Archives du mot-clé Auschwitz

Marceline Loridan-Ivens, survivante d’Auschwitz jette un froid dans le studio de France Inter

Marceline Loridan-Ivens est l’une des dernières survivantes d’Auschwitz encore en vie.

Marceline Loridan-Ivens est l’une des dernières survivantes d’Auschwitz encore en vie. Elle a témoigné sur France Inter, hier, sans mâcher ses mots.

Moins de 200 survivants d’Auschwitz sont encore en vie aujourd’hui pour témoigner du cauchemar qu’ils ont vécu. Marceline Loridan-Ivens est l’une d’entre eux. Et elle était dans les studios de France Inter, hier, pour les 70 ans de la libération du camp de concentration et d’extermination.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas un regard positif sur les leçons qu’on aurait pu tirer de cette période de l’Histoire. «On sait très bien pourquoi on a assassiné les Juifs», commence-t-elle. «C’est une vieille histoire qui date de 2000 ans. Il ne faudrait pas l’oublier ou faire croire que le monde a changé.»

C’est d’ailleurs pour cette raison que la survivante de la seconde guerre mondiale n’a pas voulu avoir d’enfant. «Si c’est pour qu’il revive la même chose dans des conditions plus ou moins différentes…»

Pour visionner l’entretien réalisé sur France Inter l’avenir.net

9782246853916-xParution du livre le 4 février 2015 – « J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. » Lire un extrait

Marceline Loridan-Ivens, née en 1928, déportée  à Auschwitz-Birkenau avec son père, a été actrice, scénariste, réalisatrice. On lui doit notamment « La petite prairie aux bouleaux », avec Anouk Aimée (2003), de nombreux documentaires avec Joris Ivens, et Ma vie balagan (Robert Laffont,2008).

Judith Perrignon est journaliste et romancière.

Sage-femme à Auschwitz, elle a fait accoucher près de 3000 bébés …

Dans l’antre horrifique du camp d’Auschwitz, Stanislawa Leszczynska était sage-femme. Résistante de l’intérieur face à la barbarie nazie, elle a pu faire accoucher près de 3000 bébés. Son histoire va vous bouleverser.

Septembre 1939, l’Allemagne nazie donne le coup d’envoi de la Seconde Guerre Mondiale en envahissant la Pologne. Des millions d’habitants voient leurs quartiers détruits, certains transformés en ghettos pour les Juifs, à l’image de Varsovie.

À Varsovie justement, la famille Leszczynski, d’obédience catholique, n’est pas épargnée. Elle est composée du père Bronislaw, de la mère Stanislawa et de leurs quatre enfants. Ils n’avaient aucun grief contre la communauté juive et ont aidé certains d’entre eux à échapper à la Gestapo, en leur fournissant notamment des faux papiers, de la nourriture et autres biens nécessaires à la survie…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Demotivateur

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Spécialisé sur l’enseignement de l’histoire pénitentiaire et l’histoire des bagnes coloniaux, il a notamment mené avec Marc Renneville des entretiens avec le surveillant militaire Emile Demaret (à lire sur le site).  En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Enregistrer

Histoire d’un album : celui d’Auschwitz

Le nom de Lili Jacob ne dira pas grand-chose aux lecteurs d’En Envor. Et pourtant, rares sont les personnes qui peuvent se targuer d’avoir autant contribué, d’avoir autant fait, par un simple geste, pour la connaissance historique. Née en 1926 en Hongrie, Lili Jacob est arrêtée et déportée par mesure de persécution à Auschwitz en mai 1944, en compagnie de toute sa famille. Onze mois plus tard, en avril 1945, lorsque le camp de Dora-Nordhausen où elle survit est libéré par les Américains, elle est la seule rescapée de sa famille. C’est à ce moment qu’elle découvre un album de 33x25cm contenant près de 200 photographies, dont certaines figurent certains de ses proches, des membres de sa famille, ainsi qu’elle-même…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Erwan LE GALL sur le site En Envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…