Archives pour la catégorie Document sonore radio

La fin des étuves

Une nouvelle semaine sous le signe des villes d’eau, aujourd’hui le Moyen Âge

Premier temps d’une série d’émissions consacrée aux villes d’eau.

Ce matin nous essayons de comprendre ce qui s’est passé au Moyen Âge dans le domaine de l’hygiène. Pourquoi la pratique des bains connaît-elle une baisse de fréquentation? Quelle autre pratique sociale se substitue à cette tradition millénaire? Quel poids joue la religion catholique dans ce changement ? Pourquoi le thermalisme médical prend-il son envol au XIVème siècle ?

Pour cette émission nous allons cheminer entre hygiène, médecine et santé et analyser le rapport des femmes et des hommes du Moyen-Age au bain.

Une émission co-animée par Kristel Lepollotec

INTERVENANTS

Les villes d’eau (1/3) : La fin des étuves – France Culture

L’épopée des bébés d’antan, thème du dossier d’Historia n°857.

 Lundi 30 avril, sur dans “Au cœur de l’Histoire” en partenariat avec Historia, Franck Ferrand racontera l’épopée des bébés d’antan, thème du dossier d’Historia n°857.

 

Gabrielle Russier par-delà les barricades – Mourir d’aimer

Une professeur de 32 ans et son élève de 16 ans. Une histoire d’amour qui finit mal sur fond de barricades de mai 68.

Le 1er septembre 1969, une professeure de lettres de 32 ans se suicide au gaz dans son appartement des quartiers nord de Marseille. Quelques mois plus tôt, Gabrielle Russier battait le pavé du côté du Vieux-Port au côté de Christian Rossi, un lycéen de 16 ans. Son jeune amant…

UNE HISTOIRE PARTICULIÈRE, UN RÉCIT DOCUMENTAIRE EN DEUX PARTIES par Stéphane Bonnefoi et Véronique Samouiloff

Gabrielle Russier par-delà les barricades (2/2) : Une enseignante …

Mai 68, où sont les femmes ? – France Culture

Aujourd’hui, nous reviendrons sur les mobilisations féminines et le rôle des mouvements féministes.

INTERVENANTS

  • Sociologue – chargée de recherche au CNRS
  • Maîtresse de conférence à l’université Paris II Panthéon-Assas.
  • Chargée de cours à l’université Paris Nanterre.

Mai 68 (3/4) : Mai 68, où sont les femmes ? – France Culture

Manifestation mai 68
Manifestation mai 68 Crédits : JACQUES MARIE / AFP – AFP

Angèle Laval, le corbeau

Dans les derniers mois de la 1ère guerre mondiale, en 1917, des habitants de Tulles en Corrèze commencent à recevoir des lettres anonymes. La plupart de ces lettres prennent pour cible les fonctionnaires de la Préfecture, et notamment un chef de service dénommé Jean-Baptiste Moury que le corbeau accuse d’avoir une maîtresse et de vouloir se marier avec une «grue»…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 20 avril 2018 sur le site de l’émission :

 Hondelatte raconte – Angèle Laval, le corbeau 

Bibliographie :

« Le corbeau, histoire vraie d’une rumeur » de Jean-Yves Le Naour (Ed. Hachette, 2006)

« L’affaire de Tulle (Angèle Laval) : un cas typique d’anonymographie » d’Edmond Locard(1923)

Parution du livre le 11 janvier 2006 – Sans Clouzot, qui en fit un chef-d’oeuvre du cinéma, la campagne calomnieuse qui, dans les années 1920 s’est abattue sur Tulle, n’aurait pas traversé ainsi les âges. Dans ce rigoureux et excellent travail, Le Naour, spécialiste d’histoire contemporaine et notamment des conflits mondiaux, analyse ce fait divers responsable de la mort d’un homme et d’un incroyable climat de suspicion dans la préfecture corrézienne. Une étude à double tranchant puisque l’auteur s’y penche également sur la relation déformée, travestie, que fit la presse de l’événement. Terrifi ant parfois, souvent captivant, l’on conseille ce récit ô combien documenté d’une époque où il fallait à tout prix échapper à ce que Brassens appelait la « mauvaise réputation ».Epok, l’Hebdo de la Fnac.

Jean-Yves Le Naour, historien et spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres, a déjà publié chez Hachette Littératures Le Soldat inconnu vivant (1918-1942) (2002), La Honte noire (2004) et La famille doit voter (2005). Avec Le Corbeau, il livre une histoire du fait-divers, de la rumeur et de la délation – le roman vrai du film de Clouzot. Jean Yves Le Naour : Le corbeau, histoire vraie d’une rumeur – Vidéo …

Éditeur : Hachette Littératures

Anne Gruwez : « La prison, c’est rien à côté de moi »

Rendue célèbre par « Strip Tease », l’émission qui vous déshabille, cette juge d’instruction a quelques conseils à vous donner sur la justice, la musique et la vie en général.

L’HEURE BLEUE du jeudi 12 avril 2018 par Laure Adler

Grandement inspirés par le naturel de cette juge d’instruction bruxelloise anti-conformiste, pour leur premier long-métrage, « Ni juge, ni soumise« , Jean Libon et Yves Hinant l’ont suivie pendant trois ans. Ils lui ont demandé d’être elle-même, sans fard, sans inhibitions avec ses « clients », ces personnes qui viennent dans son bureau pour entendre la sentence. Ensuite, ils ont ensuite choisi quelques cas, tout en demandant à la dame de penser à une affaire qui lui tenait à cœur, pour avoir un fil conducteur…

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France inter.

21430474_10154928720338997_8303056292301167768_nPhilippe POISSON – Ancien formateur des Personnels à l’Administration pénitentiaire

Gestionnaire du très sérieux  Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …
Membre correspondant du CLAMOR: Centre pour les humanités numériqueset l’histoire de la …
FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES

 

Avant la loi Veil, le coup d’éclat des 343 « salopes »

1971 |Le 5 avril 1971, elles étaient 343 à signer publiquement un manifeste dans Le Nouvel Observateur et à déclarer publiquement qu’elles avaient eu recours à l’avortement. Comment les médias ont-ils permis aux féministes de cheminer vers la dépénalisation de l’avortement ? Exploration en archives.

C’était le 5 avril 1971. Dans Le Nouvel Observateur343 femmes signaient un manifeste et déclaraient avoir eu recours à l’avortement malgré l’interdiction pénale, et réclamaient le droit à disposer de leur corps …

Par Alisonne Sinard le 5 avril 2018 sur le site de l’émission de France culture