Archives pour la catégorie Événements- Actualités – Annonces

Léa, Charlène et Anäis, trois “Gend’ArMazones” au Sri Lanka pour les orphelins de la Gendarmerie

La date fatidique approche. Le 22 mars, Léa, Charlène et Anaïs, rebaptisées “Les Gend’ArMazones” vont prendre le départ au Sri Lanka de la 19e édition du Raid Amazones, qui se déroulera jusqu’au  1er avril. Un sacré défi pour ces trois camarades de travail et amies d’école. Le Raid Amazones est une épreuve multisports 100 % féminine, combinant, pendant une semaine, épreuves sportives (run & bike, trail, VTT, canoë, tir à l’arc) et actions humanitaires. Créé en 2001, il est le seul raid nature itinérant à travers le monde et 100 % féminin…

Charlène Collet, 25 ans et est gendarme à la brigade de Bretenoux (46). Léa Teyssaire, 26 ans, est maréchal des logis-chef à la brigade des Echelles (73) Anaïs Belledent-Veste, 28 ans, est gendarme à la brigade de Pont-de-Beauvoisin.

Pour en savoir plus sur le site de l’essor.

Au cinquième étage de la faculté de droit (Christos Markogiannakis)

Parution du livre le 29 mars 2018 – Cinquième étage de la faculté de droit d’Athènes, section de criminologie. Anghélos Kondylis, doctorant en criminologie, découvre le corps sans vie de la professeure Irini Siomou… avant d’être tué à son tour.

Chargé d’enquêter sur ce double meurtre, Christophoros Markou, jeune capitaine fraîchement diplômé, entre dans l’univers secret de l’Université : un effrayant dédale où s’entrelacent ambitions professionnelles, compromissions, lâchetés et vanités.
Markou trouvera-t-il la lumière ?

Puisant dans sa propre expérience, Christos Markogiannakis, diplômé de criminologie et de droit, auteur d’un essai remarqué, Scènes de crime au Louvre, signe un brillant premier polar qui dévoile la personnalité atypique du capitaine Markou, empêcheur de tourner en rond dans une Grèce au bord du chaos. Extrait

Christos Markogiannakis a étudié le droit et la criminologie à Athènes et à Paris et travaillé pendant plusieurs années comme avocat pénaliste.Auteur de romans policiers et d’installations mêlant l’art et le crime, ses « Criminarts », il réside actuellement à Paris.En 2017, il a publié un essai intitulé Scènes de crime au Louvre (éditions Le Passage) qui analyse la représentation du crime dans les tableaux du Louvre, et qui a reçu un très bon accueil critique. Au cinquième étage de la faculté de droit est son premier roman traduit en français.

www.christosmarkogiannakis.com

Traducteur : Anne-Laure Brisac

Albin Michel

En savoir plus sur Christos Markogiannakis – 102 – Portrait du jour – Christos Markogiannakis : avocat, criminologue et écrivain. Ou simplement criminartiste :

https://criminocorpus.hypotheses.org/73173/embed#?secret=SSzQhn6Xk6


Nouvelle collection « Le mot est faible » chez l’éditeur en sciences humaines Anamosa

 

L’éditeur en sciences humaines Anamosa vient de lancer le 7 mars une collection en petit format, « Le mot est faible ». Dirigée par l’historien Christophe Granger, elle présente 3 à 4 textes courts par an où, à chaque fois, un mot est redéfini. L’enjeu ? « L’arracher à l’idéologie qu’il sert et à la soumission qu’il commande pour le rendre à ce qu’il veut dire », défend l’éditeur. Les deux premiers ouvrages disponibles en librairie :

« Révolution » de Ludivine Bantigny

« Peuple » par Deborah Cohen

44141319_10156787699447628_3524887038581014528_n

 Chloé Pathé est éditrice d’ouvrages de sciences humaines et livres illustrés depuis de nombreuses années, et a fondé en 2016 les éditions Anamosa, qu’elle dirige.

Anamosa se veut un espace d’expériences à la fois savant et populaire. Les ouvrages et les revues proposés relèvent de cette volonté : soigner le fond et la forme parce que la non-fiction peut être lue par tous… comme un roman.

Profondément ancré dans le monde contemporain et les questionnements multiples qu’il suscite, le projet d’anamosa est ainsi d’aborder ces derniers loin des doctrines qui cloisonnent et de l’immédiateté du discours qui peut enfermer.

Nos auteurs sont au centre de ces préoccupations : comment transmettre des savoirs pour aider à mieux comprendre les problématiques qui traversent nos sociétés, comment interroger les contradictions humaines, sans vouloir les résoudre à tout prix en ne négligeant aucunement le plaisir de l’écriture et de la lecture.

 Chez les Sauks, une tribu amérindienne, anamosa signifie « tu marches avec moi ». Et c’est bien de cela qu’il s’agit : marcher ensemble, longtemps, au gré des livres, avec les auteurs, avec les libraires, avec les lecteurs.

 Diffusée et distribuée en librairie par Volumen, la maison publie entre 6 et 10 ouvrages par an et édite également deux revues, Delta t et Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales.

 

CONVERSATION FÉMINISTE : Droit des travailleuses du sexe, droits pour tout-es : un enjeu féministe majeur

Les lois criminalisant les travailleuses du sexe pénalisent les femmes les plus vulnérables et précaires d’entre nous. Pourtant, au nom d’idéologies bourgeoises humanitaires se prétendant féministes, les politiques répressives de font de plus en plus virulentes envers elles. Mais à qui profitent les chasses aux putes, et quelles conséquences ont-elles sur les personnes concernées ?

La projection du film documentaire EMPOWER Perspectives de Travailleuses du sexe de Marianne Chargois, suivie d’une rencontre-discussion avec Giovanna Rincon (Trans-féministe-séropo et travailleuse du sexe, Directrice de l’association Acceptess Transgenres) et Anaïs (Travailleuse du sexe, porte-parole du Strass – Syndicat du Travail Sexuel) ouvriront une réflexion sur la place fondamentale des travailleuses du sexe dans les luttes féministes.

CONVERSATION FÉMINISTE : Droit des Travailleuses du Sexe, droits pour Tout-es : un enjeu féministe majeur – Vendredi 8 Mars – 15h 17h30

Une incursion dans l’histoire de l’émancipation des femmes à travers le cas emblématique de la douane

En ce début du 21e siècle, quelle place est faite aux femmes dans l’administration des douanes ? Si elles représentent aujourd’hui près de 40% des effectifs douaniers, leur intégration s’est faite étape par étape du fait des missions particulières de la douane. Le MND propose une incursion dans l’histoire de l’émancipation des femmes à travers le cas emblématique de la douane. Parcours en accès libre à partir du 1er mars.

Visite guidée gratuite vendredi 8 mars de 12h30 à 13h30 – Réservation conseillée

Pour en savoir plus sur le site de

 http://www.musee-douanes.fr/177-actualites/41-journee-des-droits-des-femmes.html

La face cachée de la robe (Anaïs de la Pallière)

À paraître le 4 avril 2019 – Nous avons tous entendu: « Mon fils, il sera avocat ou médecin ! » Profession respectée et respectable, le métier d’avocat fait rêver. Mais derrière la robe se cache une réalité que l’on ne soupçonne pas. Avocate au sein du Barreau de Paris, Anaïs de la Pallière retrace ses années d’études et d’exercice en cabinet, ainsi que les sacrifices consentis à son idéal. Une fois le précieux sésame décroché, un autre combat commence.L’avocat ne doit pas seulement se battre chaque jour pour son client et devant les tribunaux : il doit aussi se confronter à ses pairs et survivre. Concurrence exacerbée, rétrocessions inférieures au SMIC, précarité des travailleurs, pressions du chiffre, journées de travail sans fin, humiliations, harcèlement moral, harcèlement sexuel – certains cabinets peuvent faire vivre un enfer aux nouvelles recrues. La profession a notamment permis le développement d’un système, le contrat de collaboration, qui semble avoir été largement détourné de son bénéfice originel laissant le jeune collaborateur pieds et poings liés au cabinet qui l’emploie. Et que dire de la pression exercée sur les jeunes avocates qui envisageraient une maternité… !Heureusement, la parole se libère peu à peu. Les premières mesures commencent à se mettre en place pour lutter et faire sanctionner ces dérives. En donnant également voix à ses confrères, Anaïs de la Pallière signe un document engagé, nécessaire et plein d’espoir pour une profession qu’elle n’a jamais cessé d’aimer.

Anaïs de la Pallière a 35 ans. Elle est avocate au Barreau de Paris.

Editions Michalon 

EXPOSITION MAUVAISES FILLES (15 FÉVRIER 2019 > 28 AVRIL 2019) – Destins des Mauvaises filles et passé pénitentiaire du château de Cadillac.

Demeure fastueuse du premier duc d’Epernon, le château de Cadillac a aussi connu des périodes sombres dans l’histoire moderne. Après l’exposition « Détenues » de Bettina Rheims en 2018, le Centre des monuments nationaux poursuit en 2019 son exploration du passé carcéral du château, tout en favorisant la compréhension du monument dans son ensemble. En 2019, le Centre des monuments nationaux étend le parcours de visite du château ducal de Cadillac, avec dès le mois de février l’ouverture à la visite des combles, soit un 4e niveau à découvrir, qui témoigne de la période pénitentiaire du monument au cours des XIXe et XXe siècles. Et à l’automne de nouveaux dispositifs de médiation seront mis en place sur l’ensemble du parcours, au bénéfice de tous les publics. Cette année sera également l’occasion d’approfondir certains thèmes en lien avec l’histoire du château grâce à des expositions bénéficiant de partenariats nationaux. « Mauvaises filles », conçue par le Ministère de la Justice, portera un nouveau regard sur la déviance juvénile féminine du 15 février au 28 avril 2019. « Henri IV, un roi dans l’Histoire » en partenariat avec le château de Versailles du 14 juin au 29 septembre 2019, reviendra sur la figure de ce roi contemporain du duc d’Épernon …

Pour en savoir plus sur le site de Presse.monuments-nationaux