Archives pour la catégorie mode

L’habit fait la femme – Modes et femmes, 14-18 jusqu’au 17 juin à la bibliothèque Forney, Paris.

Une exposition consacrée aux vêtements féminins de la Grande Guerre.

Il est des commémorations évidentes s’agissant de la Première Guerre mondiale. Ce n’est a priori pas le cas de la mode féminine. L’exposition « Mode et femmes, 14-18 » montre le contraire. En effet, elle donne à voir les effets du conflit sur les vêtements et leurs usages et par là sur les corps et les rapports de genre.

Les commissaires Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian interrogent ainsi la supposée libération des femmes par le conflit. Si les fameuses « munitionnettes » des fabriques d’armement sont caricaturées ou exposées dans la presse de mode en bleu de travail, elles portent le plus souvent un tablier ou une blouse sur une robe, comme dans les usines du XIXe siècle.

Reste que la guerre bouleverse bien leur statut et que leurs vêtements se professionnalisent. Les uniformes se multiplient, pour les infirmières mais aussi dans l’industrie, dans les chemins de fer, aux PTT, même si généralement les travailleuses bricolent elles-mêmes leurs tenues, conseillées par des revues comme Le Petit Écho de la mode. A la masculinisation des femmes au travail, plus fantasmée que réelle, répond toute une imagerie où l’on voit les épouses attendre leur mari dans des robes vaporeuses. Mais, de retour du front ou en permission, les combattants sont choqués par les femmes élégantes qui semblent occulter la guerre.

C’est que dans le paysage quotidien le deuil domine. Le carnage conduit à en simplifier la complexe codification. Le contrôle sur les femmes endeuillées n’en demeure pas moins fort : le négligeant, elles sont accusées de ne pas honorer la mémoire des défunts ; trop sophistiquées, elles sont considérées comme des « veuves joyeuses ».

Le vêtement doit aussi exprimer le soutien aux poilus et à l’effort de guerre. « Tricots du soldat » et dons partent pour le front. Plus symbolique, un vestiaire patriotique se développe : robes bleu-blanc-rouge ou aux allures de tenue d’infirmière, chapeaux style « militaire ». Le soutien est également industriel. L’opportuniste haute couture défend le savoir-faire national face à la concurrence étrangère.

Au final, les vêtements issus des musées Galliera et de la Grande Guerre de Meaux ou des maisons de haute couture Lanvin et Chanel, les photographies et les publicités illustrent l’évolution de la mode féminine, dorénavant plus confortable et pratique. Et l’on comprend que la guerre déplace partout les lignes du genre.

À VOIR

Modes et femmes, 14-18 jusqu’au 17 juin à la bibliothèque Forney, Paris.

Manuel Charpy dans mensuel 433 daté mars 2017 – 383 mots Gratuit

« Femmes à l’Honneur » – Réseau Solidarity Unesco : retenez la date du 25 mars 2017

16640615_1101683493293131_593263693281159102_nDans le cadre des actions annuelles « Femmes à l’Honneur » du mois de mars du Réseau Solidarity Unesco retenez la date du 25 mars 2017 – Le groupe d’étudiantes ambassadrices de projet tutoré IUT Com Sophia propose en collaboration avec la Ville de Mougins, le Musée d’Art Classique de Mougins et autres artistes une grande journée la mode et les femmes célèbres dans l’Art et la culture – Présentation de mannequins coiffées d’époques romaines et grecques, animations coiffure gratuites, projection de diaporama, intervention d’auteurs littéraires sur les femmes, visite du Musée, Tombola au profit des actions caritatives du Réseau- Apéritif – Vous souhaitez participer étudiants, auteurs, photographes ou sponsors contactez nous : Mélanie, Maxence, Leïla, Mathilde l3mevent@gmail.com – Avec Laurence Dionigi – Corinne Reinsch – Michel Noble Réseau Géopholis Solidarity Unesco Paca

Enregistrer

Enregistrer

Manneken Pis déménage sa garde-robe

Le musée « GardeRobe Mannekenpis » ouvre ses portes au public. Les quelque 130 costumes s’exposent désormais sur du Chêne à Bruxelles.

La garde-robe de Manneken Pis trouve un nouveau toit. Désormais situé au 19 de la rue du Chêne à Bruxelles, à proximité deux pas de la statue, le musée « GardeRobe MannekenPis » regroupera quelque 130 costumes, exposés sur des statues. Néanmoins, le petit homme dispose de 965 costumes conservés au cours de l’histoire. Et le nombre ne cesse d’augmenter. Chaque année entre 15 à 20 tenues sont en moyenne acceptées sur une soixantaine de propositions.Cette tradition de l’habillage remonte au début du XVIIe siècle. Un tableau sur la procession de l’Ommegang peint en 1615 par Denis Van Alsloot montre le Manneken-Pis habillé en berger…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur l’echo.be/culture/expo/Manneken_Pis_

Communication d’ Agnès Evein  : Créatrice Costumes Cinéma / Costume Designer
97 rue des Martyrs 75018 Paris.
Tél : 01 42 62 52 38

Mail : oripo@neuf.fr.           
Site : http://oripo.jimdo.com/

Tenue correcte exigée. Quand le vêtement fait scandale jusqu’au 23 avril au musée des Arts décoratifs, Paris.

tenue-correcte-exigeeLe vêtement est une affaire de conventions que certains se plaisent à transgresser comme le montre l’exposition du musée des Arts décoratifs.

Ce sont Adam et Ève qui tiennent le vestiaire de cette rétrospective consacrée au rapport que l’on entretient avec le vêtement. Représentés par Lucas Cranach l’Ancien, le père et la mère de l’humanité judéo-chrétienne nous rappellent que la façon de se vêtir – ou non – est liée au péché originel : « Le vêtement est le symbole même de la chute de l’humanité », explique Michel Pastoureau. Par-delà les scandales occasionnés par les défilés de mode, l’habillement interroge donc chacun d’entre nous.

En trois séquences non chronologiques, l’exposition « Tenue correcte exigée » nous révèle la permanence, à chaque époque, de règles de bienséance, de savoir-vivre et de respect d’autrui. Règles d’autant plus nécessaires au vivre ensemble qu’elles sont en permanence transgressées. La reine Marie-Antoinette pouvait-elle se faire représenter par Élisabeth Vigée Lebrun en robe-chemise, dont les formes souples relevant du registre de l’intime s’imposent vers 1778-1779 ? Le ministre Jack Lang pouvait-il s’adresser en 1985 aux députés dans l’Hémicycle habillé d’une veste au col « Mao » l’exonérant du port de la cravate ? La provocation comme la négligence vestimentaires sont considérées comme un manque de respect… qui varie selon le milieu professionnel.

Avec l’arrivée des femmes sur le marché du travail, les règles vestimentaires qui séparent les deux sexes deviennent confuses. Les scandaleuses Jeanne d’Arc et George Sand ont fait des émules à partir des années 1920, la victoire des « garçonnes » comme Marlene Dietrich et Gabrielle Chanel débouchant sur une mode « unisexe » doublement célébrée en 1966 par Yves Saint Laurent avec son smoking pour femme et Jacques Esterel avec sa jupe masculine.

La dernière partie de l’exposition est placée sous le signe de l’excès, déclinant à l’envi tout ce qui est « trop » et donc soumis à une censure morale : le burkini, malgré l’ampleur recherchée de ses formes, entrave la liberté de la femme, le pantalon baggy des jeunes garçons révèle un laisser-aller personnel condamnable, la minijupe d’André Courrèges signe la vulgarité de celle qui la porte tandis que les talons hauts de 50 centimètres portés en Espagne et à Venise au XVIe siècle annoncent un caractère menteur et vaniteux.

 

Enregistrer

Enregistrer

Elle, Edmonde

Il y a un an disparaissait Edmonde Charles-Roux.

La première biographie de cette femme aux mille vies.

cro15novembre-tt-width-326-height-468-lazyload-0-crop-1-bgcolor-ffffffParution du livre le 5 janvier 2017 – Elle, c’est Edmonde Charles-Roux. Résistante, grande amoureuse, écrivain à succès, prêtresse de la mode, croisée socialiste, présidente de l’académie Goncourt, égérie d’un groupe de rap… Une femme aux mille vies, passionnée et engagée, romanesque en diable.

Née en 1920, fille d’un ambassadeur à Rome auprès du Saint-Siège, elle est élevée dans des palais italiens, au milieu des artistes, des princes et des papes. Elle semble promise à une vie bien rangée. Mais en 1940, elle s’engage comme infirmière-ambulancière, avant de rejoindre la clandestinité. À la Libération, cette caporal-chef de la Légion étrangère, décorée de la croix de guerre, devient journaliste à Elle, puis révolutionne Vogue. Son premier roman obtient le prix Goncourt. De Gaulle lui confiera : « Madame, vous votez mal mais vous écrivez bien. » Grande bourgeoise aimantée par les marginaux, elle devient la muse d’écrivains célèbres, de peintres et de photographes d’avant-garde. C’est aussi une féministe qui ne craint pas les diables macho. Avec Gaston Deferre, le flamboyant maire de Marseille, ministre de l’Intérieur de Mitterrand, elle forme un couple légendaire qui navigue entre les ors de la République et le monde ouvrier, les bals du gotha et la fête de l’Huma.

Rebelle, courageuse, pétrie de désirs, de talents et de contradictions, Edmonde assume tout. Une femme libre, tout simplement.

Jean-Noël Liaut est écrivain et traducteur. Il a publié plusieurs biographies parmi lesquelles Elsa Triolet et Lili Brik, les sœurs insoumises, prix de la biographie historique de l’Académie française 2015. Livre publié chez Allary

philippe-henri-est-de-retourIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 61 631

La reine des dentelles – Musée des Beaux Arts et de la Dentelle à Alençon

Voilà trois cent cinquante ans qu’Alençon fait de la dentelle. Une exposition rend hommage aux dentellières et à leur savoir-faire unique, reconnu par l’Unesco.

C‘est en 1665 que, pour réduire les importations de dentelles vénitiennes et limiter la fuite des capitaux français, Louis XIV ordonne d’ouvrir une manufacture de dentelle dans huit villes du royaume dont Alençon.

La dentelle connaît alors un vif succès car, au même titre que les bijoux, c’est un produit de luxe que les courtisans aiment exhiber, au col et aux manches de leurs vêtements, montrant ainsi l’étendue de leur fortune et leur rang social. Les brodeuses vénitiennes, afin de répondre au goût nouveau pour la transparence et le raffinement de l’ornementation, inventent ce procédé tout de légèreté, puisqu’il s’agit de broder sur des fils et non sur des tissus. Au milieu du XVIIe siècle, c’est le point de Venise qui est à la mode…

Isabelle Ivon dans mensuel 430 daté décembre 2016 – 790 mots

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site L’histoire

philippe-henri-est-de-retourIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 53 863

Enregistrer

Dandys : l’impertinence à la boutonnière

image1-gifFrivoles et attachants, flamboyants et détestés, les dandys ont atteint leur but : se faire remarquer !

Prolongeant une tradition pluriséculaire, ces élégants du XIXe siècle ne laissent personne indifférent, à l’image de Charles Baudelaire et Oscar Wilde auxquels Paris rend hommage en cet automne 2016.

Venez fouiller avec Isabelle Grégor dans leurs garde-robes et leurs motivations pour mieux comprendre ces rois de la provocation discrète…

Dandys : l’impertinence à la boutonnière

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+ 53 325