Archives du mot-clé épuration

Les différentes facettes de l’épuration après-guerre

Une analyse historique de l’épuration des collaborateurs en France de la Seconde Guerre mondiale à nos jours.

Les Françaises, les Français et l’épuration est un ouvrage très attendu sur cette période troublée de la fin de la guerre. Depuis la thèse de Peter Novick en 1968 (L’épuration française, 1944-1949, traduit en Français en 1985), il n’y avait pas eu de travaux de synthèse sur cette question épineuse. De nombreux historiens comme François Rouquet et Fabrice Virgili ont travaillé sur certains aspects précis de l’épuration, respectivement celle de l’administration et la tonte des femmes. D’autres comme Luc Capdevila, à propos des Bretons à la Libération, ont mené des recherches régionales sur la période. Les Françaises, les Français et l’épuration vient donc combler ce vide historiographique en proposant une synthèse complète sur le sujet, se permettant même de sortir du cadre national, afin de proposer au lecteur une approche comparatiste très bien venue, avec d’autres pays européens ou dans le cadre de l’Empire colonial français.

F. Rouquet et F. Virgili ont souhaité montrer le phénomène épuratoire dans toutes ses dimensions et sur différents espaces, pour mieux en saisir l’ampleur. Ils ont choisi de faire une « histoire par le bas », pour comprendre tous les enjeux et d’éviter de faire des grands procès Pétain et Laval de 1945 « les arbres qui cachent la forêt ». En effet, il n’y a pas eu une mais des épurations : Les Françaises, les Français et l’épuration bat donc en brèche cette idée reçue, tout comme d’ailleurs les stéréotypes sur « l’épuration sauvage » (Philippe Bourdrel) et son caractère spontané, ou l’idée qu’il y a eu, en 1944-1945, une guerre civile en France …

 sur le site de Non fiction le 2 juillet 2018  pour en savoir plus.

Femmes tondues, le portrait de Marcelle Polge

La fin de la guerre ne signifie pas la fin des tortures et des humiliations, c’est l’heure de l’épuration et de la tonte des femmes !

« Dans ce nouvel article je vous parle d’une période un peu trouble. Un peu bien, un peu moche : la libération de la France en 1945. C’est la fin de l’occupation allemande, c’est la fin de la présence ennemie dans le pays, c’est la fin de la guerre, mais clairement, ce n’est ni la fin de la rancœur, ni celle des représailles. Une partie des Français souhaite sanctionner toutes les formes de collaboration avec les Allemands durant les années d’occupation, notamment la collaboration horizontale… »

Pour en savoir plus voir le billet raconté 12 juin 2016

Jean-François Balmer dans la peau de Sacha Guitry … Magistral !

arrestation de Sacha Guitry à la liberation

Rappel historique : Le 23 août 1944 à 10 heures du matin Sacha Guitry est arrêté à son domicile par deux hommes armés. On ne lui laisse pas le temps de s’habiller et on l’entraîne dehors. Pour un spectacle, c’est un spectacle !

L’auteur dramatique se décrira lui même: Mon pyjama se compose d’un pantalon jaune citron et d’une chemise à larges fleurs multicolores. Je suis coiffé d’un panama exorbitant, et quant à mes pieds, qui sont nus, ils sont chaussés de mules de crocodile vert jade.

Il est conduit ainsi vêtu, par les rues, jusqu’à la mairie du VII » arrondissement où il est brièvement interrogé dans la cellule 117. Ce 23 août commencent les épreuves de Sacha Guitry en prison et ses démêlés avec la justice. Il racontera d’ailleurs tout cela dans un ouvrage édité en1949 qui s’intitule Soixante jours de prison et qui succède à Quatre ans d’occupations paru en octobre 1947.

On l’accuse d’antisémitisme lui qui, dénoncé par le Pilori, est obligé de se disculper de l’être alors même qu’il vient en aide à des amis juifs. De là à l’arrêter… Depuis 1942, Radio Londres et les journaux de la Résistance font circuler des listes noires de collaborateurs. Dans l’un de ces journaux, Guitry est condamne a mort. L’époque de souffrance se prête à la revanche. Le seul fait d’avoir fréquenté l’ennemi est considéré comme suspect. Guitry ne peut nier ses fréquentations et tous les arguments développés dans ses livres de souvenirs écrits après l’occupation ne peuvent occulter certains faits accomplis au moment où des hommes et des femmes mouraient sous la torture, les balles et la hache,dans des camps …

Pour en savoir plus histoire-en-questions

 

Jean-François Balmer dans la peau de Sacha Guitry …

L’Affaire Sacha Guitry est un téléfilm français réalisé par Fabrice Cazeneuve et diffusé en 2007 sur France 3. Le 23 août 1944. Au petit matin, Paris se libère, cinq hommes surgissent chez Sacha Guitry. C’est le début d’une captivité de soixante jours. Guitry est soupçonné de collaboration. Il subit le parcours de la honte au milieu de ceux qu’on accuse : le dépôt, le Vel d’hiv’, Drancy et la prison de Fresnes ; et s’il est là, c’est bien qu’il est coupable ! Coupable de ne pas avoir été un héros. Mais, à soixante ans… Face au vide de l’accusation, une seule solution pour recouvrer la liberté : une instruction en bonne et due forme.

Fiche technique

  • Réalisation : Fabrice Cazeneuve
  • Scénario : Lorraine Lévy
  • Photographie : Pierre Novion
  • Musique : Manuel Peskine
  • Date de diffusion : 24 juillet 2007 sur France 3
  • Durée : 90 minutes
  • Genre : Drame

Distribution

  • Jean-François Balmer : Sacha Guitry
  • Gérard Lartigau : Taittinger
  • Marie Desgranges : la sœur
  • Bernard Alane : Me Delzons
  • Vincent Rottiers : Jean
  • Bernard Waver : Willemetz
  • Olivier Claverie : Me Chresteil
  • Pierre Laroche : Carcopino
  • Nathalie Villeneuve : Arletty
  • Bernard Nissile : Berthelot
  • Jean-Claude Durand : Lépinard
  • Francis Leplay : Juge Angéras
  • Philippe Duclos : Juge Raoult
  • Elizabeth Macocco : Mme Choisel

L’affaire Sacha Guitry 2015 Film complet Français – YouTube

 

Jean-François Balmer

Acteur suisse natu­ra­lisé français, Jean-François Balmer naît à Valan­gin dans le canton de Neuchâ­tel le 18 avril 1946. Installé à Paris pour ses études au Conser­va­toire d’art drama­tique, Jean-François Balmer apprend son métier d’ac­teur aux côtés d’autres pension­naires comme Jacques Weber,Jacques Ville­ret ou Isabelle Adjani.

En 1973, le film R.A.S d’Yves Bois­set permet à Jean-François Balmer de mettre un pied dans le monde du cinéma. Le Français décide d’y rester et multi­plie les films. Entre 1974 et 2010, il n’est pas rare d’aper­ce­voir l’ac­teur à l’af­fiche d’au moins un film par an. Lorsqu’il est absent du grand écran, c’est à la télé­vi­sion que Jean-François Balmer appa­raît. La Menace (1977), Polar (1984), Madame Bovary (1991), Belphé­gor ou le Fantôme du Louvre (2001), Ripoux 3 (2003) ou encore Lucky Luke (2009) figurent parmi ses films notables. Le premier lui apporte une nomi­na­tion au César du meilleur acteur dans un second rôle.

Côté vie privée, Jean-François Balmer partage sa vie avec la metteuse en scène Françoise Petit-Balmer. Biographie établie pas voici

Chacun connaît de Sacha Guitry ses bons mots sur les femmes, ses pièces et ses grandes fresques historiques filmées. On connaît moins ses innombrables facéties, ses excentricités, ses cinq mariages, dont la presse se fit l’écho tout au long de sa vie. Mais si Sacha Guitry fut un personnage magnifiquement public, il fut aussi reconnu, unanimement, pour ses talents d’auteur et de comédien, qui marquèrent son temps d’une empreinte profonde. Son théâtre au ton décapant et ses merveilleuses inventions cinématographiques en firent un novateur plein d’audace, devenu un véritable classique de son vivant. Cet ouvrage, agrémenté de photos et de documents rares et inédits, rapproche la vie exubérante de Sacha Guitry de sa carrière artistique. On découvre, comme autant de sources d’inspiration de son œuvre, son univers fascinant, ses relations avec les grands de ce monde, son admiration indéfectible pour son père, Lucien, sa vie intime et conjugale – Le fabuleux destin de Sacha Guitry : Jean-Pierre Danel (Auteur) Paru le 21 juin 2007 aux Éditions Ipanema

Juliette ou Le chemin des immortelles

9782749126524Parution du livre le 24 janvier 2013 – La face noire de la Libération de la France en 1944-1945, ce fut une épuration qui ne devait rien à la justice mais beaucoup à la vindicte de résistants de la dernière heure.

Au coeur de ces exactions, il y eut le carnaval barbare de femmes tondues devant des foules devenues populaces. Qu’elles aient collaboré à l’horizontale ou tout simplement aimé, ces victimes expiatoires saluées par Paul Éluard et chantées par Georges Brassens sont devenues une tache indélébile dans les mémoires. Juliette fut l’une de ces femmes. Son fils, le poète Tristan Cabrai, né en 1944 de ses amours avec un médecin militaire allemand, témoigne aujourd’hui pour elle et ses soeurs d’infortune et, par la grâce de la littérature, transmue une douleur en beauté incandescente.

Un récit aussi dur qu’une paire de gifles et aussi doux qu’une caresse.

Pour lire un extrait du livre sur le le choix des libraires

Tristan Cabral, né en 1944, occupe une place singulière dans le paysage poétique et littéraire contemporain. Dès la publication de son premier recueil, Ouvrez le feu ! (1974), il a rencontré l’adhésion de milliers de lecteurs, sensibles à cette voix chargée des tempêtes de l’histoire contemporaine. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres dont, dernièrement au cherche midi, H.D.T. (hospitalisation à la demande d’un tiers), en 2010.

Genre : Romans et nouvelles – français

Éditeur : le Cherche Midi, Paris, France

philippe-henri-est-de-retourIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 53 244

L’Épuration et les femmes en Dordogne (1944-1951) – 2

Dans 1944 en Dordogne, Jacques Lagrange voit dans « l’acharnement que certains mettent à poursuivre les belles de Périgueux, de Bergerac et de Sarlat » la preuve que « ce mouvement est essentiellement populaire. Avec ce qu’il a de spontané, de sauvage, de cruel, il n’échappe pas au cortège des faits divers accompagnant toute révolution. (11) » Or, il semble maintenant clairement établi que l’Épuration a été, réfléchie, organisée, planifiée. En dépit de quelques débordements dont on ne peut nier qu’ils sont le fait d’actions populaires spontanées, l’Épuration a, le plus souvent, été mise en place, pour ne pas dire mise en scène. C’est le cas des tontes de « collaboratrices » qui ont lieu à Bergerac sur les marches du palais de Justice. Le choix du lieu n’est pas innocent. Sous le porche d’un tribunal où justice est rendue, des femmes soupçonnées de s’être « compromises avec les Boches » sont châtiées, publiquement. Les marches les plus hautes font office de podium, et du haut de cette estrade improvisée, officient les « coiffeurs » en blouse blanche. Ils président à une cérémonie qualifiée par Alain Brossat de « carnaval moche » (12). Le rituel public de la tonte, écrit cet auteur, est « une fête, un jeu, une exhibition, une cérémonie (…) Pour souligner qu’il s’agit d’un jeu, d’un “ théâtre ”, le marquage, ébauche de déguisement, joue un rôle décisif dans la cérémonie des tontes ; le “degré zéro” du travestissement, c’est la croix gammée que l’on trace à la peinture, au goudron, que l’on “sculpte” avec des ciseaux sur le crâne, que l’on dessine sur le visage, les seins, les fesses, voire le corps entier de la tondue. »

Dans son journal personnel, Renée Guimberteau relate la Libération de Mussidan (Dordogne), le 22 août, et mentionne « l’enlèvement des collaboratrices » le jour même. « Malheureusement il pleuvait à torrent et nous n’avons pas pu les voir » écrit-elle. Le 24 août, « la promenade » des collaboratrices n’avait toujours pas eu lieu « car la foule les aurait esquintées ». Il faut attendre que les esprits échauffés s’apaisent pour que le « spectacle » puisse commencer. Le 2 septembre 1944, soit 11 jours après la Libération, elle écrit : « Ce matin on a bien ri. Les FFI ont tondu sur la place les collaboratrices (…) Il y avait un monde fou. On les a promenées dans toutes les rues puis ramenées en prison (13) » … ( Le spectacle des tondues, exhibées en place publique de Bergerac, septembre 1944. Collection Bondier-Lecat.)

Pour en savoir plus voir le billet publié Par 17 juin 2015 sur le site Esprit de pays

Remarque : cet article est divisé en quatre parties : 1e Partie, 2e Partie, 3e Partie et 4e Partie.

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Mireille Balin : la beauté d’une star foudroyée

En pleine période d’émancipation de la femme, cette fille de bourgeois sans histoire n’hésitera pas à affronter les foudres familiales pour se lancer dans le cinéma. Mais sa carrière foudroyante sera stoppée net au sortir de la Seconde Guerre mondiale : elle paiera au pris fort son amour pour un officier de l’armée allemande. C’est une femme brisée et oubliée de tous qui finira sa vie dans la misère et la désespérance …

balin_mireille02… Le 25 août 1944, Paris est libéré.Mireilleet Birl tentent de rejoindre la frontière italienne, espérant se réfugier au Moyen-Orient. Le 28 septembre 1944, ils sont repris par un groupe de partisans FFI. Séparée de son amant, la jeune femme, battue et violée, échoue à la prison de Nice. Nul ne sait ce qu’il est advenu de Birl Desbok.

Rapatriée à la prison de Fresnes, Mireille Balin est interrogée. Sa libération, en janvier 1945, laisse penser que l’on ne put lui reprocher que sa liaison sentimentale avec un officier d’une armée devenue ennemie et sa participation au film de Genina. Mais, en 1945, cela n’était pas une broutille. Recluse dans son appartement de l’avenue d’Iéna, contrainte à vendre les derniers objets de valeur qu’il lui restait, abandonnée de (presque) tous, elle ne tarde pas à s’adonner à la boisson…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site L’encinémathèque

ob_544e44_mireille-balin-la-star-foudroyee-livreParution du livre 22 avril 2014 – L’auteur, Frank Bertrand, nous dévoile dans cet ouvrage les blessures secrètes d’une femme terriblement émouvante alors que pour des milliers de cinéphiles, MIREILLE BALIN restera l’inaccessible vamp de Pépé le Moko et de Gueule d’amour. La pin-up du cinéma d’après guerre. Inoubliable star de l’entre-deux guerres et après avoir été la vedette d’une trentaine de films, Mireille Balin, subit, en 1945, les foudres des comités d’épuration pour avoir trop aimé un bel officier de la Wehrmacht. Malade, ruinée, prématurément vieillie, l’actrice fera une ultime apparition dans La dernière chevauchée, et jusqu’à sa mort, en 1968, elle mènera une vie solitaire, partagée entre l’errance et la réclusion. Née à Monte-Carlo, elle revient dans le Sud, à Cannes puis retourna finir sa vie à Paris. Destin fulgurant, tragédie moderne en forme de romantique lamento, la carrière cinématographique et la vie amoureuse de cette sublime étoile sont enfin mises en lumière grâce à seize cahiers d’écolier que l’un des trois principaux personnages de cette mystérieuse histoire découvre un jour, « par le plus grand des hasards » … Les grands films avec Jean Gabin, Tino Rossi, les grands films des années 40/50 avec des actrices superbes, films d’amour mais Mireille Balin aime un Allemand à la fin de la guerre: déchéance et persécutions…

  • Auteur : Frank Bertrand
  • Éditeur : ÉDITIONS VAILLANT

 

Triste fin d’une star déchue :

En 1961, Mireille Balin est alors recueillie par l’association «La roue tourne» qui lui permet d’avoir un toit pour  s’abriter. Elle meurt dans la misère totale et dans l’oubli le 9 novembre 1968. Sans l’aide de l’association, elle aurait été enterrée dans la fosse commune.

Elle repose maintenant au cimetière de Saint Ouen, carré 31, et depuis 1973 elle n’est plus seule. Un autre acteur célèbre est venu la rejoindre : il s’agit de Jean Tissier.

Triste histoire, n’est-ce pas ?

Un livre a été publié sur la vie de cette actrice. Il s’agit de « Mireille Balin ou la beauté foudroyée» paru aux Éditions de la Manufacture en 1989 et écrit par Daniel Arsand. Hélas, ce livre est devenu introuvable ! »

Une vidéo d’appui sur Youtube

Femmes tondues, la diabolisation de la femme en 1944

Femmes tondues, la diabolisation , Les bûchers de la libérationParution du livre le 15 septembre 2006 – Dominique François, infirmier psychiatrique et auteur de plusieurs ouvrages sur la seconde guerre mondiale, utilise dans ce récit son expérience dans les relations humaines et dans l’analyse des comportements pour aborder le difficile dossier de l’épuration et plus particulièrement celui de la «collaboration horizontale». Les témoignages et les analyses qu’il propose permettent de comprendre le sens symbolique du phénomène des tontes, généralisé a l’ensemble de l’hexagone a la Libération. A partir du témoignage de plusieurs femmes, il retranscrit avec émotion, l’horreur du châtiment, l’humiliation et la difficile réinsertion vécue par les victimes.

Dominique François

Éditeur Cheminements

Collection Une Mémoire

logo éditions cheminementsCheminements est depuis 17 ans un éditeur résolument attaché à vivre une relation avec les régions de France grâce à une production enracinée et un réseau de diffuseurs-distributeurs finement maillé sur tout le territoire.

À la collection Les Gens d’Ici où s’inscrivent récits et romans de terroir, vient s’ajouter une vingtaine de collection dont les 600 titres sont regroupés sous 7 marques et 24 collections (voir lien avec lettre à part) dans des domaines aussi variés que les beaux livres, l’Histoire, romancée ou non, les monographies, l’héraldique, le roman noir inscrit en région, les sujets touchant au pays du bassin méditerranéen.

Et pour manifester toujours mieux la volonté de la maison de s’imposer au plan national et dans les pays francophones la collection Ma part de vérité propose, entre autres sujets crédibilisés et légitimés par le recul de l’analyse, des documents d’actualité et de dialogue judéo-chrétiens vus par les catholiques et les juifs éclairés.