Archives du mot-clé espionnes

Les femmes de la guerre mondiale – Documentaire Historique

Soldates, mères, infirmières, épouses, victimes, espionnes… De 1939 à 1945, les femmes entrent, elles aussi, en guerre et reprennent en main le quotidien au cœur d’une Europe traumatisée, en quête de toujours plus de reconnaissance et d’indépendance. Après leur engagement dans la Grande Guerre, « Elles étaient en guerre 1939-1945 » raconte la version féminine de ce qui fut le second plus grand conflit mondial du XXème siècle.

Éternelles victimes des guerres. Éternelles oubliées de l’Histoire. Elles s’appellent Danielle Casanova, Sophie Scholl, Germaine Tillion, Lucie Aubrac, Geneviève de Gaulle… Elles sont Françaises, Allemandes, Américaines ; militaires, résistantes, déportées… Cette armée de femmes, célèbres ou inconnues, nous font revivre leurs combats pour échapper à la misère, pour s’affranchir du joug des hommes et du gouvernement qui veut les garder au foyer, pour leur survie, pour leur liberté…

Exode, séparation, quotidien sordide, enfermement, résistance, persécutions, collaboration, extermination, bombardements, humiliations, punitions, survivantes… C’est la guerre dans son quotidien le plus douloureux et le plus inhumain que vont nous raconter ces femmes. En 90 minutes d’archives colorisées, ces morceaux de vie nous disent ce que fut, pour notre pays comme pour la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie ou l’URSS, l’enfer de la Seconde Guerre mondiale…

Visionner le document Les femmes de la guerre mondiale

14691147_10154019177248997_4431456290662948463_nEn parallèle  du blog  FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …
 
 

Enregistrer

Espionnes – Doubles vies sous haute tension – Une enquête exclusive au cœur des services secrets français

La journaliste Dalila Kerchouche a infiltré les services secrets français pour découvrir le vrai visage des femmes engagées dans la sûreté nationale.

Invitée de l’émission RTL de Jacques Pradel : Dalila Kerchouche, journaliste

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site L’heure du crime

indexParution du livre le 21 septembre 2016 – Espionnes ! Le mot affole l’imagination. Au-delà du mythe féminin qui fascine le cinéma et les séries télé, j’ai infiltré les services secrets français pour découvrir le vrai visage des femmes engagées dans la sûreté nationale. Pour la première fois, une cinquantaine d’entre elles, officiers traitants à la DGSE, agents de la DGSI et des nouveaux RG, contre-espionnes militaires ou superdouanières, ont accepté de se confier.

Pendant un an, alors que les attentats de Charlie Hebdo et ceux du 13 novembre endeuillaient la France, j’ai rencontré les femmes les plus secrètes de la République. Elles m’ont révélé ce qu’elles ne livrent ni à leurs maris, ni à leurs collègues. Leurs doubles vies sous haute tension, la traque des terroristes, le poids du secret dans le couple, le machisme des espions et leur combat pour s’imposer dans ce monde d’ombre et de pouvoir.

Sans rien occulter des failles et des succès des services secrets dans la lutte contre le terrorisme. Pour la journaliste que je suis, ce fut un vrai défi : interviewer des expertes du mensonge et de la dissimulation, dont le métier consiste à tout savoir des autres mais à ne rien montrer d’elles-mêmes. J’ai cherché précisément ce qu’elles voulaient masquer, j’ai traqué l’instant où le regard vrille sous le coup d’une émotion incontrôlée, j’ai tenté d’arracher une part de vérité dans ce monde de faux-semblants et de manipulation.

Voilà comment j’ai espionné les espionnes.

d20c5c0296b1ff386b8d25a6585efee4-pngEx journaliste à L’Express, aujourd’hui Grand Reporter à Madame Figaro, Dalila Kerchouche a reçu le prix de l’Association des femmes journalistes à l’âge de 21 ans. En tant qu’auteur, elle a publié une enquête remarquée, Mon père, ce harki (Seuil, 2003). Et coécrit le scénario du film Harkis, prix Genève-Europe du meilleur scénario de fiction en 2007. Son roman Leila (Seuil) a gagné le prix Solidarité en 2008.

 

 

James Bond Girls : Les plus grandes espionnes de l’histoire

Les James Bond girls ne sont pas que les héroïnes sexy des romans de Ian Fleming. Souvent utilisées pour leurs qualités de séductrices (mais pas uniquement) les femmes ont été, au long du XXe siècle, de plus en plus présentes dans les services d’espionnage du monde entier. Particulièrement actives au sein des armées secrètes des deux guerres mondiales, elles ont pris du galon jusqu’à arriver à la tête des plus importantes missions d’espionnage de la fin du siècle. De Mata Hari à Anna Chapman, voici une sélection plus subjective qu’exhaustive des plus grandes espionnes de l’histoire.
Pour en savoir plus voir le billet publié le 11 mars 2015  par Charloette MéritanJournaliste – sur le site Vanity fair

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Ces femmes du Grand Siècle – Espionnes, maîtresses et courtisanes à la cour de Louis XIV

Parution du livre le 27 août 2015 – Agent secret de Louis XIV, femme de lettres et de pouvoir, aventurière, rebelle, épouse bafouée, intrigante ou favorite… toutes les femmes réunies par Juliette Benzoni évoluent dans l’ombre du Roi-Soleil. Toutes sont des figures emblématiques et incontournables du Grand Siècle. Alliant le souffle de l’aventure à la rigueur de l’histoire, Juliette Benzoni redonne vie à ces figures de femmes exceptionnelles, qu’elles soient espionnes, maîtresses ou courtisanes, qu’il s’agisse des sœurs Mancini, de la princesse des Ursins, de la Grande Mademoiselle, d’Henriette d’Angleterre, de la marquise de Sévigné, de Louise de La Vallière ou encore de Ninon de Lenclos…

Éditeur : Perrin


Juliette Benzoni, dont l’œuvre touche un public vaste et fidèle, a récemment publié chez Perrin : Aurore, On a tué la Reine !, La Chambre du roi, Dans le lit des rois, Dans le lit des reines, Le Roman des châteaux de France, Crimes et criminels et Ces belles inconnues de la Révolution.

L’auteure Juliette Benzoni, reine du roman historique, est morte à l’âge de 95 ans : L’auteure Juliette Benzoni, reine du roman historique, est morte à l’âge de 95 ans

 

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Vanessa Codaccioni : « L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique d’exception»

Femmes hors-la-loi – Le banditisme au féminin en France

La prison des pauvres : L’expérience des workhouses en Angleterre

 

Les espionnes de Churchill

The Women of SOEIl était l’un des 20 derniers compagnons de la Libération. André Verrier est mort à 94 ans. Évadé des prisons allemandes, puis soviétiques, il avait rejoint l’Angleterre et le général de Gaulle en septembre 1941, avant de participer a la libération de l’Alsace notamment. Et on en vient à cet épisode méconnu et fascinant de la 2e Guerre mondiale L’histoire de celles qu’on a appelées les espionnes de Churchill. Pourquoi des femmes ? Parce qu’elles attiraient moins l’attention. Elles ont été 39 à être parachutées en France pour aider la Résistance.

L’Angleterre est seule face à l’Allemagne. Dans l’urgence, ChurchiIl crée le SOE, le service secret britannique chargé d’épauler les réseaux de Résistance en Europe occupée. En France, 350 du SOE combattront pendant la guerre parmi eux 39 femmes. Bob Maloubier, agent français, membre de ce SOE, se souvient de sa partenaire, Violette Szabo, si belle, elle avait même fait des essais pour le cinéma. (Image à la une)

On a été parachutés à côté de Limoges dans un maquis. En traversant, la national, elle est tombée sur un point de contrôle allemand. Elle s’est échappée mais a été arrêtée. Elle a terminé ses jours à Ravensbruck une balle dans la tête.

En Angleterre, la participation des femmes a la Résistance avait un avantage.

Elles passaient plus inaperçues qu’un homme. Elles étaient moins soupçonnées car les Allemands ne soupçonnaient pas les femmes de participer à la guerre. Elles passaient plus facilement comme agent de liaison et radio.

 Noreen Riols (agent Baxter)Noreen Riols était aussi membre du SOE. Trop jeune pour combattre, elle était chargée de tester la fiabilité des futurs agents. Elle les formait a l’action clandestine.

On leurs apprenait à détecter si quelqu’un les suivait, à s’en débarrasser, à suivre une personne sans qu’elle le sache. L’exercice le plus James Bond se passait dans les hôtels. Là nous devions les tester sans qu’ils s’en aperçoivent pour voir si sous l’influence de l’alcool et l’intérêt d’une jolie femme, ils parlaient. Beaucoup ne sont pas revenus. D’autres aussi ont disparu, sans trace. Hitler a dit que chaque agent du SOE devait disparaître sans trace mais il ne doit pas avoir le droit de mourir avant d’avoir tout dévoilé. Ils étaient torturés jusqu’à ce qu’ils disent tout.

Sur les 39 femmes parachutées en France, 13 sont mortes tuées ou déportées.

Pour accéder au site de l’émission du 20 heures (Présenté par David Pujadas) – Diffusé le 30/12/2013 :

Les espionnes de Churchill

Quelques liens utiles :

The Heroines of SOE : Britain’s Secret Women in France

Parachutées en terre ennemie : Les femmes du Special Operations Executive (SOE)

Code Name Pauline : Memoirs of a World War II Special Agent

Vera Atkins, une femme de l’ombre : la Résistance anglaise en France