Archives pour la catégorie Romans et fictions

Une trace dans le ciel (Agnès Clancier)

Parution du livre le 4 mai 2017 – Une trace dans le ciel relate l’histoire de Maryse Bastié, pionnière de l’aviation.

Elle s’efforce de vider son esprit. D’oublier ce qu’elle sait. Ce qu’elle a vécu ces derniers jours, ces derniers mois. Elle doit tout effacer. Tout sauf l’enfance, la jeunesse, l’amour, les défis, la folie, ce qui, d’elle, leur sera pour toujours inaccessible. Ce qui la rend invulnérable.

Arrêtée par la Gestapo, en mars 1944 pour ses activités de résistante, une femme tente, dans la solitude de sa cellule, de surmonter sa peur pour affronter l’épreuve de la détention et des interrogatoires, d’accepter la perspective de sa propre mort tout en gardant intactes sa détermination et sa foi en l’avenir.

Aviatrice célèbre pour avoir, dans les années trente, battu de nombreux records internationaux, elle se remémore son enfance, les moments heureux de son existence, les êtres qu’elle a aimés, les exploits accomplis, puisant dans ce passé et dans la résurgence d’émotions anciennes la force dont elle a besoin.

Ce roman est inspiré de la vie de Maryse Bastié, une héroïne de l’aviation, de la résistance à l’occupant et de la cause des femmes, qui a relevé tous les défis de son temps et mené tous les combats pour la liberté. C’est aussi un formidable témoignage de cette époque où des fous volants, de Mermoz à Hélène Boucher, ont laissé, souvent au péril de leur vie, des traces dans le ciel, ouvrant ainsi la voie à l’aviation moderne.

Agnès Clancier est l’auteur de plusieurs romans, dont « Port Jackson » (2007, Gallimard, coll. Blanche), d’un récit « Karina Sokolova » (2014, Arléa) et d’un recueil de poèmes « Outback, disent-ils » (2017, Éditions Henry).

« Une trace dans le ciel » (Arléa), paru en mai 2017, est son septième livre. Ce roman est inspiré par la vie de Maryse Bastié, héroïne de l’aviation, mais aussi engagée dans la cause des femmes et résistante pendant la seconde guerre mondiale. Site internet : www.agnes-clancier.com

Éditeur : Arléa

Collection : LITTÉRATURE GÉNÉRALE

____________________________________________________________________________________________24294005_10155143598643997_666454150986299561_nVous pouvez aussi suivre mon activité principale dans le très sérieux Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …criminocorpus.hypotheses.org/

 Paroles d’experts de l’identité judiciaire. L’empreinte d’Alphonse Bertillon » (documentaires).Criminocorpus poursuit son enquête au service de l’identification judiciaire de la préfecture de police de Paris et vous propose, à travers la mise en ligne de 4 nouveaux documentaires, de découvrir différents aspects du.

La maquisarde (Nora Hamdi)

Parution du livre le 7 mai 2014 – « C’est ma mère. Je la regarde sans mots. De sa vie, de ses quinze ans en Kabylie, je sais peu de choses. Presque rien. Ma mère était paysanne, elle cueillait des olives, elle surveillait les moutons. Elle dormait sur la terre battue et ne connaissait ni l’école, ni la liberté. Longtemps je n’ai pas osé la questionner. Puis j’ai enquêté, je suis partie en Algérie. J’ai découvert que ma mère, timide et discrète, était une héroïne. Qu’elle avait connu, si jeune, le maquis, la résistance, la fuite, le camp. Sans doute la torture et la violence des hommes. J’ai compris aussi qu’elle avait aimé la fraternité et la vraie liberté… » N.H. Lire un extrait

Nora Hamdi est romancière et réalisatrice. Elle est co-auteur d’une bande dessinée, a écrit quatre romans, dont Des poupées et des anges, qu’elle a adaptée au cinéma. Pour en savoir plus sur Babelio

La Maquisarde, l’hommage à sa mère, de l’écrivaine Nora Hamdi ..

« La romancière et réalisatrice Nora Hamdi est partie sur les traces de sa mère, qui eut 16 ans en Kabylie, tandis que le feu de la guerre brûlait à sa porte. Avec son frère et son fiancé, elle s’engagea dans les maquis. Le livre, décliné à la première personne, l’auteure se glissant dans les pas de sa mère, paru au printemps 2014, est dédié à « toutes les femmes disparues, oubliées, de la guerre d’Algérie.«

Extrait de La maquisarde : « Je ne dis toujours rien. Je sais que dans tous les foyers, le sujet est abordé. C’est une lourde décision. Beaucoup de familles ne supportent pas de voir leurs filles, femmes, mères, soeurs prendre les armes. Tous ont peur de terribles représailles. Celles qui s’engagent risquent le viol et la torture. Elle (la voisine dans le camp de détention, ndlr) termine en m’apprenant que l’ensemble des femmes qui sont là viennent de son village, de l’autre côté du mont, à l’opposé du mien. Elles se connaissent depuis toujours.«  »

Editions Grasset

La reine de Budapest (Vivianne Perret)

À BUDAPEST, il n’y a pas que les championnats de natation (Bravo Camille Lacourt !). C’est aussi dans la capitale hongroise que se déroule la 3ème enquête de HOUDINI, magicien & détective. (et nageur de compétition dans sa jeunesse !) Sortie le 4 octobre 2017 – Vivianne Perret

Parution du livre le 4 octobre 2017 – En 1902, le magicien Harry Houdini, en tournée en Europe, offre à sa mère Cecilia Weiss un séjour à Budapest, la ville dont ils ont émigré. Sur place, il rencontre la jeune Mme Kestenbaum, amnésique, qui se sent menacée dans sa famille. Quand il apprend la mort d’un jeune libraire, vu pour la dernière chez le beau-frère de Mme Kestenbaum, Houdini est convaincu que ces histoires sont liées.

Vivianne Perret est historienne, écrivaine, scénariste et chroniqueuse sur RCF…et surtout une lectrice insatiable ! Polyglotte, elle a d’abord fait le tout du monde et vécu longtemps à l’étranger avant de reposer ses valises en France et prendre la plume.

Fascinée par les coulisses de l’Histoire, elle est une spécialiste des États-Unis (XIX et début XXe siècles). Elle est tout particulièrement incollable sur la figure mythique de Buffalo Bill et sur les Indiens Lakotas. Boursière du musée Buffalo Bill Center of the West (Cody, Wyoming) elle a même poussé sa passion pour les Indiens des plaines jusqu’à apprendre le sioux…

Avec la série Houdini, magicien & détective, en mêlant habilement fiction et Histoire, elle continue d’explorer son penchant pour l’Amérique et les personnalités hors du commun.

(Librairie des Champs-Elysées – Le Masque)

La saga des Pitelet (Jean Anglade)

9782258145368

Les Ventres jaunes, La Bonne Rosée, Les Permissions de mai : la grande saga de la famille Pitelet, couteliers de Thiers qui couvre près d’un siècle de vie auvergnate.

La fierté et la vie d’une communauté d’artisans avec ses rites et ses coutumes racontée par « un enfant de Thiers », Jean Anglade né au pays des couteaux.

Les « Ventres jaunes » sont la fierté de l’artisanat auvergnat. Ils ont donné à la coutellerie de Thiers sa noblesse et sa renommée internationale. « Mariés à leur planche, beaucoup plus qu’à leur femme », les émouleurs aiment profondément leur métier et s’épuisent seize heures durant, couchés sur le ventre. Maurice Pitelet, dit « Tchoucossa », s’enorgueillit d’appartenir à « l’aristocratie » de la profession coutelière et souhaite pouvoir transmettre le flambeau à l’un de ses fils.

De 1883 à 1968, s’égrènent les années laborieuses d’une famille attachante avec ses coups d’éclat, ses drames, ses destinées imprévisibles et pittoresques avec en filigrane près d’un siècle d’histoire.

____________________________________________________________________________________________

 

anglade_catalisFils d’une servante et d’un ouvrier maçon – il n’a passé que « douze jours de bonheur », le temps d’une permission, avec son père, tombé sur le front de la Somme en septembre 1916, et ne conserve de lui qu’un paletot bleu que sa mère lui taille dans l’uniforme du chasseur alpin – Jean Angladenaît en 1915 à Escoutoux dans le Puy-de-Dôme, près de Thiers. Son oncle juge qu’il est fait pour étudier et l’inscrit au cours élémentaire, le collège des pauvres. Excellent élève, il reçoit une bourse. Il ira à l’Ecole normale d’instituteurs de Clermont-Ferrand.

Il épouse une institutrice ; le jeune ménage obtient un double poste dans le pays de Combrailles, en 1935. Ce plateau de granit à la limite de l’Allier, du Puy-de- Dôme et de la Creuse, découpé en gorges étroites, est un paysage qui l’enchante. 1936, il part deux ans dans le Sud-Ouest pour faire son service militaire à la base aérienne d’Aulnat, où il croise Saint-Exupéry. La région accueille de nombreux Espagnols qui s’exilent, fuyant la guerre civile. L’autodidacte qu’il est dans l’âme poursuit ses études jusqu’à l’agrégation d’italien. Il enseignera durant la plus grande partie de sa vie au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Il a trente-huit ans, en 1952, quand paraît son premier roman, Le Chien du Seigneur, l’histoire d’un prêtre-ouvrier qui exerce son ministère dans une usine de caoutchouc. Un sujet délicat pour l’époque. Le roman fait grand bruit. Henri Pourrat le complimente : « Je vous ai lu d’un trait… Vous êtes un romancier. » Ce roman le fera entrer, dit-il, « dans la république des lettres ». Dès lors, il publie un ou deux livres par an. Il écrit pendant ce qu’il nomme sa période bleue – en hommage à Picasso alors qu’il n’est encore que Pablo – des romans nés de sa fascination pour l’Italie, l’Allemagne ou encore l’Irlande :Les Ma uvais PauvresLes Convoités, La Combinazione, L’Immeuble Taub, Le Point de suspension… La Foi et la Montagne, dont l’action se situe aux Philippines, reçoit le prix des Libraires en 1962.

A l’époque, Jean Anglade dit se sentir étranger à sa région. Mais à la mort d’Henri Pourrat en 1959, on le presse de succéder au grand écrivain auvergnat. Après beaucoup d’hésitations, Jean Anglade se lance et, s’inspirant de la vie de sa tante Mathilde, il raconte « une histoire simple écrite en vingt-huit jours » : Une pomme oubliée. C’est le succès. L’adaptation télévisée du réalisateurJean-Paul Carrère, sur un scénario signé Jean Cosmos, reçoit le prix du Festival de Prague.

Jean Anglade va publier en soixante ans une centaine d’ouvrages. Et ce loin des feux de la capitale. Des romans bien sûr, dont la plupart ont été édités aux Presses de la Cité, mais aussi des biographies (Pascal l’insoumis…), des livres d’histoire (La Vie quotidienne des immigrés en France, La Vie quotidienne contemporaine en Italie), des essais, des livres d’humour (il a reçu pour Le Point de suspension le prix de l’Humour noir), des recueils de poésie, des pièces de théâtre, des traductions… Un album illustré, Aux sources de mes jours, raconte son histoire. Il a écrit jusqu’à peu tous les matins, dans son antre, un ancien garage qui lui sert de bureau et de bibliothèque, sur sa machine à écrire. Et publie chaque année un roman inédit. L’année de ses quatre-vingt dix-sept ans, il a participé à un téléfilm, A l’école de ma vie, qui raconte ses jeunes années, de sa naissance à sa première année d’instituteur. Un bel hommage à l’école de la République dans lequel on le voit chanter, raconter et réciter des poèmes en patois thiernois.

Le 18 mars 2015 Jean Anglade fêtait ses cent bougies.

Cent livres pour cent ans.
Et l’éternité pour la littérature.

19397179_10213430026575724_3832446145308238408_nLe succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

 

Les « Aventures galantes d’une femme du monde »

On ne s’ennuie jamais aux Archives départementales de la Haute-Garonne !

Pour la Saint Amour, et comme promis il y a quelques jours… nous vous proposons la lecture intégrale des  » Aventures galantes d’une femme du monde  » : Calameo

Cette publication était jointe au dossier de non lieu prononcé en juillet 1921, suite à l’information judiciaire ouverte contre le marchand de journaux du Kiosque situé place Saint-Michel à Toulouse, pour outrage aux bonnes mœurs par la vente sur la voie publique d’imprimés obscènes. Archives départementales de la Haute-Garonne

L’édito juin 2013 – La collection Terres de France

18423997_10213071194085136_8103015401728303060_nPrendre sa vie en main, rebattre les cartes du destin tels pourraient être les thèmes de ce mois de juin.

Yves Jacob explore le sentiment amoureux face à l’adversité et la guerre. S’engager ou s’attacher, se rebeller ou courber l’échine sous l’occupant ?

Exilé en terre bretonne, Hugo sera cet « arbre déraciné » contraint à un choix inexorable. Une nouvelle auteure pour un premier roman coup de cœur !

Anne Michel nous invite à retrouver le goût des autres et du bonheur au sein d’une petite île bretonne à la nature sauvage et indomptable.

Des personnages cabossés par la vie vont y réapprendre à vivre et à aimer.

Clarisse Enaudeau, directrice littéraire

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

Matin d’écume (Anne MICHEL)

00f232c296313439313232333033303137333532

Vie et jours d’un petit monde insulaire conjuguant les élans du coeur et la difficulté d’être. Premier roman chaleureux et sensible.

Un phare tranchait sur ces rochers noirs, dressant sa blancheur vers le ciel. Les brumes s’étaient dissipées, le ciel était d’un bleu presque blanc tant il était lumineux.

Sur l’île d’Adrec, balayée par les vents chargés d’embruns, vit une petite communauté qui se connaît bien et s’entraide comme elle peut. Il y a, notamment Ismaël, adolescent muet depuis la mort de son père ; la douce Marie, veillant au chevet de sa mère Christina, âme et mémoire de l’île ; Jan, l’homme de la forge, retranché dans ses chagrins… Et Lise, venue du continent pour se recueillir sur les lieux où a été trouvé le corps sans vie de son compagnon. La jeune femme voit en Ismaël l’écho de sa propre peine…

C’est autour du nouveau médecin, Lucas, tout de bienveillance et d’écoute, que chacun trouvera peu à peu le chemin vers la renaissance.

Le charme et les jours d’un petit monde insulaire conjuguant la douleur de l’absence et les élans vrais du coeur.

Née en 1978, Anne Michel enseigne les lettres à Toulon. Matin d’écume est son premier roman.

La collection Terres de France aux Presses de la Cité / Clarisse Enaudeau (Directrice littéraire de la collection Terres de France : Séance de travail en Bretagne )

18404040_10213071194085136_8103015401728303060_oChaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil