Archives du mot-clé Alice Quinn

168 – Portrait du jour : Alice Quinn la romancière auteur de la série comédie « Au pays de Rosie Maldonne ».

PAR  · PUBLIÉ  · MIS À JOUR 

les-boss (1)

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Encore un portrait original avec celui de la romancière Alice Quinn que nous recevons à ce jour sur les pages du carnet criminocorpus

Alice Quinn vit dans le Sud de la France. Elle a des enfants, des chats, a vécu dans une caravane et exercé toutes sortes de métiers, d’ouvreuse de cinéma à serveuse. Désormais, elle se consacre à l’écriture, notamment avec les romans policiers des enquêtes de Miss Fletcher. Elle a déjà publié La lettre froissée (City, 2018)…

son blog : https://alice-quinn.com/

sur son profil Facebook : www.facebook.com/alice.quinn2013

Et suivez-la sur Twitter : twitter.com/AliceQuinn2013/

 

 

« … L’écriture est le cadeau que j’ai décidé un jour de m’offrir en comprenant que la vie serait courte et que le bonheur ne tiendrait qu’à moi. Cette prise de conscience m’oblige à m’octroyer chaque jour un rendez-vous pour rêver, m’évader, rire, pleurer, sourire, m’attendrir, avec mes personnages rencontrés au gré des pages. Elle me permet de garder le moral, la pêche et le courage d’avancer en toute circonstance. Je crois que c’est contagieux et que les lecteurs-trices ressentent les mêmes symptômes en me lisant.

J’ai eu la chance de connaître le succès avec la série de comédies policières: « Au pays de Rosie Maldonne ». Le bonheur d’écrire d’autres épisodes aux aventures de Rosie Maldonne a fait partie des retombées merveilleuses de ce succès, car j’ignorais au départ que l’aventure durerait plus d’un tome ! Cette série est à mi-chemin entre les « Tontons-flingueurs » Bridget Jones qui vivrait en caravane, et la comédie italienne des années 70… »

Portrait (brisé) du jour : Alice Quinn,

FICHE DE LA SÛRETÉ DE LA SUSPECTE.

Nom : QUINN

Prénom : ALICE

Âge : l’énigme du jour

Née à : quelque part en Lorraine

Adresse : au bord de la mer Méditerranée

Département : imaginaire

Profession : romancière

Signalement : petite, rousse et soupe au lait. Elle a toujours l’air de bonne humeur, mais elle a un caractère épouvantable.

Signes particuliers : s’habille en rose pour donner le change.

Crimes principaux commis :

Dans ses romans, la suspecte a tué, volé, menti, trahi, kidnappé, séquestré, aimé, pleuré, ri.

Coupable de faire rire en décrivant la noirceur humaine.

Quand elle écrit elle pousse le vice car elle ne s’en tient pas à un genre établi dans lequel on pourrait la cataloguer mais elle explore divers genres. Elle avoue avoir besoin de s’évader dans des genres différents pour se sentir vivante et ne pas se laisser enfermer.

C’est ainsi qu’on peut la croire Au pays de Rosie Maldone , dans de la comédie policière, alors qu’elle est plongée dans une enquête à la Belle-Époque à Cannes pour un polar historique. On pense alors la saisir, mais elle s’est déjà échappée vers du feel-good amoureux à Noirmoutier, et soudain elle nous entraîne vers une plongée abyssale dans l’univers de la folie la plus sombre à Nice, pour revenir à une délicieuse vieille dame excellente pâtissière, pleine de ressources quand il s’agit de protéger sa tranquillité de voisins trop envahissants.

Alice Quinn essaie de brouiller les pistes.

Indices indiqués par le « profiler » pour la cerner à la façon d’un inventaire : chat, chocolat, Brille, tant que tu vis !, Noirmoutier, sushis, Un palace en enfer, terrasses de café, Rosie se fait la belle, caravane, grande gueule, L’ombre du zèbre, cinéma, Sancerre, Nom de code : Mémé Ruth, féminisme, Le garçon qui rêvait de voler en Cadillac, couleur rose, Fanny N., psychologie, La lettre froissée, la Croisette, Le portrait brisé, les îles de Lérins, spaghettis aux vongole, L’été empoisonné, pudeur, amitié, élégance du rire.

Noms de quelques leaders de bandes qu’elle voudrait infiltrer pour en soutirer les secrets d’écriture : Ponson du Terrail, Zévaco, Maupassant, Virginia Woolf, Mark Twain, Charlotte Bronté, Donald Westlake, Wilkie Collins, Alan Bennett, Exbrayat, Agatha Christie, William Boyd, Daphné du Maurier… La liste fournie est trop longue pour être continuée…

Armes utilisés pour ses crimes : poison, laurier-rose, noyade, coupe-papier, eustache, Cadillac, revolver, gâteau fraisier, faux suicide, diamants, étranglement, incendie, rétorsion, détournement de fonds, captation d’héritage, corruption, usurpation d’identité, enlèvement d’enfants, braquage, trafic de faux tableaux, élimination de témoins gênants… etc.

Dernier aveu :

Alice Quinn s’adonne en ce moment à des recherches historiques, sniffant la poussière des archives de la ville de Cannes, à la Belle-Époque.

Une courtisane, Lola, une aristocrate anglaise déclassée, Miss Fletcher, et Maupassant sont ses complices.

Ils mènent l’enquête dans un monde où la misère côtoie les têtes couronnées de l’époque.

Après avoir commis le premier tome : La lettre froissée, où Maupassant et ses comparses entreprenaient de venger la mémoire d’une femme de chambre de palace assassinée, en 1884, nous voilà avec Le portrait brisé, le deuxième opus, en 1888.

Cannes traverse une crise immobilière sans précédent.

Un banquier puissant tente de séduire Anna, la jeune orpheline protégée par Lola. Mais quand il est retrouvé poignardé, Anna est immédiatement accusée du meurtre. En voulant sauver la jeune fille de la guillotine, notre trio va nous entraîner sur l’île de Lérins en face de Cannes, jusqu’à une inquiétante maison d’aliénés.

Le portrait brisé , sortie le 23 avril 2019 en librairie.

Nota :

Addiction : écrire.

Activité préférée de la suspecte Alice Quinn : lire à côté d’un chat qui dort.

Deuxième activité préférée : le cinéma

Troisième activité préférée : flâner, observer, humer l’air du temps, s’adonner à la gourmandise

 

« Le portrait brisé » d’Alice Quinn

Une série policière à la Belle-Époque. Un trio de détectives de choc.

Cannes, janvier 1888. La ville est secouée par un scandale financier qui entraîne la faillite de nombreux notables. C’est dans ce contexte troublé qu’un banquier est retrouvé assassiné. Aux yeux de la police, la coupable idéale est Anna, une jeune femme que l’homme avait tenté de séduire. Emprisonnée, Anna ne peut compter que sur Miss Fletcher, aristocrate ruinée et sur Lola, courtisane aux mœurs dissolues, pour l’innocenter. Avec l’aide de Maupassant, l’homme de lettres, elles vont jouer les détectives pour éviter la guillotine à leur jeune protégée. L’improbable trio se lance dans une course contre la montre qui va le conduire du monde feutré de la grande bourgeoisie jusqu’à un terrifiant asile d’aliénés. Une société où les mensonges règnent en maître et où la fortune est, bien souvent, une garantie d’impunité…Une série policière à la Belle-Époque. Un trio de détectives de choc. Lire les premières pages

Alice Quinn vit dans le Sud de la France. Elle a des enfants, des chats, a vécu dans une caravane et exercé toutes sortes de métiers, d’ouvreuse de cinéma à serveuse. Désormais, elle se consacre à l’écriture, notamment avec les romans policiers des enquêtes de Miss Fletcher. Elle a déjà publié La lettre froissée (City, 2018). Retrouvez Alice Quinn sur son blog : http://www.alice-quinn.com, sur son profil Facebook : http://www.facebook.com/alice.quinn2013 Et suivez-la sur Twitter : twitter.com/AliceQuinn2013/

https://www.city-editions.com/