Archives pour la catégorie Articles de presse

Nicole Canet – Au bonheur du jour, une galerie bien singulière

Nichée rue Chabanais, dans le quartier de l’Opéra à Paris, et donc aussi à deux pas de la gare Saint Lazare, la galerie d’art « Au Bonheur du Jour » est une galerie comme il n’en existe que très peu dans le monde. Elle est presqu’exclusivement consacrée à l’art gay et à l’expression homoérotique de la fin du XIXème siècle et du début du XXème.

La rue Chabanais fut longtemps le centre des plaisirs interdits à Paris. Jusqu’en 1946, elle hébergeait le plus célèbre bordel parisien, le Chabanais. Dans les années 70, avec sa voisine, la rue Sainte Anne, elle était au cœur du quartier gay de la capitale. Aujourd’hui, elle abrite toujours le plus ancien bar LGBT de Paris, La Champmeslée, et juste en face, la Galerie Au Bonheur du Jour, tenue par la dynamique Nicole Canet.

En dehors des périodes d’expositions, il faut prendre rendez-vous pour que Nicole Canet vous fasse découvrir ses collections très particulières centrées autour du nu masculin : peintures, illustrations et aussi photos anciennes originales du temps où la photo n’était pas encore numérique mais argentique ou albuminée…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Marc Devirnoy le 16 octobre 2018 sur le site de Gayviking

En Arizona, des détenues protestent contre l’absence des produits d’hygiène de base

L’administration pénitentiaire, qui est l’une des mieux financées de l’État, demeure indifférente aux pénuries de papier toilette.

Dans la prison de Perryville, en Arizona, la dignité des prisonniers et prisonnières n’est pas une priorité pour l’administration. Des lettres envoyées récemment par deux détenues témoignent des conditions précaires dans lesquelles elles sont maintenues, privées des produits d’hygiène de base.

«Je suis arrivée à court de papier toilette le dimanche 9 septembre, et bien que j’en aie continuellement demandé, on m’a dit qu’il n’y en avait plus. Ils avaient des serviettes hygiéniques, que j’ai utilisées à la place, jusqu’au lundi 1eroctobre, quand il n’y en avait plus. J’ai alors dû utiliser un gant de toilette jusqu’au mercredi matin», écrit une femme…

Repéré par Léa Polverini — 14 octobre 2018 sur le site Slate

Michelle Perrot : « Faire l’histoire des femmes, c’est contribuer à sortir les femmes des silences de leur histoire »

La rédactrice en chef du «Libé des historien·nes» évoque son travail pionnier sur l’histoire des femmes et des classes populaires. Retour sur un demi-siècle de carrière d’une grande intellectuelle qui a puissamment renouvelé la discipline.

Par Christian Delage , directeur de l’Institut d’histoire du temps présent, CNRS, Paris-VIII et Clyde Plumauzille, chargée de recherches au CNRS — 10 octobre 2018 à 18:46 (mis à jour à 19:34)

Pour en savoir plus sur le site de Liberation

Mauvaise fille – Eugénie Guillou, la religieuse devenue prostituée et reine du fouet

Ses lupanars avaient pignon sur rue dans le Paris de la Belle Époque. Personnage ô combien sulfureux, Eugénie Guillou, éternelle solitaire, a connu mille vies, du couvent aux maisons closes.

Elle est née en 1861, presqu’un siècle après Justine, Juliette, Madame de Saint-Ange et quelques autres héroïnes sadiennes. Le Divin Marquis, mort en 1814, aurait pourtant adoré Eugénie Guillou. Nul doute qu’il lui aurait même dédié un roman. L’histoire de cette bourgeoise ruinée débute d’ailleurs comme pléthore de ces récits initiatiques dont la fin de l’Ancien Régime raffolait…

Pour en savoir plus lire le billet publié par PIERRICK GEAIS sur le site Vanityfair.fr– Journaliste pour Vanity Fair – Sur Twitter : @pgeais

« Ces femmes que l’on appelle prostituées alimentaires, je les ai rencontrées » (Alessandra d’Angelo)

Zone de vulnérabilité, un dysfonctionnement institutionnel est en chantier. Vous êtes ces « nouvelles pauvres ordinaires » ignorées.

Les factures s’additionnent. Le frigo est vide. Le bus est payant, on rentre à pied avec courses et enfants. Il faut un nouveau cartable pour le grand, un appareil dentaire pour la plus jeune. Les huissiers ne sont pas loin. On en perd le sommeil. Plus le choix. L’idée tombe d’un nouvel emploi … Objet de polémiques séculaires entre politiques, intellectuels et féministes de tous bords, la prostitution est rarement un acte choisi. Et pourtant! Une carrière personnelle mise entre parenthèses au profit du ménage et de la maternité, un divorce laissant sans le sou, un licenciement, un problème de santé, je ne pensais pas, aux prémices de cette enquête, Vous rencontrer. Vous, mères de famille monoparentale, diplômées, infirmières, assistantes sociales, contraintes de « choisir » de pratiquer le « hard discount » pour joindre les deux bouts. Vous, jeunes étudiantes, zappant vos rêves de prince charmant pour jouer de vos atouts éphémères, afin de financer vos études, celles qui permettront de décrocher le précieux sésame certifiant…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 4 mars 2018  par Alessandra d’Angelo Journaliste d’investigation judiciaire, chroniqueuse radio, conférencière et auteure sur le site d’.Huffingtonpost.fr

Juriste de formation, ex-avocate au Barreau de Bruxelles, journaliste d’investigation judiciaire, chroniqueuse radio, conférencière et auteur, Alessandra d’Angelo est une femme passionnée par les faits de société et par la part de tourments qu’ils recèlent. Humaniste engagée, depuis 2010, elle s’intéresse tout particulièrement aux phénomènes d’exclusion sociétale sous toutes ses formes, avec en point d’orgue la radicalisation des esprits, comme celle des comportements associés.

En 2015, après les événements de Charlie Hebdo, elle publie Ma liberté d’expression et eux (Éditions du CEP), un outil pédagogique à destination des adolescents, qui leur explique avec leurs propres mots, la liberté de ton, la censure, mais aussi pourquoi l’on peut mourir tout simplement en tenant un crayon.

En 2016, après 4 ans de recherches sur l’univers carcéral, elle publie Case prison, un jeu d’échec (Éditions Academia L’Harmattan), une réflexion sur le sens à donner à l’enfermement et à la « sanction » pour que l’incarcération soit résilience, le tout sécuritaire et l’extension à outrance d’un parc carcéral ayant démontré leur cuisant échec en termes de réinsertion.

En janvier 2017, elle publie Présumé coupable (Éditions Nowfuture), une réflexion en filigrane de l’affaire Wesphael, sous-tendue par une question fondamentale : Quelle Justice voulons-nous ? Une Justice figée et punitive qui travaille à charge ou une Justice prête à vaciller sur le socle de ses certitudes séculaires pour entrer dans une autre ère, celle d’une institution plus humaine, préventive et restauratrice, préservant le principe fondamental de la présomption d’innocence ?

En février 2017, elle publie L’Affaire Lhermitte. Chronique d’un drame annoncé (Éditions La Renaissance du Livre), une analyse juridique et psychiatrique de ce quintuple infanticide qui a secoué le pays il y a 10 ans, avec une question psycho-sociale en lame de fond : quels mécanismes de l’esprit porte une femme qui a donné un jour la vie à tuer ses enfants ?

En octobre 2017, elle publie Prostituées alimentaires (Éditions Alain Jourdan), une photographie contemporaine d’un phénomène nouveau : la marchandisation des corps sur fond de précarité économique. Avec la stagnation du pouvoir d’achat, des femmes, souvent mères monoparentales, et de jeunes étudiantes (les sugar babies) se retrouvent dans l’obligation ponctuelle de pratiquer le « hard discount » pour survivre. Nourrie de témoignages chocs, l’auteure lève le voile sur un tabou devenu réalité sociale.

Elle est la fondatrice de l’antenne belge de l’organisation « Innocence Project » (2015), une association américaine qui se bat contre les erreurs judiciaires, et cofondatrice de « Éduc-actions » (2016), une association qui sensibilise les adolescents en décrochage à la non-violence et au vivre ensemble.

Plus d’infos sur l’auteure : www.alessandradangelo.com

Une détenue de Rennes bénéficie de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron

La prison des femmes de Rennes où est détenue la personne qui vient de bénéficier de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron.La prison des femmes de Rennes où est détenue la personne qui vient de bénéficier de la première grâce présidentielle d’Emmanuel Macron. | Archives Ouest-France

Emmanuel Macron vient d’utiliser, pour la première fois depuis son élection, son droit de grâce. Une détenue de la prison de Rennes a vu sa perpétuité commuée en une peine de 20 ans. C’est actuellement la plus ancienne détenue de France.Pour en savoir plus sur Ouest-france.fr

Les WASP, ces femmes pilotes émérites dont la contribution à la guerre fut longtemps cachée …

Organisation paramilitaire pionnière composée uniquement de femmes pilotes, la Women Aiforce Service Pilots comptait près de 1 000 membres en 1943. Retour sur l’histoire de ces femmes courageuses chargées de convoyer les avions et de transporter les officiels à travers les États-Unis, qui risquèrent leur vie pour leur pays et furent injustement oubliées de l’histoire durant des décennies.

L’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale à la suite de l’attaque de Pearl Harbor déclenche la mise en place d’une nouvelle politique de rationnement. La nourriture et le matériel sont distribués avec soin, et la demande de pilotes dépasse rapidement le personnel disponible. En 1942, l’US Air Force se rend compte qu’elle va devoir engager et former de nouvelles unités pour poursuivre sa campagne…

Pour en savoir plus sur le site de dFailygeekshow