Archives pour la catégorie corps-costume-mode

« Costumes espagnols entre ombre et lumière » à la Maison de Victor Hugo, du 21 juin au 24 septembre 2017

Le Palais Galliera présentera « Costumes espagnols entre ombre et lumière » à la Maison de Victor Hugo, du 21 juin au 24 septembre 2017. La Maison de l’écrivain français le plus hispanophile accueillera, pour la première fois à Paris, un exceptionnel ensemble de vêtements, habits et accessoires du XIXe et du début du XXe siècles qui racontera l’âme des provinces espagnoles.

Trotula de Salerne, obstétricienne du XIe siècle

Trotula de Salerne était une obstétricienne du XIe siècle. Oui, parfaitement, une chirurgienne, une obstétricienne !

Elle fut formée à l’école de Salerne. Il s’agissait à l’époque d’un des plus grands centres médicaux du monde où accouraient les étudiants de toute l’Europe pour se former de façon libre et laïque à la chirurgie. Des femmes ont eu l’autorisation de venir étudier aux cotés des hommes. Parmi elles, la plus connue était Trotula De Salerne. Elle exerçait la méde… Afficher la suite

Le pantalon d’Alice Saunier-Seïté, ministre des Universités

En 1976, Alice Saunier-Seïté, ministre des Universités, fut la première à pénétrer dans le palais Bourbon vêtue d’un pantalon. Une apparition si incongrue qu’elle entraîna une réaction du Premier ministre Jacques Chirac regrettant qu’elle dégradât ainsi sa fonction et jusque l’image de la France. Le Salon des dames
—————————
In 1976, Alice Saunier-Seïté, Universities minister, was the first woman to enter the Bourbon palace wearing trousers. It was such an unusual sight that Prime Minister Jacques Chirac criticised her for degrading not only her role but also the image of France.

Née le 26 avril 1925 à Saint-Jean-le-Centenier (Ardèche), Alice Saunier-Seïté a connu une importante carrière universitaire avant son entrée en politique. Maître de conférences de géographie (1963), puis professeur à la faculté des lettres de Rennes (1965-1969). Elle est nommée vice-présidente de l’université de Paris-XI (1970-1971).

Grande carrière

Mme Saunier-Seïté a été la première femme à occuper des fonctions jusque là dévolues aux hommes : première femme doyen de faculté, en lettres, à Brest (1968-1969), première femme recteur d’académie, à Reims (1973-76), première femme nommée professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM) en 1981.

Alice Saunier-Seïté a également été secrétaire général adjoint du Parti républicain, puis présidé le Mouvement national des élus locaux (1990-98). Conseiller de Paris depuis 1983, elle était en outre membre depuis 1995 de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques). Elle est par ailleurs l’auteur de nombreuses publications sur les régions arctiques et sur l’aménagement du territoire. Décédée en août 2003…

100407_couverture_Hres_0.jpg

Parution du livre le 19 août 2010 – Successeur de la culotte, le pantalon symbolise la masculinité et, partant, le pouvoir, comme en témoigne le dicton « porter la culotte ». Au cours de la Révolution, il se charge d’une signification plus précise en exprimant les valeurs républicaines et devient un élément clé du nouvel ordre politique. Mais l’Ancien Régime continue pour les femmes, qui, sur le plan tant vestimentaire que social, n’accèdent ni à la liberté ni à l’égalité. Privées de droits, assignées à résidence dans leur genre, elles sont interdites de pantalon.

Rien de tel qu’un interdit pour susciter le désir… Surchargé de fantasmes, le pantalon accompagne toutes les transgressions qui jalonnent la route de l’émancipation des femmes. Artistes, féministes, révolutionnaires, voyageuses, actrices, lesbiennes, sportives, innombrables sont les femmes connues et inconnues qui s’approprient l’habit masculin. Il faut attendre les années 1960-1970 pour que le pantalon soit féminisé et devienne un vêtement mixte. Fin de l’histoire ? Pas tout à fait. Pourquoi l’ordonnance de 1800 interdisant aux femmes de s’habiller en homme n’est-elle toujours pas abrogée ? Pourquoi les collégiennes ne portent-elles plus que des pantalons ? Pourquoi une « journée de la jupe » ? L’actualité des questions de sexe et de genre gagne à être située dans l’histoire longue de la peur de la confusion des rôles et de la contestation du pouvoir masculin. Editions du Seuil Sciences humaines Histoire L’Univers historique

Christine Bard, professeure d’histoire à l’université d’Angers (CERHIO / Centre d’histoire de Sciences Po), est notamment l’auteure des Garçonnes (Flammarion, 1998) et de Ce que soulève la jupe (Autrement, 2010).

18341887_10154585781748997_8813802887359567538_PHILIPPEPhilippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

La Belle Epoque et les années folles ressuscitées au château de Champs-sur-Marne

L'Histoire en costumes - château de Champs-sur-Marne.jpgL’étonnante « Histoire en costumes » à voir au château de Champs-sur-Marne avec des robes de l’historienne et costumière Nathalie Harran, directrice de la Dame d’Atours le Centre des monuments nationaux 

Du 05 avril 2017 au 24 septembre 2017

Château et parc de Champs-sur-Marne – Ile-de-France – 31 rue de Paris 77420 Champs-sur-Marne

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Historia

14202505_10153913111958997_5340671264576049993_n

Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

« Les Nouvelles Merveilleuses » – Printemps 1908

18033498_422519271444632_1270551317349552760_nAu printemps 1908, trois femmes marchèrent dans l’hippodrome de Longchamp à Paris et « les mâchoires ont figé ». L’événement de la société d’élite était connu pour introduire les dernières créations de mode au publique, mais personne n’avait jamais vu cette mode comme ça auparavant.

Selon les journaux, les spectateurs ont qualifié les trois femmes de «monstrueuses», en les accusant d’être semi-nues et exhibant un décolleté révoltant. Ce sont ces trois robes qui changèrent la mode ce jour-là et auraient lancé la silhouette du vingtième siècle.

Mais en ce qui concerne le concepteur? Personne ne se souciait de son nom ! Peut-être aimeriez-vous savoir qui c’était? Jeanne Margaine-Lacroix, une jeune designer Parisienne qui avait repris la maison de couture longtemps établie par sa mère et qui commençait à gagner en popularité à Paris au début du siècle. « Traduit de l’anglais Eli Ca ». Eli CaParis Secret & Insolite

Mais d’où viennent les midinettes ?

PARIS - MIDINETTESUne “midinette”, qu’est-ce que c’est de nos jours ? Le genre de fille un peu cucul-la-praline, qui s’émerveille d’un rien et qu’on peut si facilement berner. Une jolie fille, coquette, au grand coeur et aux moeurs parfois un peu légères… voilà ce que c’est, dans le langage commun, une “midinette” version 2016. – (Photographie à la une : Midinettes déjeunant en plein air au jardin des Tuileries, 1902. © Albert Harlingue / Roger-Viollet).

Seulement, comme toute expression, son emploi s’est peu à peu élargi au cours des siècles. Pour la petite histoire, ce mot a été employé pour la première fois en 1890, par un journaliste, pour qualifier les jeunes couturières des grandes maisons de mode parisiennes “qui faisaient dînette le midi” (midi, dînette, midinette, vous nous suivez ?) … Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de Paris ZigZag 

 

La mode sous l’Occupation

export_10

ALORS QUE LA FRANCE EST EN PROIE À L’OCCUPATION ALLEMANDE, LA MODE PERDURE DANS LA CAPITALE. EN DÉCIDANT DE NE PAS RENONCER À ÊTRE ÉLÉGANTES, LES FEMMES FONT LE CHOIX DE RÉSISTER FACE À L’ENNEMI.

1940-1944. L’occupation d’une partie de la France par les soldats allemands rend la vie des Français difficile. Pénuries, répression… L’époque n’est pas joyeuse mais, étonnamment, la mode perdure dans la capitale. Les tendances sont certes plutôt sages : la silhouette est dans l’ensemble structurée et géométrique, le tailleur s’impose et les chaussures à talons compensés se multiplient…

Publié le 17/05/2016 – Auteur : Marina Bellot – Pour en savoir plus voir La mode sous l’Occupation