Archives pour la catégorie corps-costume-mode

Enceinte au XVIIe siècle : misères et splendeurs des manuels de grossesse

PAR  · 

« Lorsque j’ai annoncé que j’étais enceinte pour la première fois, mes amies n’ont pas tardé à m’ensevelir sous des tombereaux de manuels sur la grossesse et sur l’accouchement. Je ne sais pas si leur intention était d’abord de libérer de l’espace dans leurs bibliothèques ou de m’aider à me préparer à ce changement de vie radical, mais j’ai eu l’impression qu’il était de mon devoir de lire tous les conseils qui m’étaient ainsi dispensés. Je tentais de comprendre comment devenir la mère de l’être mystérieux qui grandissait à l’intérieur de moi, et toute assistance était la bienvenue… »

Lindsay Patterson — Traduit par Bérengère Viennot — 17 mars 2019 pour en savoir plus sur le site de Slate

Gravure : «Les époux Arnolfini» (1434), de Jan van Eyck. | National Gallery, London via Wikimedia

CONVERSATION FÉMINISTE : Droit des travailleuses du sexe, droits pour tout-es : un enjeu féministe majeur

Les lois criminalisant les travailleuses du sexe pénalisent les femmes les plus vulnérables et précaires d’entre nous. Pourtant, au nom d’idéologies bourgeoises humanitaires se prétendant féministes, les politiques répressives de font de plus en plus virulentes envers elles. Mais à qui profitent les chasses aux putes, et quelles conséquences ont-elles sur les personnes concernées ?

La projection du film documentaire EMPOWER Perspectives de Travailleuses du sexe de Marianne Chargois, suivie d’une rencontre-discussion avec Giovanna Rincon (Trans-féministe-séropo et travailleuse du sexe, Directrice de l’association Acceptess Transgenres) et Anaïs (Travailleuse du sexe, porte-parole du Strass – Syndicat du Travail Sexuel) ouvriront une réflexion sur la place fondamentale des travailleuses du sexe dans les luttes féministes.

CONVERSATION FÉMINISTE : Droit des Travailleuses du Sexe, droits pour Tout-es : un enjeu féministe majeur – Vendredi 8 Mars – 15h 17h30

Agnès Evein à Rochefort le mardi 27 novembre 2018 dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, Agnès Évein, créatrice de costumes pour le cinéma sera présente à Rochefort.

Fille de Jacqueline Moreau et Bernard Évein (respectivement créatrice de costumes et décorateur des « Demoiselles de Rochefort »), elle a travaillé pour Bertrand Tavernier sur les films 14-18 comme « La vie et rien d’autre » et « Capitaine Conan ».

Deux interventions sont programmées :

* Conférence d’ Agnès Evein, créatrice de costumes 14-18 pour le cinéma
Palais des congrès, salle de l’auditorium de 14h30 et 16h30.
Projection du film d’animation des élèves du lycée Merleau-Ponty « Des noms et des hommes », puis présentation du métier de créatrice de costumes sur la thématique 14-18, ainsi qu’un échange avec la salle.
> Gratuit – ouvert à tout public

* Projection du film de Bertrand Tavernier  » Capitaine Conan «
Suivi d’un temps d’échange avec Agnès Evein sur son métier, le tournage, le costume 14-18…
> Gratuit – Cinéma Apollo 8, début de séance 19h30

 

« Agnès Evein est « tombée » dans le cinéma quand elle était petite. Plus tard, elle intègre une préparation aux Arts Décoratifs et Beaux-Arts puis une école de Création Textile et obtient un diplôme de Créateur Textile Option Accessoires et Histoire du Costume : l’histoire sera en effet une de ses principales sources d’inspiration. Créatrice de Costumes, elle participe à de nombreux longs métrages dont capitaine Conan de Bertrand Tavernier, ce qui lui vaut une nomination aux César dans la catégorie « Meilleurs Costumes ». Elle a travaillé pour des films très connus du grand public comme Les enfants du marais de Jean Becker, la fille de d’ArtagnanL627 etLa vie et rien d’autre tous trois de Bertrand Tavernier, mais aussi L’œuvre au noir  d’André Delvaux. Pluridisciplinaire, elle navigue entre différents espaces dédiés à l’écran : cinéma ou télévision, et pour le spectacle vivant, opéra et théâtre…

Pour en savoir plus sur Agnès Evein : https://criminocorpus.hypotheses.org/71838

Coco Chanel et l’Affaire du n°5

Ce soir l’histoire d’une femme libre et avant-gardiste, brillante créatrice de mode, mais qui avait aussi sa part sombre et moins glorieuse …

Symbole de l’élégance française, Coco Chanel a pourtant montré une facette sombre de son personnage pendant l’Occupation. Voici le propos de cette émission, avec la fiction de Sara Thibau commentée par le documentariste, Stéphane Benhamou, auteur de « La Guerre du Numéro 5 ».

Notre invité est Stéphane Benhamou, auteur et producteur de documentaires, il a réalisé La Guerre du Numéro 5.

AUTANT EN EMPORTE L’HISTOIRE du dimanche 18 novembre 2018 par Stéphanie Duncan

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission France inter

1918, après la guerre les années folles (4/4) – La Garçonne, une femme des années 20

En 1922 paraît « La Garçonne « de Victor Margueritte, ou le récit de la vie d’une jeune femme indépendante à la sexualité tout aussi libre. Ce sera le succès littéraire de la décennie. Un succès de scandale : on retire à Margueritte sa Légion d’honneur et le Vatican s’insurge

Un scandale qui questionne, car à la fin du roman l’héroïne finit par rentrer dans le rang : elle accepte le mariage et de repeupler la France. Soit une morale au fond très conservatrice …

Alors que les Etats-Unis, l’Angleterre et nombre de pays européens ont accordé le droit de vote aux femmes, celui-ci est retoqué par la France cette même année 1922. Le couturier Paul Poiret a certes « libéré » le corps féminin, mais après ?

Pour les Françaises, qui ont occupé les emplois des hommes alors au front, ces années d’après-guerre sont-elles vraiment si folles ?

Avec Christine Bard, Yannick Ripa, Catherine Join-Diéterle, Françoise Thébaud et Annie Metz

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission de France culture

Ces Françaises qui fréquentaient les Allemands pendant 14-18

« Cent ans après, Femmes à Boches est le premier ouvrage à se pencher sur l’histoire de ces femmes », écrit ainsi l’éditeur en quatrième de couverture. Il est vrai que si beaucoup de choses ont été écrites depuis 1918 sur la Grande Guerre, les deux millions de civils français qui ont subit l’occupation allemande ont pendant longtemps été ce qu’Annette Becker a appelé les « oubliés de la Grande Guerre » . De nombreux écrits ou témoignages sont revenus leur sort dans les années 1920, dont le livre de Georges Gromaire, L’occupation allemande en France (1914-1918),paru en 1925, a été le best-seller. Mais l’histoire des civils français confrontés à l’occupation pendant ce conflit est ensuite et peu à peu devenue anecdotique, surtout après la Seconde Guerre mondiale qui a soumis l’ensemble du pays aux affres de l’occupation. Il a fallu attendre la fin des années 1990 pour voir des chercheurs de premier plan (Annette Becker, Philippe Nivet) s’intéresser à ce sujet. Depuis, la vie des civils dans les régions occupées est beaucoup plus étudiée, notamment par des jeunes chercheurs comme Philippe Salson ou l’anglais James Connolly

Pour en savoir plus lire le billet publié par Nicolas CHARLES sur le site de Non. fiction

« Femmes à Boches ». Occupation du corps féminin, dans la France et la Belgique de la Grande Guerre, Emmanuel Debruyne

Les Belles Lettres , 464 pages.

Madame Delait, la femme à barbe (Pasky)

« Ai-je une coquetterie dans l’oeil, une tache de vin, un bec de lièvre ? Ma robe en dentelles et mon bibi à voilette vous défrisent ? Oh, ça va ! Je sais bien pourquoi vous êtes venus à Luna Park. On va s’en payer en tranche ! La femme-tronc, le géant du Caucase, les jumeaux tatoués, l’hermaphrodite, les nains et la femme à barbe des Vosges. On va se poiler, vingt rats ! Vous en voulez plein les mirettes, ne vous gênez pas, regardez-moi bien dans les poils ! » Ainsi Clémentine Delait, la plus célèbre femme à barbe de la Belle Epoque, attirait-elle la foule des curieux. S’inspirant de son journal intime, l’auteur nous raconte la vie peu ordinaire d’une femme fière de sa différence, tenancière d’un café à Thaon les Vosges, et qui s’exhiba en tant que « phénomène » dans les « foires aux monstres ». Jouant de légèreté et ranimant la verve d’alors, Pasky pose un regard plein de tendresse sur cette figure courageuse, embrassant tout entier ce fascinant univers des « Freaks » du début du vingtième siècle.

Pasky est né en 1956. Auteur, illustrateur et artiste, il a fondé la librairie du jouet et collabore à plusieurs revues spécialisées dans le jouet de collection et est rédacteur en chef de la revue « Ours et Poupées ». Il s’intéresse depuis plusieurs années aux « freaks » dont il collectionne les photos et témoignages. Il travaille actuellement à l’adaptation cinématographique de ce roman et à la biographie inédite du cinéaste Tod Browning.

  • Éditeur : Ex Aequo éditions (25 octobre 2015)
  • Collection : Hors temps

Clémentine Delait, le succès de la Femme à barbe :

https://www.franceinter.fr/culture/clementine-delait-le-succes-de-la-femme-a-barbe