Archives du mot-clé Fanny Ardant.

La grande interview : Fanny Ardant

Dans le cadre de l’année linguistique et littéraire franco–russe, Vera Gaufman reçoit depuis Moscou l’actrice et réalisatrice Fanny Ardant. La comédienne y livre son amour pour la littérature russe et son attachement à la liberté d’expression.

En ce début d’année 2018, la comédienne Fanny Ardant était à Moscou pour le lancement de l’année de la francophonie dans le monde. Une ambassadrice passionnée qui n’hésite pas à clamer son amour pour la littérature russe : «Je suis tombée amoureuse d’écrivains comme Dostoïevski, Babel ou encore Pouchkine. Ce sont eux qui m’ont fait aimer la Russie». La réalisatrice du film «le Divan de Staline», en 2016, explique encore que la littérature russe a une vision « humaniste de la société. C’est une vision large, voir transcendantale. Il y a une forme de rédemption » dans cette écriture poursuit-elle…

Pour en savoir plus LA GRANDE INTERVIEW : FANNY ARDANT – YouTube

Ecouter Fanny Ardant lire Marguerite Duras au Théâtre de l’Atelier.

LSD VOUS OFFRE… des tarifs préférentiels pour aller écouter Fanny Ardant lire Marguerite Duras au Théâtre de l’Atelier.

Au programme : lecture de l’Été 80 avec la voix suave de Fanny.. Elle vous fera découvrir l’un des plus beaux recueils de la littérature française et lèvera le voile sur Marguerite Duras. Cette femme auteure énigmatique et impressionante qui parlait d’elle à la 3e personne. Vous y retrouverez sa fascination pour la mer, l’enfance, le désir, et l’amour impossible. Vous allez adorer. Prenez vite vos places ici : bit.ly/AmisAtelier

Irrésistible Fanny Ardant !

Je ne mens pas sur mon âge. C’est sans doute suicidaire, mais je ne veux pas être éternellement une jeune fille. Quand on cache son âge, c’est pour continuer à plaire. Moi je ne veux pas. Ça me fait horreur de rentrer là-dedans. Je n’ai plus rien à voir avec la jeunesse, avec tout ça. Non, non ! Mais je mens sur d’autres choses, rassurez-vous ! – Fanny Ardant Le Salon des dames

15941480_1718829915099077_4875761168230204382_nFanny Ardant voit le jour le 22 mars 1949 à Saumur. Fille d’un offi­cier de cava­le­rie, elle passe une enfance voya­geuse avec ses cinq frères et soeurs. Puis, la famille s’ins­talle à Monaco lorsque son père, Jean Ardant, est nommé gouver­neur du palais prin­cier. Adoles­cente, la jeune fille rêve déjà du métier de comé­dienne mais ses parents l’en­cou­ragent à pour­suivre ses études. Brillante élève, Fanny intègre l’Ins­ti­tut d’Études Poli­tiques d’Aix-en-Provence et étudie les rela­tions inter­na­tio­nales. Son diplôme en poche, elle reçoit la béné­dic­tion de ses parents pour suivre sa passion et s’ins­crit à des cours d’art drama­tique.

La jeune comé­dienne, dont la voix se prête à merveille à la tragé­die, débute sur les planches au sein de la troupe du metteur en scène Domi­nique Leverd, en 1974. Elle traverse le réper­toire clas­sique à l’af­fiche de nombreuses pièces (Polyeucte, Esther, Electre, Tête d’or) mais les débuts sont diffi­ciles et l’ac­trice cumule les petits boulots. En 1979, Fanny Ardant est l’hé­roïne d’un feuille­ton en six épisodes, Les Dames de la côte, réalisé par Nina Compa­neez et diffusé sur Antenne 2. Le succès est immé­diat et la révèle alors au grand public. 

Remarquée par le réali­sa­teur François Truf­faut, elle tourne sous sa direc­tion La femme d’à côté face à Gérard Depar­dieu en 1981. Ce rôle lance défi­ni­ti­ve­ment sa carrière au cinéma et ouvre la voie à de nombreuses colla­bo­ra­tions pres­ti­gieuses; Alain Resnais (Mélo), Costa-Gavras (Conseil de famille), Ettore Scola (La Famille), Sydney Pollack (Sabrina)…En 1996, l’ac­trice montre une autre facette de son talent dans la comé­die Pédale Douce de Gabriel Aghion, qui lui vaut de rafler le César de la meilleur actrice 1997. L’ac­trice tourne égale­ment avec Claude Berri dans La déban­dade en 1999, et ne cesse de diver­si­fier ses rôles (Huit femmes, L’Odeur du sang, Trésor, Les beaux jours…). En 2016, l’ac­trice retrouve la réali­sa­trice Paule Muret, vingt-cinq ans après Rien que des Mensonges, et tourne sous sa direc­tion For this is my body.

Paral­lè­le­ment, la comé­dienne passe derrière la caméra et réalise son premier film, Cendres et sang en 2009. Pour incar­ner son person­nage prin­ci­pal elle porte son choix sur l’ac­trice israé­lienne Ronit Elka­betz. Fanny Ardant revient régu­liè­re­ment à ses premiers amours, le théâtre, pour y incar­ner des person­nages forts tels que Maria Callas (Master Class en 1997), Sarah Bern­hardt (Sarah en 2002) ou encore Jeanne d’Arc (Jeanne d’Arc au bûcher en 2010). En 2016, elle est l’af­fiche de la pièce Croque-monsieur de Marcel Mithois avec Bernard Menez et Michael Cohen.

Côté vie privée, Fanny Ardant est mère de trois filles. Sa fille aînée, Lumir, naît en avril 1975 de son union avec le metteur en scène Domi­nique Leverd. Puis, l’ac­trice rencontre François Truf­faut sur le tour­nage de La femme d’à côté. Ensemble, ils ont une fille, José­phine, née en septembre 1983. Mais le réali­sa­teur est emporté par une tumeur au cerveau en octobre 1984. Fanny Ardant retrouve l’amour au bras de l’ac­teur italien Fabio Conversi et donne nais­sance à une troi­sième fille, Bala­dine en avril 1989. Biographie http://www.gala.fr/stars_et_gotha/fanny_ardant

Le Divan de Staline

Par · 16 janvier 2017

 520243-jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxSynopsis : Staline vient se reposer trois jours dans un château au milieu de la forêt. Il est accompagné de sa maîtresse de longue date, Lidia. Dans le bureau où il dort, il y a un divan qui ressemble à celui de Freud à Londres. Il propose à Lidia de jouer au jeu de la psychanalyse, la nuit. Durant le jour, un jeune peintre, Danilov attend d’être reçu par Staline pour lui présenter le monument d’éternité qu’il a conçu à sa gloire. Un rapport trouble, dangereux et pervers se lie entre les trois. L’enjeu est de survivre à la peur et à la trahison.

Le roman de Jean-Daniel Baltassat adapté au cinéma par Fanny Ardant. Avec avec Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner et Paul Hamy.

Pour en savoir plus voir le dossier complet sur le site le divan de Staline

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 60 388