Archives pour la catégorie Événements- Actualités – Annonces

Laurence Dionigi présente « Féminin en Art Majeur » : Hommage aux femmes peintres

CONFÉRENCE MERCREDI 6 DÉCEMBRE A LA MEDIATHEQUE DE MONACO A 18 HEURES AVEC LA PRÉSENCE DE NIVESE.

24067847_10213852087112929_2318363010323076496_n (1)

Féminin en art majeur – Hommage « aux femmes artiste-peintre …

https://femmes-histoire-reperes.com/…/feminin-en-art-majeur-hommage-aux-femmes-…

12 mars 2016 – Biographie de Laurence Dionigi – Après avoir vécu 10 ans à l’étranger notamment en Espagne, au Chili, au Gabon et au Mexique, Laurence Dionigi est revenue s’installer à Nice sa ville d’origine. Elle travaille en Principauté de Monaco. Au Mexique, elle a été chroniqueuse de façon hebdomadaire dans …

Décès de l’anthropologue Françoise Héritier, l’amoureuse des « ailleurs »

Disparition |L’anthropologue Françoise Héritier vient de disparaître, à l’âge de 84 ans. Elle a notamment travaillé sur la domination masculine et la notion d’ « universel féminin » , qu’elle était venue évoquer récemment sur notre antenne.

Pour en savoir plus lire le billet publié le 15 novembre 2017 sur le site de l’émission France culture.

Dans le cadre de la prochaine édition du festival Paris Polar de littératures policières, Pierre Piazza présente une exposition consacrée à « L’ogresse de la Goutte-d’Or ».

Dans le cadre de la prochaine édition du festival Paris Polar de littératures policières portant sur le thème « Femmes face au crime » (16-19 novembre 2017, mairie du 13ème arrondissement de Paris), Pierre Piazzaprésentera une exposition consacrée à « L’ogresse de la Goutte-d’Or ». :

« Au début du XXe siècle, on soupçonne Jeanne Weber – une jeune paysanne bretonne venue s’installer à Paris pour y travailler – d’être la meurtrière d’enfants dont elle assurait la garde.

Ce fait divers commence à passionner l’opinion publique et nombre « d’experts » qui sont amenés à émettre des avis contradictoires sur la personnalité et les actes de celle que l’on qualifie désormais d’« ogresse de la Goutte-d’Or ».

Jugée à Paris, Jeanne Weber est acquittée et – sous un faux nom – elle part refaire sa vie en province… Où rapidement on la surprendra en train d’étouffer de jeunes garçons de son entourage ! »

Cette exposition se propose notamment – en valorisant des articles et de l’iconographie relatifs à cette affaire publiés dans la presse française à grand tirage de l’époque – de donner à voir certaines analyses et représentations dont peut alors faire l’objet la femme criminelle ».

Le dimanche 19 novembre à 17 heures, en clôture du festival Paris Polar 2017, sera organisée une reconstitution de la garde à vue de l’ogresse de la Goutte-d’Or (librement imaginée et mise en scène par Gilles Reix).

Pierre Piazza est   » Maître de Conférences en Science politique à l’Université de Cergy-Pontoise ».

Membre du CESDIP et du LEJEP. Ses travaux de nature socio-historique portent principalement sur les dispositifs étatiques d’identification des individus et leurs enjeux. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur le bertillonnage, la dactyloscopie, l’encartement et la biométrie.

Il assure la responsabilité scientifique du développement de la collection « Police scientifique et bertillonnage« de la bibliothèque numérique de Criminocorpus…

Pour en savoir plus sur Criminocorpus

BPI: Pierre Piazza, maître de conférence, université Cergy – vidéo …

Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait…

Présentation des ouvrages « Lectures de prison » et « Le Massicot »

Les éditions Le Lampadaire présentent le 24 novembre 2017 de 18 heures 30 à 21 heures à la librairie Le Monte-en-l’air (2, rue de la Mare, 75020 Paris) les ouvrages Lectures de prison et Le Massicot.

Ces deux ouvrages sont en vente sur le site des éditions Le Lampadaire à l’adresse suivante : http://le-lampadaire.fr/

Présentation des éditions Le Lampadaire

Ligne éditoriale du Lampadaire

L’originalité du Lampadaire est de proposer systématiquement deux collections en parallèle :

– la collection des Nouveautés qui publie des romans résolument contemporains, français ou étrangers ;

– la collection des Curiosités qui enrichit les Nouveautés en publiant leur(s) sous-texte(s) : objets littéraires rares, oubliés, ou textes au statut inclassable qui acquièrent un statut littéraire par leur mise en parallèle avec les Nouveautés. Cette collection constitue une sorte de Cabinet des curiosités.

→ Chaque Nouveauté est donc associée à une Curiosité, et les deux ouvrages paraissent en même temps.

Les deux premières publications :

Nouveautés 1 : Le Massicot de Sophie Saulnier, roman dans lequel on croise Saint Jérôme, son lion, un chat, un chien, un ours qui enquêtent sur la mort mystérieuse d’un éditeur. Cette drôle d’enquête policière qui se transforme en enquête littéraire se déroule pour une part en prison et évoque une bibliothèque idéale pour les détenus.

Format 11×17,5cm, 204 pages, papier Munken Lynx 80 g/m².

Curiosités 1 : Lectures de prison, ensemble de documents sur les lectures des détenus : que lisent les détenus et dans quelles conditions ?

L’étude croise une ligne diachronique – les documents vont du XVIIIe siècle à aujourd’hui – avec une ligne synchronique : cinq grands chapitres thématiques permettent de traiter les principales problématiques liées aux bibliothèques de prison. Une séquence de 98 images (au statut, elles aussi, de documents) vient appuyer la recherche et contextualiser le propos.

Il s’agit d’un ouvrage ambitieux tant sur le plan scientifique (histoire et sociologie) que littéraire (vertige des listes, enquête littéraire sur les livres lus par les détenus) et esthétique (mise en page de l’objet-livre)

Format 21x27cm, 464 pages, papier Munken Lynx Rough 120 g/m².

→ Nous publions donc en parallèle un roman qui évoque le monde de la prison sur le mode de la fantaisie littéraire accompagné d’un document sur la réalité des lectures de prison. Ce face-à-face qui permet d’interroger le statut de la fiction et celui du document est au principe de la ligne éditoriale du Lampadaire ; il en fonde le programme.

Et en effet, la mise en parallèle entre Le Massicot et les Lectures de prison est productrice de sens, elle fonctionne comme un outil d’analyse pour étudier le rôle de la bibliothèque dans les établissements pénitentiaires. En établissant une comparaison entre le purgatoire « troisième lieu », tel qu’il est analysé par Jacques Legoff (la Naissance du purgatoire), le souterrain dans lequel se passe une partie de l’enquête du Massicot, et la bibliothèque pénitentiaire telle qu’elle fonctionne, nous pouvons montrer que celle-ci est conçue comme un purgatoire. C’est la fiction qui permet ici de mieux appréhender le réel.

Le calendrier Histoire par les femmes

Sur la suggestion d’une lectrice il y a quelques mois, je me suis lancée dans un projet pour l’année 2018 : un calendrier valorisant les femmes dans l’Histoire !

En douze mois thématiques, ce calendrier vous propose de (re)découvrir une femme chaque jour. Le calendrier contient soixante pages, une par semaine, et présente chaque femme en quelques lignes.

Parmi les thèmes abordés : scientifiques, pionnières, résistantes, femmes de lettres, combattantes… et tant d’autres !

Pour en savoir plus sur calendrier

Toute mon activité sur les sites suivants : 

Chères lectrices et chers lecteurs

Vous pouvez retrouver également toute mon activité sur les sites suivants :

Philippe POISSON

Ancien formateur des Personnels à l’Administration pénitentiaire

Gestionnaire du très sérieux  Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Membre correspondant du

CLAMOR: Centre pour les humanités numériques

et l’histoire de la …

FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES

Sauvons la Bibliothèque Marguerite Durand ! (Association Archives du Féminisme)

La bibliothèque Marguerite Durand (BMD), bibliothèque municipale de la Ville de Paris spécialisée dans l’histoire des femmes, du féminisme et du genre, fondée en 1932 grâce au don de la journaliste féministe Marguerite Durand, devra bientôt quitter le bâtiment qu’elle occupe dans le 13e arrondissement depuis 1989, afin que la médiathèque Jean-Pierre Melville puisse occuper à elle seule tout le bâtiment…

Association Archives du Féminisme

Pour en savoir plus lire le billet publié par Audrey MARTY sur le site

Change.org/p/mairie-de-paris