ceux qui la reçoivent…», selon le dossier de presse.

Un nouveau modèle de femme

«Pour quelqu’un de mon âge mais aussi, je crois, pour les générations postérieures, Brigitte Bardot constitue un mythe. Avant elle, la femme idéale était incarnée par Marilyn Monroe. Madame Bardot a vraiment proposé un nouveau modèle de femme, libérée, sauvage, fière», explique Manara, cité dans le communiqué.

Manara «a révolutionné la bande dessinée érotique et la bande dessinée en général, notamment grâce à ses collaborations magistrales avec Federico Fellini et Hugo Pratt», rappellent les deux experts en BD de la maison de ventes Millon, Marc Breyne et Alain Huberty.

Les 25 aquarelles de Manara seront exposées les 3,4 et 5 juin dans l’ancienne gendarmerie de Saint-Tropez (sud de la France), les 7 et 8 juin dans les salons Claude-Robert à Paris et les 10 et 11 juin à la galerie Huberty & Breyne à Bruxelles.

La vente, qui se déroulera le 12 juin, sera suivie de la dispersion de 120 dessins originaux, planches et illustrations signées Bilal, Moebius, Gotlib ou encore Uderzo.Benaouda Bouremana ‎j’aime l’histoire

PEARL BUCK, femme de lettres américaine.

17103638_1402758739795309_3911064722079497536_nLe 6 mars 1973 mourait PEARL BUCK, femme de lettres américaine. Elle fut longtemps méprisée par le monde littéraire pour son style simple et sa popularité immense. Aujourd’hui tout le monde reconnaît enfin en elle une auteure majeure du XXème siècle. Ses livres, presque toujours situés dans ce pays, ont largement contribué à faire naître la Chine dans l’imaginaire occidental. Prix Nobel 1938.

« Avez-vous vu parfois une jolie vallée grises, sous un ciel lourd ? Puis brusquement les nuages se séparent, le soleil descend, et la vie, la couleur surgissent joyeusement et chantent partout. C’est à cela qu’elle ressemble en ce moment-ci. Le bonheur fait vivre ses yeux, et sa voix est une perpétuelle chanson. »

Vent d’Est vent d’Ouest. 1930. traduit de l’américain par Germaine Delamain.La Cause Littéraire

Le poilu était une femme : une confusion embarrassante autour du retour du corps d’un soldat mort pour la France

En 1920, après de longs et vifs débats, les parlementaires français autorisent enfin l’exhumation des corps de soldats morts pendant la Grande Guerre, afin que ces derniers puissent être restitués aux familles qui le souhaitent. Par cette décision, la France espère mettre fin aux exhumations sauvages et au commerce crapuleux des « mercantis de la mort ». Si, désormais, le transport des corps doit être strictement organisé sous le contrôle de l’État, l’ampleur d’une telle manœuvre est toutefois source de confusion. La dépouille est-elle véritablement celle que l’on croit ? C’est la question qui se pose à la suite de la découverte d’une incroyable erreur à Riantec, dans le Morbihan…

Pour en savoir plus voir le billet publié par  Yves-Marie EVANNO sur le site enenvor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…

 

Quelle est l’arme indispensable pour une femme d’aujourd’hui ?

Quelle est l’arme indispensable pour une femme d’aujourd’hui ?

Les études. Le savoir, c’est une forme de pouvoir en particulier pour les femmes. D’abord parce qu’elles connaissent mal l’Histoire et leur histoire en particulier. Et quand on connaît mal son histoire, on ne sait pas comment faire aboutir la revendication féministe.

Gisèle Halimi – Avocate féministe

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+ 53 325

blog de Philippe Poisson  2 155 189 visiteurs uniques au 20 novembre 2016

« Je n’étais pas la bienvenue » : Première femme dans le huis clos d’ un sous-marin nucléaire d’attaque

1507-1Parution du livre en octobre 2016 – Pénétrer dans un sous-marin nucléaire d’attaque, c’est forcer le domicile d’une famille jalouse de ses petits secrets inavouables.  » C’est ce qu’a vécu durant un mois la journaliste spécialisée Défense du Monde, Nathalie Guibert, avec l’équipage bleu du Perle, un des six sous-marins nucléaires d’attaque de la Marine nationale. Avant une expérimentation qui permet à des officiers féminines d’embarquer à bord des sous-marins, la  » néo-puante  »  » Madame Guibert  » est la première femme à vivre l’expérience. Elle partage cette aventure intérieure dans un livre, Je n’étais pas la bienvenue (éditions Paulsen, 18,50 €). A la manière d’une ethnologue, à l’étroit dans l’immensité.

Entre la lumière jaune qui n’éclaire pas suffisamment la niche (la bannette qui sert de lit) pour signifier le jour, lumière rouge à 20 h pour la nuit, Nathalie Guibert a écrit un joli texte, à la fois personnel, humain et analytique, entre descente et remontée, craquements, suintements et silence des abysses. Situés à 300 m car à 600 le Perle serait condamné à l’écrasement, la destruction.

Elle décrit ses angoisses et ses questionnements, comme ceux des 75 hommes du SNA, concentrés sur leur discipline : «  Le sous-marin, c’est le sport extrême. Peu d’appelés et encore moins d’élus.  » Au points qu’ils  » vivent sous-marin « , chacun à leur juste place. Jusqu’à en être ébranlés quand ils sont à terre.

Au-delà, il faut vivre l’enfermement, l’isolement, la promiscuité de la chambre à cinq, le sentiment de ne pas être à sa place.  » Silence dans le bord ! « 

Elle n’est pas la bienvenue à bord du Perle suggère le titre du livre mais sur le pont, après avoir été présentée par le pacha, la journaliste du Monde est applaudie  » à ma grande surprise « . Durant ce mois, elle vit en réalité une expérience personnelle et collective unique. Un officier, avec qui elle partage la chambre à cinq, lui tape sur les nerfs mais intériorise :  » La vie dans le sous-marin impose de la retenue en tout.  » Jusqu’à la délivrance délicate de la fin de mission :  » Je commence à comprendre combien l’expérience m’a transformée (…) J’ai détesté que tout s’arrête brutalement.  » Une aventure intérieure dans tous les sens du terme.

Éditions Paulsen, 192 pages.

14517545_10153977026178997_6850225696966334889_n
En parallèle  du blog  FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …
 
 

Accéder au Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+ 51 081

 blog de Philippe Poisson

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer