Archives pour la catégorie Prisons

Le bagne de Rochefort (1767-1852). Une nouvelle exposition proposée par Abigaëlle Marjarie…

00-vignette-bagne-rochefort.jpg__250x327_q85_crop_subsampling-2_upscaleLe bagne de Rochefort (1767-1852). Une nouvelle exposition proposée par Abigaëlle Marjarie, à découvrir sur Criminocorpus,

Abigaëlle Marjarie a suivi une formation en master de « Direction de projets ou établissements culturels, parcours développement culturel de la ville » à l’université de La Rochelle (2016-2018). Elle a réalisé dans le cadre de cette formation une exposition sur l’histoire du bagne de Rochefort (1767-1852)

(Rochefort, entrée de l’Arsenal (détail), C. Louis Mozin, Musée Hèbre de Saint Clément, inv. BA 22-134)


					

51 – Portrait du jour : Laure Bulmé, guide-conférencière et auteure sur « Les graffitis de la maison centrale de Clairvaux »

 « … Après avoir mis en place une méthodologie de relevé, je repris donc minutieusement l’étude des murs. Au fur et à mesure des relevés, les graffiti identitaires – très nombreux – interpellèrent ma curiosité. J’avais envie d’en apprendre plus sur ces hommes.

Ce fut là, une autre aventure qui commença : retrouver ces Hommes, écrire leurs histoires, leurs parcours (…) grâce aux différents documents (répertoires d’écrou, registres d’écrou, dossiers personnels…) conservés aux Archives Départementales de l’Aube. Pour des questions géographiques et pratiques, je numérise tous ces documents qui, pour faciliter les recoupements avec les graffiti, sont renseignés, par un preux chevalier, Jacques DOMENGE (bénévole), dans une base de données. Cette dernière nous a d’ailleurs donné l’occasion à plusieurs reprise d’aider des familles, venues visiter, à retrouver leurs aïeux ! Que d’émotions ! Ces travaux nous ont également permis de comprendre l’organisation des régimes de détention : les divers recoupements ayant fait apparaître les quartiers des détentionnaires, des condamnés militaires, des condamnés aux travaux forcés (…) ou encore de distinguer les quartiers allemands des quartiers français sous l’Occupation et bien d’autres choses encore ! Vous l’aurez compris ces inscriptions lapidaires recèlent bien des trésors … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son cinquante et unième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Laure Bulmé … ,guide-conférencière et membre de l’association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux. Elle est l’auteure de l’article sur Les graffitis de la maison centrale de Clairvaux.

J’attache beaucoup d’intérêt à publier le portrait de cette jeune femme passionnée par son métier.

Alors que l’abbaye-prison de Clairvaux s’apprête à tourner une page, Laure contribue inlassablement à « faire entendre que nous sommes nombreux.ses à aimer Clairvaux et à vouloir élever son activité culturelle le plus haut possible » …  

Merci Laure pour ce petit jeu d’écriture pas facile à rédiger – j’en conviens – .

Bienvenue dans le cercle des amis du carnet Criminocorpus Ph.P.

____________________________________________________________________________________________

« Voilà sept ans, maintenant, que je fais découvrir l’abbaye-prison de Clairvaux. C’est là, plus qu’une activité professionnelle, une réelle passion que je vis au quotidien. J’ai la chance chaque matin de rejoindre Clairvaux avec le sourire et la certitude de passer une belle journée.

Merci, Philippe, de me laisser présenter ici, ce fabuleux métier et, plus particulièrement, ma passion pour ce site !

Ce qui m’a amené à choisir ce métier ? C’est lui qui m’a choisi… Jamais je n’aurai imaginé conduire des visiteurs à travers le temps comme je le fais aujourd’hui, à une époque où le simple fait de présenter un exposé devant mes camarades provoquait tremblements et évanouissements chez moi.

Cependant mon côté baroudeuse et mes passions pour l’Histoire et les Architectures m’y prédestinaient sans que j’en ai conscience.

Après avoir tenté – en vain – une licence Langues Étrangères Appliquées, je reprenais le chemin d’un enseignement semi-professionnel avec un BTS Animation et Gestion Touristiques Locales qui me mit sur cette voie… Cette formation pluridisciplinaire mêlait théorie et pratique avec un système plus ou moins proche de l’alternance. C’est ainsi que j’ai pu expérimenter de nombreuses activités en rapport avec la culture et le patrimoine. Petit à petit je perdis mon handicapante timidité et pris le chemin d’une Licence Protection et Valorisation du Patrimoine – Option Guide Interprète National!Qui l’eut cru :’-) !!

Très vite je pris du plaisir à conter l’histoire de toutes ces vieilles pierres dont la France est parsemée. Les travaux préparatoires satisfaisaient mon esprit curieux, je me sentais dans la peau d’une aventurière tenant à la fois de l’archéologue et de l’historienne. Le fait de prendre possession des lieux et de les admirer des heures durant afin de les comprendre me procurait de l’euphorie ! Partager le fruit des mes enquêtes avec le public m’apportait la jubilation ! Ce que je n’appris qu’à la fin de mes études c’est qu’il est possible de tomber amoureux de certains sites…

C’est au mois de juin 2011 que je rencontrais cette grande et vieille Dame qui, aujourd’hui me passionne un peu plus chaque jour : l’Abbaye-Prison de Clairvaux !

Le coup de foudre fut quasi instantané… J’avais devant moi un mille-feuilles d’histoire et un patchwork architectural qui me subjuguent aujourd’hui encore.

Dévoiler l’histoire de ce haut lieu des Enfermements ( 7 siècles de vie monastique et 2 siècles de vie carcérale) qui, pour citer Jean-François LEROUX1, « était resté infranchissable durant près de 9 siècles à moins d’être moine, surveillant ou détenu », allait tout de même me donner du fil à retordre ! Cette double identité : Abbaye et Prison, déconcerte voire surprend au premier abord les visiteurs. La plupart d’entre eux, s’apprêtant à découvrir une abbaye cistercienne médiévale, découvrent, dès leur arrivée, qu’il ne subsiste qu’un bâtiment de cet période puisque l’abbaye fut reconstruite au 18ème siècle et, oh comble de la surprise !, que celle-ci abrite une Maison Centrale depuis plus de 2 siècles! Quelle stupéfaction !! Fort heureusement, la curiosité, présente en chacun d’entre nous, les pousse à poursuivre l’aventure ! Le challenge commence alors : conter ces histoires et, surtout, donner au public toutes les clés pour voir ces lieux différement, décortiquer ensemble chacune des strates composant alors ce captivant mille-feuilles et les amener à les apprécier ou à défaut à les accepter. C’est ce défi qui me donna cet enthousiasme ! Redonner à l’abbaye et à la prison, les attentions dont elles faisaient l’objet autrefois! Faire mémoire à ceux qui y ont vécu… La tâche n’allait pas être si simple que cela ! Bien sûr, pour mener à bien cette mission, il me fallait apprivoiser cette grande Dame !

Tout d’abord initiée par les membres salariés et bénévoles de l’ARAC, ma volonté de comprendre et de vouloir tout maîtriser (noter ce défaut 😉 ) me poussa rapidement à sortir des sentiers me lançant alors dans de nombreuses explorations des lieux et, aussi à sortir de Clairvaux pour rejoindre Troyes et fouiller et éplucher les archives. Ces aventures m’ont permis de rencontrer des gens formidables – eux aussi attachés à Clairvaux. Parmi ceux-ci, Lydie HERBELOT et Dominique FEY (29 – Portrait du jour : Lydie Herbelot et Dominique Fey,) qui ont fait un travail titanesque sur le fonds archivistique de l’ancienne Maison Centrale de Clairvaux, ce qui nous a permis d’avoir plus rapidement et plus facilement des réponses à nos interrogations ! Merci à eux !

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … est, de son côté, devenue une référence voire une bible pour moi, je ne m’étais jamais vraiment interrogée sur l’histoire de la justice ou même de l’application des peines. Se documenter sur le sujet des Prisons et de leur Histoire n’est pas si simple lorsque nous ne sommes pas universitaires… Alors je tiens à profiter de cet exercice pour remercier vivement celles et ceux qui animent ce blog ! Grâce à celui-ci, je rencontrais également d’autres passionnés comme vous, Poisson (Philippe), ou encore Jean-Claude Vimont à qui je dois beaucoup. C’est ce dernier qui me lança dans cette folle aventure, que je vis, aujourd’hui encore, comme un hobby ! Il avait ce projet de réaliser une exposition virtuelle [La mémoire des murs] sur le thème des graffiti en milieu carcéral. Bien qu’un peu intimidée d’être conviée à participer à ce projet, je saisis l’opportunité que de mettre en avant cette mémoire carcérale de Clairvaux ! C’est ainsi que je me suis mise à détailler scrupuleusement les murs… Le délai qui m’était donné pour préparer ce travail m’amena à répertorier sans réelle méthodologie les premiers relevés que j’effectuais. Mon premier objectif fut alors d’établir un panel représentatif des graffiti présents à Clairvaux… Une fois que l’exposition fut mise en ligne, je décidais d’entreprendre l’inventaire complet de tous ces témoignages. Je ne pouvais me résoudre à imaginer que ceux-ci, tôt ou tard, puissent disparaître lors de futures campagnes de restauration des bâtiments. Je me devais de pérenniser ces témoignages en mémoire à leurs auteurs.

Après avoir mis en place une méthodologie de relevé, je repris donc minutieusement l’étude des murs. Au fur et à mesure des relevés, les graffiti identitaires – très nombreux – interpellèrent ma curiosité. J’avais envie d’en apprendre plus sur ces hommes.

Ce fut là, une autre aventure qui commença : retrouver ces Hommes, écrire leurs histoires, leurs parcours (…) grâce aux différents documents (répertoires d’écrou, registres d’écrou, dossiers personnels…) conservés aux Archives Départementales de l’Aube. Pour des questions géographiques et pratiques, je numérise tous ces documents qui, pour faciliter les recoupements avec les graffiti, sont renseignés, par un preux chevalier, Jacques DOMENGE (bénévole), dans une base de données. Cette dernière nous a d’ailleurs donné l’occasion à plusieurs reprise d’aider des familles, venues visiter, à retrouver leurs aïeux ! Que d’émotions ! Ces travaux nous ont également permis de comprendre l’organisation des régimes de détention : les divers recoupements ayant fait apparaître les quartiers des détentionnaires, des condamnés militaires, des condamnés aux travaux forcés (…) ou encore de distinguer les quartiers allemands des quartiers français sous l’Occupation et bien d’autres choses encore ! Vous l’aurez compris ces inscriptions lapidaires recèlent bien des trésors…

Aujourd’hui l’abbaye-prison de Clairvaux s’apprête à tourner une page. La Maison Centrale de Clairvaux a entamé son processus de fermeture, laquelle sera effective en 2022. C’est donc le coeur serré que nous assisterons à la fin prochaine de l’histoire d’une des plus grandes prisons de France. C’est là que nous prenons conscience qu’il est parfois plus simple de se faire narrateur de l’histoire plutôt que l’acteur… Installée en 1808, sous Napoléon 1er, la Maison Centrale de Clairvaux aura emprisonné, durant plus de deux siècles, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants – surveillants et détenus – pour lesquels notre mission est alors de rappeler leurs histoires. Ne jamais oublier que l’histoire des prisons, c’est aussi l’histoire de notre société. Et, j’ai encore l’espoir aujourd’hui de voir naître en ces lieux, un musée des Enfermements avec, plus particulièrement, une partie sur l’histoire de l’évolution de la peine de privation de liberté. J’espère faire entendre que nous sommes nombreux.ses à aimer Clairvaux et à vouloir élever son activité culturelle le plus haut possible. »

1Jean-François LEROUX, président de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux. Celle-ci a quasi délégation de service public pour animer la partie historique de l’ancienne abbaye-prison.

Pour celles et ceux que cela pourrait intéressé :

https://criminocorpus.org/fr/expositions/art-et-justice/la-memoire-des-murs/les-graffitis-de-la-maison-centrale-de-clairvaux/

Casque d’Or, légendaire fille de joie des Apaches

En 1902, le procès de deux souteneurs passionne l’opinion. Manda et Leca sont accusés d’avoir déclenché une guerre pour la possession de Casque d’Or, la prostituée la plus célèbre du Paris des Apaches.

On se presse en ce jour de mai 1902 dans la salle du tribunal de Paris. On y juge Manda et Leca, deux Apaches [lire notre article], deux souteneurs de Belleville et Popincourt. Mais celle que tout le monde attend lorsqu’elle témoignera à la barre, c’est Amélie Élie dite « Casque d’Or ».

En cette année 1902, il y a la belle Otero, courtisane de haut-vol fréquentant les salons bourgeois et aristocratiques du Tout-Paris et il y a Casque d’Or, fleur de bitume et prostituée du quartier de Belleville, dont la renommée médiatique bat son plein.

Orpheline à 14 ans, elle commence à se prostituer dans le 11e arrondissement. À 19 ans, elle rencontre Joseph Pleigneur, dit Manda, chef de la bande des Orteaux et tombe amoureusede son nouveau souteneur…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Michele Pedinielli le 15 mai 2018 sur le site de Retronews

Une détenue de Rennes bénéficie de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron

La prison des femmes de Rennes où est détenue la personne qui vient de bénéficier de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron.La prison des femmes de Rennes où est détenue la personne qui vient de bénéficier de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron. | Archives Ouest-France

Emmanuel Macron vient d’utiliser, pour la première fois depuis son élection, son droit de grâce. Une détenue de la prison de Rennes a vu sa perpétuité commuée en une peine de 20 ans. C’est actuellement la plus ancienne détenue de France.Pour en savoir plus sur Ouest-france.fr

Florence Cestac : « En 1968 j’ai fait de la prison pour « vol et destruction d’emblèmes nationaux » »

ART ET CRÉATION LE RÉVEIL CULTUREL par Tewfik Hakem

« Avoir 20 ans en mai 68 » 5/5 avec l’auteure de BD Florence Cestac qui avait 18 ans en mai 68, une époque qui l’a libérée, l’a portée et a révélé son engagement.

À l’occasion des 50 ans de mai 1968, le Réveil Culturel propose de faire entendre toute la semaine le témoignage d’acteurs culturels qui avaient vingt ans en mai 68, à l’époque où les événements commençaient à tourbillonner autour du monde et bousculer les habitudes…

Aujourd’hui, vendredi BD avec :

Florence Cestac, auteure de BD, pour Filles des Oiseaux, volume 2, aux éditions Dargaud.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France culture

Florence Cestac est née un 18 juillet à Pont-Audemer. Après une scolarité modeste (pas de diplômes trop voyants), elle intègre en 1965 les Beaux-Arts de Rouen et en 1968 les Arts décoratifs de Paris. Elle dessine pour Salut les copains, Lui, 20 ans, et rencontre Étienne Robial, avec qui elle ouvre en 1972 la première librairie de bande dessinée parisienne et fonde en 1975 les éditions Futuropolis. Dans le feu de l’action, elle devient maquettiste, emballeuse, livreuse, photograveuse, traductrice, nounou d’auteurs, attachée de presse et directrice de collection. Elle voit défiler dans son bureau toutes sortes de jeunes talents en friche, pas toujours bien peignés ni très polis, et racontera cette expérience enrichissante avec Jean-Marc Thévenet dans un livre intitulé Comment faire de la bédé sans passer pour un pied-nickelé… Pour en savoir plus sur Cestac

De Quimper à Cayenne – Le singulier destin d’une Bretonne (Jean-François Tifiou)

Parution du livre le 15 octobre 2017 – Milieu du XIXe siècle, la petite Marie-Corentine savoure sa petite enfance à Quimper. Mais les coups du sort commencent bien vite à détruire le fragile équilibre de sa famille. Lentement et sûrement, la jeune bretonne suit son destin qui l’emportera loin de sa ville et de ses proches. Une poignante histoire de famille que l’auteur, à la manière d’un Emile Zola post moderne, replace sans cesse dans le contexte social de la France au tournant capital de son développement industriel.

Secrétaire général adjoint de l’Ucmf (Union des Compositeurs de Musique de Film), Jean-François Tifiou est également auteur-compositeur. Il a collaboré à de nombreux projets musicaux (albums, jeux vidéo, séries, courts métrages, pièce de théâtre, …). Il signe là son premier roman.

Pascal Louvrier (Préfacier)

Éditeur : Feed Back Editions

Invité du jour J F Tifiou – YouTube

Femmes et filles envoyées en prison par la cour d’assises du Nord durant la première moitié du xixe siècle (1822-1850) – (Virginie Despres)

La part des femmes dans la population pénitentiaire a beaucoup diminué au cours du XIXe siècle en France. Leur faible participation à la délinquance et à la criminalité, ainsi que la relative indulgence des tribunaux à leur égard, expliquent cette évolution décroissante. Dans le Nord, de la fin du XVIIe siècle à la Révolution, puis pendant la première décennie duXIXe siècle, elles forment un quart en moyenne des délinquants et des criminels [1][1] Voir D. Blary et P. Guignet, La délinquance à Valenciennes…. Par la suite, devant la cour d’assises de Douai, cette proportion reste à peu près stable jusqu’au début de la Monarchie de Juillet, avant de diminuer progressivement tout au long du XIXesiècle [2][2] Ainsi, entre 1886 et 1900, la part des femmes traduites…. Bien que le vaste et très peuplé département nordiste ne figure pas parmi les plus criminels du territoire, son contentieux abondant en fait un exemple de choix pour toute étude abordant la place des femmes dans la justice pénale.2

Notre propos portera sur la répression de la criminalité féminine jugée entre 1822 et 1850, ces limites chronologiques correspondant à la période durant laquelle la centrale mixte de Loos était susceptible d’accueillir des femmes. En effet, l’année 1822 marque l’arrivée des premiers détenus dans cette prison destinée, comme toutes les centrales, à recevoir les individus condamnés à la réclusion criminelle ou à un emprisonnement correctionnel d’une année ou plus, de même que les femmes et les vieillards condamnés aux travaux forcés [3][3] La population pénale de Loos s’élève alors à 448 hommes…. Les enfants devant subir un emprisonnement correctionnel d’au moins un an sont également envoyés en centrale. À partir des années 1830, la prison de Loos se dote d’un quartier distinct pour les enfants mineurs, sans séparation entre les sexes. Cependant, en raison de leur faible nombre, les filles sont enfermées avec les femmes majeures et sont complètement séparées des garçons. En 1850, année du vote de la loi sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus, certaines d’entre elles sont transférées avec les adultes à la centrale de femmes de Haguenau, ce qui doit permettre de récupérer l’ancien quartier féminin pour l’affecter aux mineurs et remédier à la surpopulation carcérale…

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn Femmes et filles envoyées en prison par la cour d’assises du … – Cairn

Virginie Despres : Docteur en Droit de l’Université de Lille II, Virginie Despres a soutenu en 2004 une thèse sur Les différences entre les sexes dans la justice criminelle au xixe siècle. Les femmes devant la cour d’assises du Nord (1811-1914). Publication : « Les vols domestiques au xixe siècle, d’après les arrêts de la cour d’assises du Nord (1811-1914) », dans Juges et Criminels. Études en hommage à Renée Martinage, Lille, Publications de l’Espace Juridique, 2000, p. 629-64 …

Histoire, économie & société – 2005/3 (24e année) – Pages : 118 – Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr – ISBN : 9782200920388 – DOI : 10.3917/hes.053.0411 – Éditeur : Armand Colin