Archives pour la catégorie Histoire

Infirmières et conductrices françaises. 531ème compagnie de transport sanitaire en Italie. Août 1944

36686065_1721276771328029_6025799512394563584_n

Infirmières et conductrices françaises. 531ème compagnie de transport sanitaire en Italie. Août 1944. Ses femmes qui servaient dans le train auprès de la 9ème DIC, convoyaient les blessés du front vers l’arrière, prenant au passage les obus sur la tête, comme leurs homologues masculins.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain

36590299_1721276971328009_5989804941969981440_n

36580388_1721276984661341_5811546224179806208_n

36527032_1721277077994665_3405049483858280448_n

36562308_1721277217994651_6534741158306775040_n

36646945_1721277184661321_5906173063904362496_n36649135_1721277261327980_834046669942161408_n

36534349_1721277071327999_1785727670873489408_n

 

 

Margot Duhalde, la pilote de la France libre

41869164_1830240110431694_5400557359061794816_n

41866071_1830237493765289_1488702069282963456_n

Margot Duhalde, la pilote de la France libre. Quand on est basque, que l’on a 20 ans et que l’on pilote depuis 4 ans déjà, dans un pays, le Chili, « peu connu pour son féminisme », il va sans dire que l’on a un caractère bien trempé. Ce fut un pilote français, César Copetta qui initia l’adolescente à l’art aérien. En 1941, elle prit une décision, celle de se mettre au service de sa patrie d’origine. La France! Elle voulait servir de Gaulle. Elle débarqua crânement au consulat de France et se présenta comme pilote (elle avait 50 heures de vol…). Elle y cacha même son astigmathie. Mai 1941, elle embarqua pour Liverpool. Arrivée en Angleterre, les FAFL ne voulurent pas d’elle. Pas de femme pilote. Mais la RAF, qui avait besoin de femmes convoyeuses d’avion…accepta sa candidature et après une dure formation, elle devint la seule française membre de l’Air Transport Auxiliary (ATA), unité « féminine » chargée de convoyer les avions neufs ou réparés pour le compte de la Royal Air Force. Il faut aller vite, très vite pour donner les avions aux collègues masculins. Margot et ses consœurs devaient se « transformer » presque tout seules (on leur fournissait juste l’épais manuel) d’un type d’avion à un autre. Margot Duhalde qui, selon la légende dit avion avant maman convoya…1.500 zings anglais ou américains et de tous types, chasseurs, bombardiers, avions de transport et d’instruction. Spitfire, Hurricane, B-17…

C’est à l’automne 1944 que le général de Gaulle signa un décret autorisant les femmes pilotes dans l’armée de l’air. Après guerre, décorée de la légion d’honneur en 1946 (enfin la reconnaissance), Margot repartit au Chili. Elle connut une dizaine d’accidents pendant la guerre. En 2006, Margot Duhalde fut promue commandeur de la Légion. Elle vola pour la dernière fois à 86 ans. Cette grande dame qui avait mis son coeur et sa jeunesse au service de la patrie de ses parents est décédée en février 2018.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Écrivain

Louise-Marie Lemanissier. La toubib des free french

42611668_1842338869221818_1105886385740447744_nLouise-Marie Lemanissier. La toubib des free french. En juin 1940, les époux leManissier, chacun médecin, elle biologiste, quittent la France pour Londres. Madame ne s’est pas résolu à laisser son mari partir seul. A l’arrivée elle est séparée de son mari. Internement avec d’autres civils français. Son mari est vite nommé médecin officier et dès lors pour Louise tout devient possible. Elle sera de la grande aventure. Les deux époux changent de nom pour préserver leur famille en France. Ils deviennent les Asquins. Louise sera la seconde engagée féminine de la France libre. Elle servira en infirmerie à Londres et en 1941 elle va en Syrie avec son mari pour coordonner l’échelon médical de la campagne de juin-juillet 1941 contre les troupes fidèles à Petain. L’ambulance de campagne financée par deux américaines se nomme Hadfield-SPears, du nom des mécènes . Le couple lui adjoint deux camions chirurgicaux faits maison. Puis ce sera la campagne de Libye, Bir-Hakeim, ou Louise servira 4 mois juste avant l’attaque allemande. Ensuite, elle assistera les blessés après la fuite de la forteresse des sables de Koenig. Puis notre toubib free french continuera sa lutte dans les hôpitaux en Syrie, le commandement refusant de la renvoyer au front.Louise, par son courage et son abnégation, en première ligne, sauva bien des blessés grâce à son intervention précoce, au plus près des combattants, risquant comme eux, sa peau.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain

Lucie Deplancke. Rochambelle

Lucie Deplancke. Rochambelle. En 1943, Lucie, une parisienne, vit au Maroc. Elle y tient une boutique de vêtements. Son mari est aviateur et au front. Elle décide de tout quitter pour rejoindre le groupe d’infirmières des rochambelles, nouvellement créé. Elle sera conductrice d’ambulance. Elle débarque en France en août, libère Paris et prend la route de l’est. Le 31 octobre 1944, c’est le drame. Alors que Edith Schaller, sa coéquipière descend de l’ambulance pour traiter des blessés du 501eme RCC, aux environs d’Hablainville, Lucie et l’ambulance Gargamelle 2 sautent sur une mine. Le véhicule se retourne comme une crêpe. Lucie est grièvement blessée (pas loin d’elle le caporal Louis Fleuret meurt sur le coup). Elle ne pourra poursuivre sa mission. Extraite de l’ambulance elle aura la force de dire : : « Ma pauvre bagnole! Je vais me faire engueuler par Toto » (allias Suzanne Torrès, officier second des rochambelles).

On retrouvera Lucie en Indochine. Elle est morte en 1985.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain

Ses femmes, les « chaufferettes », sur leur vingt Dodge, diplômées ambulancières, ont bravé les combats comme les hommes …

45135305_1884583391664032_5930697378704130048_o

En 1943, le 27ème régiment du Train incorpore une compagnie sanitaire de transport, la 531ème dont le recrutement est essentiellement féminin. Créée le 1er juin 1943 à Lavigerie (Algérie) cette compagnie participe à tous les combats du Corps Expéditionnaire Français en Italie puis de la Première Armée, en Italie, en France, en Allemagne. Ses femmes, les « chauferettes », sur leur vingt Dodge, diplômées ambulancières, ont bravé les combats comme les hommes, risquant de sauter sur les mêmes mines, ou se faisant rafaler par la Luftwaffe. Les photos été prises à Tivoli (Algérie, octobre 1943). N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain

 

45193675_1884583454997359_746913530241875968_o

45029941_1884583508330687_165940201829433344_o

45068873_1884583651664006_2379411967883345920_o

« Savoirs d’Histoire », le blog de Priscille Lamure : « conteuse à la rigueur d’historienne et à l’humour décapant »

Priscille Lamure, débusque dans Gallica perles et drôleries historiques. Son blog, Savoirs d’Histoire, lui permet de partager ses trouvailles pour notre plus grand bonheur.

Grande curieuse et passionnée d’histoire depuis l’enfance, elle a commencé son parcours professionnel par une carrière de danseuse à Paris avant de reprendre des études, à l’âge de 24 ans, dans le but de se consacrer à son amour pour l’histoire, les arts et la culture. Depuis l’été 2015, elle tient le blog Savoirs d’Histoire sur lequel elle traite avec humour l’histoire, mais aussi de culture et de littérature. Depuis le début de l’année, elle contribue également aux publications de RetroNews

Paru le 17 mai 2018 – Conteuse à la rigueur d’historienne et à l’humour décapant, Priscille Lamure nous embarque dans une expédition pleine de rebondissements à travers le temps. Un papyrus pornographique, un confesseur médiéval décomplexé, une femme pirate vengeresse, des samouraïs péteurs, des haschischins en quête de kif et bien d’autres… découvrez les petites histoires de la grande Histoire, véritables pépites insolites mais véridiques !

Dévoreuse de manuscrits anciens et farfouilleuse en archives, Priscille Lamure est passionnée par l’Histoire et les anecdotes rocambolesques dont elle regorge. Elle tient depuis 2015 le blog à succès, Savoirs d’Histoire. Drôle(s) d’histoire(s) est son premier livre.

Dévoreuse de manuscrits anciens et farfouilleuse en archives, Priscille Lamure est passionnée par l’Histoire et les anecdotes rocambolesques dont elle regorge.

Éditeur : Du Tresor Eds

Drôle(s) d’histoire(s) – Cabinet de curiosités historiques (Priscille Lamure)

Paru le 17 mai 2018 – Conteuse à la rigueur d’historienne et à l’humour décapant, Priscille Lamure nous embarque dans une expédition pleine de rebondissements à travers le temps. Un papyrus pornographique, un confesseur médiéval décomplexé, une femme pirate vengeresse, des samouraïs péteurs, des haschischins en quête de kif et bien d’autres… découvrez les petites histoires de la grande Histoire, véritables pépites insolites mais véridiques !  Dévoreuse de manuscrits anciens et farfouilleuse en archives, Priscille Lamure est passionnée par l’Histoire et les anecdotes rocambolesques dont elle regorge. Elle tient depuis 2015 le blog à succès, Savoirs d’Histoire. Drôle(s) d’histoire(s) est son premier livre.

Éditeur : Du Tresor Eds

Dévoreuse de manuscrits anciens et farfouilleuse en archives, Priscille Lamure est passionnée par l’Histoire et les anecdotes rocambolesques dont elle regorge. Elle tient depuis 2015 le blog à succès, Savoirs d’Histoire. Drôle(s) d’histoire(s) est son premier livre.

Priscille Lamure dans la bibliothèque de l’Ecole militaire de Paris (crédit photo : Priscille Lamure)