Archives pour la catégorie Violence aux femmes

La triste histoire des femmes incarcérées dans des asiles sous Mussolini

Entre 1922 et 1943, l’Italie fasciste a emprisonné des milliers de « dégénérées » dans des institutions psychiatriques.

Cet article a été initialement publié sur VICE Italie.

Sous la dictature de Mussolini en Italie – de 1922 à 1943 – des milliers de gens furent internés dans des asiles pour ne pas avoir voulu se conformer aux mœurs imposées par le régime. Annacarla Valeriano et Costantino Di Sante, chercheurs à l’université de Teramo, ont passé des années à étudier des récits et journaux intimes évoquant l’emprisonnement inhumain de milliers de personnes – en particulier des femmes –, considérées comme des malades mentaux car « moralement anormaux » pour s’intégrer à la société.

Leur étude a donné lieu à une exposition – mêlant photos, registres médicaux et lettres personnelles – qui s’est tenue un peu partout en Italie. J’ai discuté avec Annacarla Valeriano au sujet de son travail et du traitement qu’a fait subir le régime aux femmes qui ne voulaient pas écouter…

Pour en savoir plus lire le billet publié par ELENA VIALE le 15 juin 2017 sur le site Vice.com

Pauline-Dubuisson, l’inspiratrice du film « la vérité » de Clouzot …

Pauline Dubuisson a vécu une enfance douloureuse, enfermée dans les principes de son père, une adolescence agitée pendant l’occupation, et une histoire d’amour à la fin dramatique. Le 17 mars 1951, elle tue de trois coups de revolver son ancien amant qui allait en épouser une autre…

Crimes, faits divers, histoires inquiétantes ou étonnantes, Christophe Hondelatte propose aux auditeurs d’Europe 1 de revenir durant une heure, sur les aventures humaines et les histoires vraies qui ont marqué la France, en les ponctuant d’archives de la station.

Pour en savoir plus voir le billet publié le 6 septembre 2016  sur le site de l’émission Europe1

Liens utiles sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … :

La petite femelle – Criminocorpus

Pauline Dubuisson, un destin tragique – Criminocorpus

L’affaire Pauline Dubuisson – Criminocorpus

ob_462626_ob-056637-p1150922Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Le court métrage « 14 millions de cris »

17103627_1749896118659123_2379959365509848418_nLe Salon des dames – C’est en entendant parler du suicide d’une jeune fille obligée d’épouser son violeur que j’ai décidé le 8 mars 2014, de réaliser mon court métrage « 14 millions de cris ». Je me suis rendue compte qu’il n’existait pas de mots pour définir cette violence – contrairement au racisme ou à l’antisémitisme – et que ce vide de mots créait une absence de prise de conscience. C’est pour cela que j’ai fondé l’association « Ensemble contre la Gynophobie ». Mon rêve est de voir une réelle harmonie entre le féminin et le masculin.

J’ai toujours su au fond de moi que la violence envers les femmes était à l’origine de toutes les autres.- Lisa Azuelos – Réalisatrice et auteure
————————————
When I heard about the suicide of a young girl who was forced to marry her rapist, I decided on 8 March 2014 to make my short film « 14 million shouts ». I realized that there were no words to define this violence – unlike racism or anti-Semitism – and that this lack of words created a lack of awareness. That’s why I founded the association « Together against Gynophobia ». My dream is to see a real harmony between the feminine and the masculine.

I always knew in my heart that violence against women was at the root of all the others.
Lisa Azuelos – Director and author

Les bébés volés d’Espagne

Pendant la dictature en Espagne, plus de 300 000 enfants ont été retirés à leur mère pour des raisons idéologiques.

Invitées de l’émission RTL de Jacques Pradel du 3 mars 2017 : Sandrine Mercier, journaliste, correspondante en Espagne et au Portugal pour Arte, Juan Gordillo Hidalgo, chef opérateur, il a réalisé et produit pendant près de 20 ans de nombreux magazines et collaboré à plusieurs documentaires pour France 5 et d’autres chaines francophones. Ensemble, ils ont réalisé en 2012 le documentaire « Donde estas ? Les enfants volés » produit par Marmita Films et diffusé le 20 mars prochain sur France 3 Aquitaine.

Marc Fernandez, journaliste écrivain, auteur du livre « Mala Vida » aux Livres de Poche

Si vous souhaitez acheter le DVD du film c’est ici

Pour écouter l’émission voir le billet publié sur le site de l’émission L’Heure du crime

Les enfants volés ¿Donde estàs? (extrait) on Vimeo

Entretien avec Sandrine Mercie et Juan Gordillo_réalisateurs du

Proyección del documental « ¿Dónde estás? Les enfants volés » en el

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nPhilippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Marianne Basler impeccablement émouvante dans « Un viol » (2009)

A la fin d’une journée très fatigante, Delphine, chirurgienne dans une clinique privée est raccompagnée par un collègue très estimé. Un processus, qui va mener à l’irréparable, commence. Max viole Delphine qui va se battre pour faire reconnaître ce crime, malgré l’avis unanime de tous ses proches d’enterrer cette histoire, d’éviter le scandale.

 

C’est l’histoire d’un double viol, celui réellement subi par une femme, et celui résultant d’une procédure policière et judiciaire qui met à nu et saccage la vie des protagonistes en présence, à commencer par celle de la victime « présumée ».

Diffusé sur France 2 le 6 octobre 2009
En compétition officielle du Festival de la fiction TV de La Rochelle 2009

« L’histoire commence où elle finit : en cour d’assises. Du côté des parties civiles, Delphine Odier, chirurgienne. Dans le box des accusés, Maxime Gallet, chirurgien dans la même clinique. Il l’a raccompagnée chez elle, l’a frappée et violée. Tout cela, on l’apprend en flash-back, depuis une allusion à la rivalité larvée des deux praticiens jusqu’au verdict, en passant par la scène casse-gueule du viol, filmée essentiellement au niveau des visages, et réussie, parce que aussi laide, brutale et odieuse que la réalité qu’elle décrit.

La bonne idée du film, c’est la victime : Delphine, femme de pouvoir, sûre d’elle et de sa capacité à surmonter son traumatisme, ce qui la conduira à porter plainte quinze jours trop tard. Face à une Marianne Basler impeccablement émouvante, Daniel Russo compose une saisissante figure de macho manipulateur, dénué de scrupules autant que de remords. La crédibilité de leur duo rend plus digeste un pédagogisme parfois ostentatoire, surtout vers la fin, quand l’insertion en voix off d’un texte de Virginie Despentes et une ultime séquence lourdement explicite nous renvoient à feu les Dossiers de l’écran. On se souviendra au moins du message, crucial : le viol est un crime, on n’en guérit pas tout(e) seul(e), et il ne faut pas attendre pour réclamer justice. » — Sophie Bourdais – Critique du 16/05/2015 – television.telerama

D’abord assistante de réalisation puis scripte, Marion Sarraut se forme ensuite à l’Ecole de la rue Blanche. Elle réalisera plus de 150 émissions de variétés, produites pour beaucoup d’entre elles par Gilbert et Maritie Carpentier. Elle réalise également un grands nombre de séries télévisées et de téléfilms. Elle signe notamment des épisodes de Une femme d’honneur, Julie Lescaut, Les cordiers juge et flic… mais réalisera également La surface de réparation, La femme qui travaille, La châtaigneraie… Au théâtre, elle a notamment mis en scène Boire fumer et conduire vite, Le jeu de la vérité, et dernièrement Soif avec Corinne Touzet dans le rôle titre.

De nationalité suisse mais née en Belgique, Marianne Basler obtient à 21 ans un Prix d’interprétation au Conservatoire de Bruxelles avant de s’installer à Paris. Elle apparaît pour la première fois au cinéma dans Meurtres à domicile en 1981 puis en jeune anarchiste dans La Femme publique de Andrzej Zulawski (1984). Encore un rôle assez court dans Trois hommes et un couffin de Coline Serreau (1985), puis Marianne Basler est engagée la même année pour interpréter le personnage éponyme de Rosa la Rose de Paul Vecchiali. Remarquée grâce à ce rôle de prostituée au grand coeur, elle obtient la reconnaissance de la profession en 1987 avec Les Noces barbares de Marion Hänsel où elle interprète une mère indigne.A la fin des années 80, elle abandonne les rôles de marginales pour enchaîner des films historiques en costumes, de La Révolution française de Robert Enrico et Richard T. Heffron (1989) à… Lire la suite

Daniel Russo débute sa carrière cinématographique en 1976 avec un tout petit rôle dans Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier. Très actif à la télévision et au théâtre, le comédien ne retrouve un vrai rôle sur grand écran qu’en 1982 dans La Boum 2, de Claude Pinoteau. Dès lors, son parcours est principalement orienté vers la comédie, Russo profitant de sa carrure bonhomme et de son bagout. En 1983, Daniel Russo s’illustre ainsi dans Le Jeune marié, Sac de noeuds, Black Mic Mac et Les Frères Pétard. En 1991, avec Génial, mes parents divorcent, il entame une collaboration fructueuse avec le réalisateur et acteur Patrick Braoudé. Les deux hommes se retrouvent ainsi en 1994 avec Neuf mois (où Russo, également scénariste, explose en mari très sanguin) puis en 2000 pour Deuxième Vie. En 1995, Daniel Russo explore des genres plus dramatiques, comme le drame L’ Appât ou le film histor… Lire la suite

Date parution: 20/10/2011 – Pour briser les murs du silence et de l’indifférence.

Le viol n’est pas un fait divers qui ne surprend que des malchanceuses tombées par hasard sur des monstres aux pulsions sexuelles irrépressibles. En France, une femme sur six est victime de viol ou de tentative au cours de sa vie. Après un viol, rien n’est plus comme avant. Mais la vie des victimes peut reprendre. Pourtant, dans notre pays, on ne les y aide pas. Le suivi dont elles bénéficient est aléatoire, parfois coûteux, voire maltraitant.

Le violeur peut être le père, le frère, le collègue, le voisin, le conjoint. Celui dont on ne se serait pas méfié et que personne ne soupçonne. Quand ils sont jugés et condamnés, les agresseurs sont sévèrement punis. Hélas, moins de 10 % des victimes portent plainte. Le viol est mis sous silence. Notre société a une fâcheuse tendance à excuser les violeurs et à culpabiliser les victimes.

Les moyens pour prévenir le viol, soigner les victimes et accompagner les agresseurs sont dérisoires. On laisse le viol perdurer alors qu’il détruit des milliers de vies et dégrade les relations entre les femmes et les hommes.

À partir de témoignages de victimes, d’interviews de juristes, de policiers, de soignants et d’analyses de criminologues et de sociologues, cette enquête décrypte ce qui ressemble trop, malgré les discours, à une tolérance face à un crime qui n’est pourtant pas une fatalité.

AUDREY GUILLER, NOLWENN WEILER

Parution du livre le 7 mars 2013 – On peut raconter dans un dîner que l’on a été victime d’un attentat, que l’on a perdu un proche ou subi un cambriolage. Avec le viol, silence radio. Cet acte touche à la sexualité et la suspicion n’est jamais loin. Le viol est un crime dans lequel la victime se sent coupable, honteuse. Ne pas pouvoir dire ce que l’on a vécu rajoute à la violence subie et contribue à l’impunité des violeurs.»

En novembre 2012, à l’occasion de la Journée contre les violences faites aux femmes, sont diffusés deux films documentaires (Viol, double peine et Viol, elles se manifestent) et une plateforme Web est mise en place sur le site de France Télévisions pour permettre aux victimes de viol de témoigner – celles-là mêmes qui trop souvent se taisent. A ce jour, plus d’un millier de personnes sont venues dire leur souffrance, leur colère ou leur peur.

Car, en France, un viol est commis toutes les huit minutes, et souvent une chape de plomb pèse sur les victimes, qui risquent les représailles ou la stigmatisation. Ce livre est un manifeste contre le silence. Il rassemble une centaine de témoignages de victimes qui tentent par la parole de sortir de la honte dans laquelle notre société semble les enfermer. Elles expriment dans le même temps leur courage et leur volonté de reconstruire leur vie et reconquérir leur dignité après ce double traumatisme : le viol et l’impossibilité d’en parler. Il est temps que la honte change de camp.

Pour lire un extrait du livre sur amazon.fr

Clémentine Autain, directrice de la revue politique Regards, est militante féministe et éditorialiste. En 2011, elle signe Un beau jour, combattre le viol, et est à l’origine, en 2012, du «Manifeste des 313» contre le viol.

  • Editeur : Don Quichotte éditions
  • Collection : NON FICTION

« L’Affaire Josey Aimes » transforme la belle Charlize Theron en figure quasi christique d’une certaine condition féminine

Synopsis : Pour échapper à un mari violent, Josey Aimes fuit de chez elle avec ses deux jeunes enfants et trouve refuge chez ses parents, dans le Minnesota. Sur place, un seul débouché s’offre à elle : la mine. Elle ne tarde pas à faire l’expérience du harcèlement moral que subissent les rares femmes qui travaillent dans ce fief masculin. Josey subit la malveillance et les plaisanteries douteuses de ses collègues jusqu’au jour où, excédée, elle décide d’aller se plaindre à son supérieur. N’ayant pas été entendue, et face à la frilosité des autres femmes, qui n’apprécient qu’à moitié son émancipation, Josey tente l’impensable : porter plainte contre son entreprise…

Date de sortie 8 mars 2006 (2h 06min)
Genre Drame
Nationalité Américain

L’ Affaire Josey Aimes (VF) – Bande Annonce – YouTube

Après Monster (2003), de Patty Jenkins, une autre jeune réalisatrice puise dans l’histoire américaine récente et transforme la belle Charlize Theron en figure quasi christique d’une certaine condition féminine, insultée, humiliée, sacrifiée sur l’autel du machisme le plus dégradant. Elle incarne ici une mère de famille qui, pour pouvoir s’en sortir après avoir rompu avec un époux violent, doit travailler dans une mine du Minnesota, où les hommes vont lui faire comprendre qu’elle n’a pas sa place, sinon pour devenir leur jouet. Mais Josey Aimes est du genre à tenir tête à toutes les têtes de lard et elle fera même changer, en 1984, la loi américaine sur le harcèlement sexuel.On sent l’investissement émouvant de Charlize Theron, qui, au-delà de ce que son rôle peut avoir de payant (une nouvelle nomination aux Oscars), a visiblement l’ambition de devenir la porte-parole hollywoodienne des droits des femmes. Notre ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité, la méconnue Catherine Vautrin, a reçu le message cinq sur cinq et a tenu à y faire écho, dans le dossier de presse du film, par un petit discours sur le combat contre les violences faites aux femmes et l’appui qui lui est donné ici. L’engagement a quand même une mesure dans L’Affaire Josey Aimes, car la réalisatrice néo-zélandaise Niki Caro se glisse presque trop parfaitement dans le moule du film-dossier à l’américaine. Un genre classique et sage, heureusement vivifié par les images de Chris Menges, qui a longtemps été le chef opérateur de Ken Loach. Si ce dernier avait été à la réalisation, la dimension politique du film aurait sans nul doute été plus marquée. Elle a trop souvent tendance à disparaître sous les conventions dramatiques, qui savent rendre l’histoire poignante, mais pas toujours mordante. Frédéric Strauss –  Critique du 07/03/2015 dans telerama

Charlize Theron grandit dans une ferme où elle développe très jeune de sérieuses aptitudes à la danse classique et au ballet. Son adolescence est marquée par un drame familial : sa mère abat son père, qui l’avait agressée. Décidée à fuir un pays qui ne peut lui offrir un épanouissement personnel, elle est engagée par le Joffrey Ballet de New York jusqu’à ce qu’une blessure au genou la contraint à abandonner définitivement la danse. Fréquentant les podiums depuis ses 14 ans, la jeune fille envisage une reconversion en tant qu’actrice après une apparition anecdotique en 1994 dans Les Démons du maïs 3.Charlize Theron s’installe à Los Angeles où elle est remarquée par un agent au bout de deux semaines. Après huit mois de cours d’art dramatique, elle décroche ses premiers rôles dans la chronique musicale That Thing You Do ! (1996), où elle joue la naïve Tina, et L’Associé du diable (1997), th… Lire la suite

ob_462626_ob-056637-p1150922

Vous pouvez également suivre mon activité : Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles.

Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des et membre correspondant du CLAMOR Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice …

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Regina Mühlhäuser Eroberungen : (Conquêtes, violences sexuelles et relations intimes des soldats allemands en Union Soviétique 1941-1945)

Regina Mühlhäuser a exploité une quantité impressionnante de sources très variées pour rendre compte non seulement de toute la gamme des « rencontres » [1] Précisons pour les germanophones que Regina Mühlhäuser… qui ont existé pendant l’occupation allemande de l’Union Soviétique entre des soldats allemands et des femmes, mais aussi du destin des enfants issus de ces contacts. Son objectif est de saisir ces processus le plus précisément possible et de les présenter, ainsi que le sens qui leur est conféré par les personnes concernées, de la manière la plus nuancée possible. Ce faisant, les représentations de la sexualité et des pratiques sexuelles sont considérées comme susceptibles d’évoluer au cours de l’histoire. Cette étude se veut comme une contribution à l’histoire de la guerre d’extermination, de l’occupation allemande et de la politique démographique national-socialiste. Après une clarification conceptuelle et une esquisse de l’état de la recherche présentées en introduction, les quatre parties qui composent l’ouvrage portent respectivement sur la violence sexuelle (chap. 1), le sexe en échange de nourriture ou de protection (chap. 2), les relations intimes consenties (chap. 3) et les enfants de la guerre (chap. 4). Dans le premier chapitre, R. Mühlhäuser distingue les différentes formes d’actes violents d’ordre sexuel et leurs fonctions. S’appuyant sur les travaux de la recherche féministe [2] Voir Ruth Seifert, « Der weibliche Körper als Symbol…

Critique internationale 2013/4 (N° 61) Pages : 200 Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr ISBN : 9782724633146  DOI : 10.3917/crii.061.0195 Éditeur : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

Silke Schneider : Docteure en science politique, chargée d’enseignement à la Evangelische Hochschule Berlin et tuteure online à la Fernuniversität de Hagen. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Femina Politica. Zeitschrift für feministische Politikwissenschaft (Femina Politica. Revue de science politique féministe). Elle a publié récemment Verbotener Umgang. Deutsche und Ausländer im Nationalzosialismus. Diskurse um Sexualität, Moral, Wissen und Strafe (Fréquentation interdite. Étrangers et Allemands sous le national-socialisme. Discours sur la sexualité, la morale, le savoir et la punition) (Baden Baden, Nomos Verlag 2010) et dirigé avec Gabriele Wilde le dossier Falsche Sicherheiten. Geschlechterverhältnisse in autoritären Regimen (Fausses Certitudes. Les rapports de genre dans les régimes autoritaires) de Femina Politica (1, 2012).

Traduit de l’allemand par  Catherine Perron

Pour lire le texte intégral cairn.info

Regina Mühlhäuser Eroberungen : Sexuelle Gewalttaten und intime Beziehungen deutscherSoldaten in der Sowjetunion 1941 – 1945 (Conquêtes, violences sexuelles et relations intimes des soldats allemands en Union Soviétique 1941-1945) Hambourg, Hamburger Edition, 2010, 416 pages.

ob_462626_ob-056637-p1150922Vous pouvez également suivre mon activité : Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles.

Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des et membre correspondant du CLAMOR Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice …