Archives du mot-clé délinquance

Le chemin des « mauvaises filles » : Une exposition thématique afin de valoriser la recherche sur la déviance et la délinquance des mineures

Les questions méthodologiques ont été nombreuses autour de l’élaboration de l’exposition « Mauvaises filles » par une équipe de chercheur.e.s pluridisciplinaires et de praticien.ne.s de l’éducation spécialisée. Il s’agissait tout d’abord de concilier, d’articuler les différentes disciplines autour d’une scénographie spécifique, afin de réussir à rendre accessibles les recherches scientifiques, dans leurs nuances et leur complexité, sans les galvauder. Il a également été question de donner corps aux recherches, de les nourrir charnellement en créant des portraits « de mauvaises filles » dont l’histoire de vie problématisait lesdites recherches.

Après deux ans de travail, l’exposition « Mauvaises filles » était présentée sous la forme pédagogique et ludique d’un « jeu de l’oie blanche ». Les pions, trois jeunes filles à des époques différentes, amorcent la dimension diachronique de cette exposition. Le chemin social tracé à la jeune fille par son éducation et par les rouages juridiques et institutionnels laisse largement place à tous les éléments qui perturbent cette voie déterminée. La déviance, qui, saisie par le droit pénal, devient délinquance, est au cœur de l’exposition et entraîne le public vers les stands d’une fête foraine, lieu symbolique de dangerosité sociale par le rassemblement momentané d’individus de classes, de “races” et de sexes différents. Les différents stands montrent le caractère contextuel, évolutif et différencié selon les sexes, les normes. Le traitement institutionnel de cette déviance, qu’il soit judiciaire, médical ou social, est également abordé du XIXe siècle à nos jours. La jeune oie blanche, qui, quel que soit son parcours, a nécessairement dévié d’une manière ou d’une autre, gagne sa liberté ou tombe dans la clôture selon le hasard des dés et les choix réalisés par les visiteurs/joueurs, qui se voit régulièrement proposer des options. La seconde partie de l’exposition conduit le public dans un espace d’enfermement, de grandes photographies et des paroles d’anciennes pensionnaires retranscrites qui laissent percevoir les effets de la claustration à travers le temps.

Le questionnement citoyen de cette exposition appelle à la tolérance et à l’humanisme. Cette exposition a été présentée à Savigny-sur-Orge, à Roubaix et à Lille. Le public de futur.e.s éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s, d’étudiant.e.s, lycéen.ne.s et même collégien.ne.s, ainsi que des particulier.e.s, dans le cadre des visites-conférences organisées, a eu des réactions particulièrement intéressantes : prise de conscience autour de la question du genre, vives polémiques sur les violences sexuelles et l’altérité. Ces réactions méritent d’être relatées et analysées, en tant que témoignages vivants des effets de la diffusion de recherches scientifiques portant sur un thème délicat et méconnu : la violence – commise et subie – et la rébellion des jeunes filles.

Cet article est présenté avec des photographies de l’exposition (jeu de l’oie, stands et panneaux), ainsi que des photographies de visites.

Pour lire l’intégralité de l’article sur le site de la revue

 journals.openedition.org/criminocorpus/3744

Auteurs :

Véronique Blanchard

Véronique Blanchard est docteure en histoire de l’Université de Poitiers, chercheuse et formatrice à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (Roubaix), responsable du centre d’exposition « Enfants en justice » (Savigny-sur-Orge). Elle codirige également la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ».

Articles du même auteur

Hélène Duffuler-Vialle

Hélène Duffuler-Vialle est docteure en histoire du droit. Elle a réalisé une thèse sur la réglementation de la prostitution pendant l’entre-deux guerres. Enseignante à l’Université d’Artois, elle est membre du comité scientifique de l’exposition « Mauvaises filles ». Elle est également partenaire du projet HUGO patrimoine des lieux de justicesur Criminocorpus.

Articles du même auteur

Sur le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … vous pouvez retrouvez régulièrement les billets de  PHILIPPE POISSON 

Dérives adolescentes : de la délinquance au djihadisme

2016092704499782749253039Parution du livre le 20 octobre 2016 – Psychanalyste au sein d’une équipe éducative de la Protection judiciaire de la jeunesse, Danièle Epstein livre une réflexion sur l’embrigadement djihadiste guettant des adolescents déstructurés, qui, à l’issue d’un acte délinquant, ont à rendre des comptes à la Justice.

Trauma, errance, violence, exil sont ici abordés à travers la présentation de cas, des analyses théoriques et institutionnelles qui témoignent d’un combat clinique dans l’ordre judiciaire : faut-il donc «mettre au pas» ces jeunes quand l’enjeu de leur vie est de «prendre pied» en s’enracinant dans un monde habité de liens, de mémoire et de projets ?

Garantir l’espace psychique en institution est un combat, une lutte permanente pour que la clinique ne se laisse pas incorporer dans l’ordre judiciaire, pour que la logique institutionnelle n’écrase pas la logique du Sujet. Loin de décrire un mode d’emploi normatif ou de souscrire à une exigence de transparence informative, l’auteur montre comment les jeunes adressés par le juge peuvent ne pas rester objets de la demande judiciaire, et s’engager dans une démarche qui leur est propre.

Là où le quotidien prend la couleur de l’échec, de la menace et de la peur, l’objectif est de permettre à ces adolescents de s’inscrire dans une réalité psychique et sociale vivante et vivable. Ce souci éthique nécessite la cohérence de l’équipe éducative, utilement soutenue par une écoute analytique.

Pour lire un extrait sur lechoixdeslibraires

Danièle Epstein est psychanalyste, membre du Cercle freudien et de l’association Psychanalyse et médecine (APM). Après un long parcours clinique en institution, au sein d’une équipe éducative de la PJJ, elle exerce aujourd’hui en libéral.

Auteur : Danièle Epstein

Préface : Olivier Douville

Genre : Société Problèmes et services sociaux

Éditeur : Erès, Toulouse, France

Collection : Des Travaux et des jours

Une vidéo d’appui de 5 minutes et 59 secondes youtube

14691147_10154019177248997_4431456290662948463_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

blog de Philippe Poisson  2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

philippe poisson – Google+