Archives du mot-clé Belle Époque

Louise Weber dite « la Goulue » : Une reine de la Belle Époque

Jusqu’au 19 janvier 2019 au théâtre Essaïon (Paris) Delphine Grandsart interprète Louise Weber dite « la Goulue », célèbre danseuse de la Belle-Époque.

Louise Weber pourrait sortir des Misérables de Hugo. Née en 1866 à Clichy, abandonnée à 3 ans par sa mère, elle reste avec son frère et sa sœur à la charge de son père. Celui-ci revient sans jambes de la guerre de 1870 et meurt trois ans plus tard. A peine adolescente, la voilà blanchisseuse, modèle pour les peintres, danseuse, « demi-mondaine ». Et finalement actrice de revue, un rôle dans lequel elle excelle et qui lui apporte la célébrité.

Son habitude de « sécher les fins de verre » lui vaut son surnom : la Goulue. A 23 ans, elle est la reine du Moulin-Rouge où elle danse le cancan « comme un grand bras d’honneur que j’leur ai fait avec les jambes ». Renoir, Roedel la peignent et surtout « le p’tit touffu », Toulouse-Lautrec,  qu’elle inspire. Elle encanaille les bourgeois et les aristos, un fils Rothschild et le prince de Galles, mène une vie de patachon, brûle sa vie par les deux bouts.

Refusant toute règle et insoucieuse des lendemains, elle sombre dans l’alcool et la misère, inconsolable de la mort de « Bouton d’or » son fils chéri. Son logement montmartrois devient l’ultime abri d’animaux de cirque mal en point, de chiens efflanqués, de chats errants. Elle meurt à 63 ans en 1929, quasi oubliée.

C’est à peu près à cet âge que Delphine Grandsart a choisi de la faire entrer en scène sous les voûtes du théâtre Essaïon. Accompagnée à l’accordéon par Matthieu Michard, la comédienne incarne cette femme libre et vivante avec une pétulance (et une souplesse…) entraînante, s’adressant au public comme on peut imaginer que le faisait son héroïne. Les grandes étapes de sa vie défilent en flash-backs, alternant scènes joyeuses et tragiques grâce au texte à la fois poétique et juste de Delphine Gustau.

Car derrière la façade clinquante de la Belle Époque, une autre réalité se faufile et interpelle le spectateur : la gouaille si parisienne, si goûtée des touristes, si apparemment légère vient de la rue et peine à en sortir. « Si vous voulez pas tomber de haut, restez p’tits ! » lance Louise. Un avertissement en forme d’épitaphe. Huguette Meunier

————————-

Louise Weber dite la Goulue jusqu’au 19 janvier 2019 au théâtre Essaïon, 6, rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris.

La Belle Epoque et les années folles ressuscitées au château de Champs-sur-Marne

L'Histoire en costumes - château de Champs-sur-Marne.jpgL’étonnante « Histoire en costumes » à voir au château de Champs-sur-Marne avec des robes de l’historienne et costumière Nathalie Harran, directrice de la Dame d’Atours le Centre des monuments nationaux 

Du 05 avril 2017 au 24 septembre 2017

Château et parc de Champs-sur-Marne – Ile-de-France – 31 rue de Paris 77420 Champs-sur-Marne

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Historia

14202505_10153913111958997_5340671264576049993_n

Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

La véritable histoire de la « Belle Époque »

Par · 27 janvier 2017

En parcourant films, romans, chansons des XXè siècle et XXIè siècle, l’auteur reconstitue l’imaginaire créé autour de cette période de l’Histoire.

9782213655291-V-V01.inddParution du livre le 25 janvier 2017 – La « Belle Époque », qui désigne les quinze premières années du XXe siècle, fait partie de notre héritage culturel. Mais sait-on vraiment ce que recouvre cette notion et les différents usages qu’on en a faits ? Ce livre raconte quand et comment l’expression fut forgée – beaucoup plus tard qu’on ne l’a dit – et retrace les multiples visages d’une période perçue, en France et à l’étranger, comme un moment heureux, emblématique d’un certain art de vivre « à la française ».

Un instant privilégié d’insouciance et de joie de vivre, de froufrous et de flonflons, d’audaces esthétiques et d’innovations scientifiques. Le Moulin-Rouge voisine avec l’Exposition, Toulouse-Lautrec dialogue avec Marie Curie et la belle Otero, Fantômas inaugure l’écriture automatique. Traquant les représentations de « 1900 » que nous ont données les mémoires et les souvenirs, la littérature et le cinéma, l’art et l’histoire, Dominique Kalifa lève le voile sur un pan méconnu de notre contemporain, expliquant pourquoi nous avons eu besoin, depuis un siècle, d’inventer et de réinventer sans cesse ce moment pensé comme « fondateur ».

Car la « Belle Époque » des années 1930 n’est pas celle qui triomphe dans le cinéma des années 1950 ou celle qui s’exhibe en 1980 dans les collections de cartes postales. C’est tout l’imaginaire et la nostalgie d’un monde perdu qui se découvrent, offrant une lecture originale de ce qu’est vraiment l’histoire : une méditation sur le temps et ses interactions.

Dominique Kalifa : Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 Dominique Kalifa, L’invention de la Belle Époque …

philippe-henri-est-de-retourIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 64 197

Enregistrer

La face sombre de la Belle Époque – Crimes & attentats

 par · 17 décembre 2016

9782812919787fsParution du livre le 15 septembre 2016 – Sous la IIIe République, particulièrement à la Belle Époque, la France va connaître une sorte « d’âge d’or » de l’anarchie. C’est alors son pire cauchemar ! L’agitation sociale est de tous les instants et les nombreuses manifestations ouvrières sont durement réprimées, parfois dans le sang lorsque les armes remplacent la négociation. Le désordre entraîne un ordre strict et la spirale infernale est amorcée.

Il ne se passe pratiquement pas de nuit sans que la population française ne soit tirée de son sommeil par l’explosion de bombes artisanales. Des engins meurtriers explosent un peu partout. Les cibles visées sont multiples : édifices publics religieux ou privés, administrations, usines, restaurants, etc. En marge du traditionnel attentat à la bombe, la mouvance anarchiste passe également à l’action physique.

Le revolver et le poignard remplacent alors la dynamite, et de nombreuses personnalités politiques en feront les frais. Parfois au prix de leur vie ! Certains de ces attentats ne seront nullement imputables aux seuls anarchistes. Ces actes isolés et sans aucune connotation politique seront souvent le fait de malfaiteurs relevant du droit commun, ou de pauvres bougres à l’esprit quelque peu dérangé…

Voici donc la face la plus sombre et la plus explosive de cette IIIe République…

Alors que sa formation le destinait au journalisme, Michel Malherbe est devenu « policier d’investigation », une pure vocation. Entré dans la police comme l’on entre en religion, il a eu la chance de passer trente années de sa vie au 36 quai des Orfèvres, au sein de différents services actifs de la police judiciaire. Écrivain, membre de la Société des gens de lettres de France, chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, l’auteur est véritablement passionné d’histoire.

Particulièrement celle de la Belle Époque, période riche en faits divers. Fort de sa qualité d’expert auprès des tribunaux, il est également connu pour avoir publié un grand nombre d’ouvrages traitant de l’histoire de l’armement mondial. Une autre passion !

Les femmes et l’art en 1900

mnc_021_l204Je voudrais poser quelques questions relatives à la place des femmes et à la différence des sexes dans l’art de la Belle Époque. Cette « époque » fut-elle de ce point de vue un moment de rupture ?

D’abord au niveau des formes, sur lesquelles tant de choses ont été dites, ou suggérées, par Maurice Agulhon et Éric Michaud. De la femme allégorique, dont le corps est le support de la République, corps magnifié dont la nudité même symbolise la maternité, la force de la femme du peuple qui l’incarne, à la femme détestée, voire méprisée par le futurisme, il y a un monde de représentations, une grande variété d’usages du corps féminin. L’allégorie républicaine a un lexique très codifié des vêtements – bonnet, corsage, ceinture, plis, etc. –, de la corpulence et des postures. Conservatrice, Marianne se tient droite, raide, assez collet-monté. Parlante, gesticulante, décolletée, voire dépoitraillée, elle se rapproche de la femme du peuple, mère nourricière, rebelle et révolutionnaire …

Michelle Perrot est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris VII. Elle est notamment l’auteur avec Georges Duby de L’Histoire des femmes en Occident, de l’Antiquité à nos jours.L’histoire de Michelle Perrot – Cairn.info

C’est au milieu d’une carrière universitaire brillante, d’abord consacrée au mouvement ouvrier, que Michelle Perrot s’est imposée comme une des grandes historiennes des femmes. Née en 1928 dans la petite bourgeoisie catholique parisienne, élevée dans un collège religieux de jeunes filles, soit une « éducation typiquement féminine », Michelle Perrot (son nom d’épouse) découvre la Sorbonne en 1946 et l’histoire sociale tournée vers le mouvement ouvrier. Catholique, elle connaît l’attraction du communisme, dont elle s’éloigne à partir de 1957, se consacrant comme beaucoup de ses proches à l’action contre la guerre d’Algérie. Marquée par Mai 1968 où elle participe comme maître-assistante aux multiples activités de la Sorbonne occupée, elle connaît ensuite sa « conversion féministe » en liaison avec l’essor du mouvement des femmes…

Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle – 2003/1 (n° 21) – Pages : 210

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site cairn

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nEn parallèle  du blog  FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …
 
 

Accéder au Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+ 51 605

blog de Philippe Poisson

 

Les Apaches, les « caille-ra » parisiennes d’antan

Connaissez-vous les Apaches ? Ce gang de voyous parisiens de la Belle Époque qui menait la vie dure aux policiers était alors considéré comme « la plaie de Paris » selon Le Petit Journal du 20 octobre 1907. Quels étaient leurs codes, leurs habitudes, leurs rituels ? Paris ZigZag vous livre le petit guide de l’Apache parisien des années 1900… – (Image à la une : Une soirée ordinaire au bistrot pour les Apaches.)

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site pariszigzag

14517545_10153977026178997_6850225696966334889_n
En parallèle  du blog  FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …
 
 

Accéder au Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+ 51 062

 blog de Philippe Poisson

Impératrices, artistes et cocottes – Les femmes sur la Riviera à la Belle Époque

Parution du livre le 17 septembre 2013 – A la Belle Époque, la Riviera est le creuset d’un nouvel art de vivre. Sous le soleil hivernal, les barrières sociales et culturelles tombent peu à peu et tissent la trame de la société moderne. Plus qu’ailleurs, les femmes jouent sur la Côte d’Azur, entre 1848 et 1914, un rôle de pionnières. Égéries, comédiennes, impératrices ou courtisanes, elles marquent durablement leur époque par leurs amours tumultueuses, leur destin brisé, leur engagement politique.

Au travers de vingt-quatre portraits, c’est une atmosphère sensible et émouvante de la fin d’un siècle conquérant qu’il est offert de côtoyer, portée par les personnalités les plus brillantes, mais aussi les plus discrètes. Une lecture passionnante et inédite pour les amoureux des femmes et de l’Histoire.

portraitMartine Gasquet, ancienne directrice de la Culture de la ville de Nice et du Centre universitaire méditerranéen, historienne de formation, s’est passionnée pour les destins de femmes aux parcours extraordinaires. Ses héroïnes, souvent mises à l’écart de l’Histoire, ont pourtant tracé la voie de l’émancipation et de la liberté au cours du siècle dernier.

 

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

La Cimade à Massy : une histoire de refuge (1964-1980)

L’enfermement des mineurs en France au XXème siècle

Templiers et francs-maçons : de la légende à l’histoire…

Atelier : Le bourreau en questions (Bordeaux, 14 mars 2016)

L’après-midi des mauvaises filles (Roubaix, 8 mars 2016)