Archives pour la catégorie Arts

La grande interview : Fanny Ardant

Dans le cadre de l’année linguistique et littéraire franco–russe, Vera Gaufman reçoit depuis Moscou l’actrice et réalisatrice Fanny Ardant. La comédienne y livre son amour pour la littérature russe et son attachement à la liberté d’expression.

En ce début d’année 2018, la comédienne Fanny Ardant était à Moscou pour le lancement de l’année de la francophonie dans le monde. Une ambassadrice passionnée qui n’hésite pas à clamer son amour pour la littérature russe : «Je suis tombée amoureuse d’écrivains comme Dostoïevski, Babel ou encore Pouchkine. Ce sont eux qui m’ont fait aimer la Russie». La réalisatrice du film «le Divan de Staline», en 2016, explique encore que la littérature russe a une vision « humaniste de la société. C’est une vision large, voir transcendantale. Il y a une forme de rédemption » dans cette écriture poursuit-elle…

Pour en savoir plus LA GRANDE INTERVIEW : FANNY ARDANT – YouTube

Une gloire pour deux (Michèle Dassas)

Paru le 16 mars 2017 – Un ouvrage consacré à l’actrice Madeleine Sologne, célèbre pour son rôle dans l’Éternel retour de Jean Cocteau, et dont le destin fut étroitement lié à celui de son amie d’enfance Renée en dépit de leurs parcours divergents.

Une gloire pour deux est le sixième roman de Michèle Dassas. Ce dernier ouvrage dresse un nouveau parcours de femme, en s’intéressant aux destins croisés de l’actrice Madeleine Sologne, née à La Ferté-Imbault (Loir-et-Cher), qui devint une vedette à Paris, et de son amie d’enfance Renée, restée dans l’ombre.

Michèle Dassas est romancière.

Après avoir obtenu son baccalauréat, elle suit des cours à l’École des Cadres de Neuilly pour y devenir assistante de direction trilingue.

Pour se perfectionner en allemand, elle part travailler en Allemagne chez Bosch puis dans la filiale autrichienne Elektro Diesel à Vienne.

Elle se marie, travaille deux ans dans un Cabinet de Brevets et Inventions à Paris. Son époux, médecin généraliste, s’installe à Argent-sur-Sauldre (Cher).

Après la naissance de leur troisième fille, Michèle Dassas décide de reprendre ses études et se rend régulièrement à la faculté d’Orléans où elle obtient une maîtrise d’Anglais et une Licence de Langues Étrangères Appliquées (anglais – allemand).

Elle conçoit et programme ensuite plusieurs logiciels qui seront publiés et primés au concours Innovalangues.

Parallèlement, elle s’engage dans la vie publique et devient conseillère municipale, puis adjointe au Tourisme et à la Culture à Argent-sur-Sauldre.

Michèle Dassas a par ailleurs remporté le 1er prix du Concours littéraire « Les Enfants du Grand Meaulnes » en octobre 2013 pour son texte D’une rive à l’autre…

Éditeur Marivole
Collection Parcours De Femme

Madeleine Sologne – Sa carrière cinématographique, riche de plus de trente films, va de « La vie est à nous » de Jean Renoir (36) au « Temps des loups » de Sergio Gobbi (69) Mais c’est son interprétation aux côtés de Jean Marais dans « L’Eternel retour » de Jean Delannoy qui lui avait valu la reconnaissance de toute une génération de spectateurs. Lire la suite

Trailer du film L’Éternel retour – L’Éternel retour Bande-annonce VF …

La justice à nu par Jean Libon

Pour écouter le document sonore lire le billet publié le 1er février 2018 sur le site de l’émission France culture.

Après près de 900 films labellisés Strip-Tease pour la télévision belge et française, Jean Libon, co-fondateur de l’émission, suit au long cours et au cinéma la juge d’instruction Anne Gruwez dans des affaires pénales et un dossier de meurtre sordide vieux de vingt ans qu’elle choisit de rouvrir.

Depuis 1985 et les débuts de l’émission à la RTBF, il déshabille sans commentaire la société, vous met face à votre voisin, dresse le portrait des riches, des pauvres, de leurs travers… Après la fin de la diffusion à la télévision, le co-fondateur de l’emblématique émission Strip-Tease, Jean Libon, s’attaque au grand écran…

Pour écouter le document sonore lire le billet publié le 1er février 2018 sur le site de l’émission France culture.

Rétrospective consacrée à Chantal Akerman, du 31 janvier au 2 mars 2018 à la Cinémathèque française

« C’est l’histoire d’une fille qui entre dans le cinéma en cirant des pompes. Mais pas n’importe quelles pompes : elle cire les siennes. D’ailleurs elle ne cire pas que ses pompes, elle cire aussi ses chaussettes et ses mollets. C’est l’histoire d’une fille qui, toute tachée de noir, range son appartement comme le ferait un ouragan et qui allume le gaz en appuyant sa tête sur la cuisinière. Amorce noire. Explosion : Saute ma ville (1968). Chantal Akerman entre dans l’histoire du cinéma à dix-huit ans, « sans vergogne ». »

La suite, on la connaît. 47 ans de cinéma, 20 films, autant de courts, des documentaires, une oeuvre et une artiste majeures du XXème siècle. Notre hommage commence ce soir, et nous vous attendons, émus.

Bande-annonce de la rétrospective consacrée à Chantal Akerman, du 31 janvier au 2 mars 2018 à la Cinémathèque française sur Vimeo

Angoulême : Les femmes dans le monde de la BD

C’est à Angoulême que le scandale a éclaté,en 2016. Cette année-là, une trentaine d’auteurs sont en lice pour le Grand prix du 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême… Parmi eux, pas une femme ! Ulcérées, les membres du Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, formé quelques mois plus tôt, appellent au boycott de la manifestation pour dénoncer « l’invisibilisation » des auteures. Mais ce n’est qu’une fois relayé par une poignée d’auteurs – hommes – comme Riad Sattouf ou Joann Sfar, qui se retireront avec fracas de la sélection, que le message trouve écho dans la sphère médiatique… Vous avez dit sexisme ? …

Pour en savoir plus lire l’article publié par Chloé Belleret le 26 janvier 2018 sur le site du Parisien