Archives pour la catégorie Femmes dans les guerres

Danielle Darrieux, l’une des dernières du cinéma mondial

Danielle Darrieux, née le 1er mai 1917 à Bordeaux, est une actrice française. En huit décennies de carrière, Danielle Darrieux a traversé l’histoire du cinéma parlant et a une carrière parmi les plus longues du cinéma. Elle est aujourd’hui l’une des dernières actrices mythiques du cinéma mondial.

Elle était aux côtés des Micheline Presle et Michèle Morgan l’une des comédiennes les plus populaires et fantasmées du cinéma français. Danielle Darrieux, 100 ans, est morte ce mercredi 18 octobre 2017 à Bois Le Roy dans l’Eure …

Pour en savoir plus sur la carrière de Danielle Darrieux lire le billet publié sur le site de Books.openedition.org/pur/618

Le cinéma français sous l’Occupation : 1940-1944 – Criminocorpus

Le monde du cinéma français sous l’Occupation | Cairn.info

Le Jihadisme des femmes – Pourquoi ont-elles choisi Daech ?

Parution du livre le 14 septembre 2017 – Elles sont environ cinq cents à avoir choisi de rallier Daech. Comment penser ce phénomène et l’ampleur qu’il a prise en Europe, au point que, en 2015, le nombre de candidates au départ est devenu presque égal à celui des hommes ? Quelles sont les motivations et les aspirations de ces jeunes femmes et parfois toutes jeunes filles ?

En mettant en œuvre d’une manière complémentaire les approche sociologique et psychanalytique, ce livre propose d’abord des analyses qui se fondent sur des critères objectifs (âge, classe sociale, lieu de résidence, culture musulmane ou conversion, etc.). Il éclaire ensuite les ressorts subjectifs de l’adhésion à ce régime violemment oppressif qui dénie aux jeunes femmes les acquis de l’émancipation féminine mais leur donne paradoxalement le sentiment d’exister enfin en tant qu’épouse de combattant et mère de « lionceaux », promis au combat comme leurs maris le sont à la mort.

Il faut s’intéresser à l’attrait qu’exerce une telle régression car il est probable qu’il constitue l’un des marqueurs de notre modernité.

Fethi Benslama est psychanalyste, professeur de psychopathologie et doyen de l’UFR d’Études psychanalytiques à l’université Paris-Diderot.

Farhad Khosrokhavar est sociologue, directeur d’études à l’EHESS et directeur de l’Observatoire de la radicalisation à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme à Paris.

Editions du Seuil

Sciences humaines

Farhad Khosrokhavar: « Les femmes djihadistes recherchent une …

Arletty, une passion coupable

Résumé : Paris vit sous le joug de l’Occupation allemande. En plein tournage des «Enfants du paradis», Arletty, actrice anticonformiste, continue de vivre au gré de ses envies. Alors qu’elle entretient une relation amoureuse controversée avec Antoinette, membre de la Résistance, elle tombe sous le charme d’un jeune officier allemand, Hans Jürgen Soehring. La liaison fait bruire le Tout-Paris, aussi bien dans les milieux collaborationnistes que résistants. Mais rien ne déstabilise la comédienne qui, portée par cet amour intense et ravageur, refuse de se ranger dans un camp au nom de sa liberté de femme…

Acteur : Marc Citti Natalia Dontcheva Laetitia Casta Michel Fau Ken Duken Marie-Josée Croze ,Joséphine Draï Jean-Philippe Ecoffey

Réalisateur : Arnaud Sélignac

Critique du 12/08/2017 par Samuel Douhaire ; François Ekchajzer

Pour : En mars 1941, Arletty s’éprend de l’officier allemand Hans Jürgen Soehring. Dans le Paris de l’Occupation, la liaison de la comédienne française la plus populaire du moment avec un « Boche » passe mal. Malgré l’entregent de son amante, Antoinette, une aristocrate qui finance la France libre, la vedette d’Hôtel du Nord est bientôt placée sur une liste noire par les résistants…

On n’aime pas Contre : La fesse ferme, le menton volontaire : Dieu qu’il est beau, l’amant allemand de Léonie, dite Arletty. Et qu’elle est belle, la môme de Courbevoie, sous les courbes et les traits de Laetitia Casta, qui donne vie au personnage en dépassant l’imitation. Mais qu’elle est fade, leur relation dans cette oeuvre décorative, qui échoue à saisir la passion qui souda ces deux-là à tel point qu’Arletty ne se remit jamais de leur séparation…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de Telerama

ARLETTY UNE PASSION COUPABLE – Extrait – YouTube

ARLETTY, UNE PASSION COUPABLE – Extrait 1 – YouTube

ARLETTY, UNE PASSION COUPABLE – Extrait 2 – YouTube

ARLETTY, UNE PASSION COUPABLE – Extrait 3 – YouTube

Arletty, une passion coupable – Mercredi 16 Août 2017 – 21h00 – 22h35 (Durée : 1h35) France 2

D’Edith Cavell à Mademoiselle Docteur ou Mata Hari : histoire de l’espionnage au féminin

En 1997, « Le cabinet de curiosités » proposait une série intitulée  » Les aventures de l’espionnage », le deuxième volet s’intéressait aux « Espionnes de charme et femmes de choc ». Avec Claude Moniquet et Génovefa Étienne au micro de Jacques Munier.

En 1997, Le cabinet des curiosités s’intéressait à ces femmes des combats de l’ombre.

  • Production : Jacques Munier
  • Réalisation Vincent Decque
  • Le cabinet de curiosités – Les aventures de l’espionnage 2/5 : Espionnes de charme et femmes de choc
  • 1ère diffusion : 23/12/1997

Intervenante : Claude Moniquet (Président de l’ESISC (European Strategic intelligence and Security Center)

Pour en savoir plus Les Nuits de France Culture par Philippe Garbit sur le site de Franceculture

31 fotografías impactantes de cuando los españoles fuimos refugiados

31 fotografías impactantes de cuando los españoles fuimos refugiados

buzzfeed.com/guillermodelpalacio/imagenes-espanoles-refugiados

publicado 20 de Junio de 2017, 11:26 a.m.

Guillermo del Palacio

images

Elle s’appelait Joséphine Baker…

Elle s’appelait Joséphine Baker, elle avait la peau dorée des métis amérindiens, l’accent chantant et elle faisait tourner les têtes ! Née en 1906 dans le Missouri, puis naturalisée française, la reine du charleston et des nuits parisiennes faisait vibrer la fibre de l’exotisme au plus haut point, mais elle n’était pas seulement une jolie voix dans un corps superbe, elle était avant tout une femme de cœur. Mère dans l’âme, elle adopta douze enfants qu’elle ne pouvait avoir…

Octobre 1925. Roulement de batterie, un coup de cymbales. Elle jaillit sur la scène, nue, une ceinture de bananes autour des reins et le crâne passé au cirage, exécute tambour battant un numéro ébouriffant ! Ce que l’on sait moins, c’est que pendant la guerre, Baker fut un agent français du contre-espionnage et reçut d’ailleurs à la Libération la médaille de la Résistance !

Elle utilisa ensuite sa grande popularité dans la lutte contre le racisme, et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Mouvement des droits civiques de Martin Luther King.

Grâce à l’aide d’admirateurs célèbres (Brigitte Bardot, Jean-Claude Brialy puis Grace de Monaco), elle revint sur scène en 1975: nouveau et dernier triomphe à Bobino pour un spectacle qui salua ses 50 ans de carrière. Elle meurt le lendemain de la 14e représentation, le 12 avril 1975, à 68 ans. Chapeau l’artiste ! Merci à Arcānum : Paris Secret & Insolite

Les filles d’Antigone – Ces femmes qui ont dit non

Parution du livre le 8 juin 2017 – De l’Antiquité à nos jours, la vie de femmes rebelles. Elles ont opposé leurs valeurs personnelles à la loi d’un Etat despotique. Elles ont dit non à la force brutale. Au-delà du féminisme, elles ont agi au nom du genre humain. Certaines l’ont payé de leur vie, telle cette jeune étudiante allemande, exécutée à Munich, en 1943, pour avoir déposé à l’université des tracts anti-nazis.

Claude Citharel a fait des études de lettres et de psychologie. Il est romancier, journaliste et essayiste. Après l’étude critique du féminisme et de la maltraitance dans un précédent ouvrage, l’auteur vous livre ici l’histoire tragique de femmes qui se sont révoltées pour une juste cause au péril de leur vie. Illustration de couverture : portrait de Sophie Scholl, par Annette Poupard

Bande-annonce de «Les Filles d’Antigone» de Claude Citharel

  • Éditeur : Edilivre
  • Collection : Classique