170 – Portrait du jour : Yvan Michotte, auteur et éditeur nous invite dans son « cargo imaginaire »

les-boss

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMORet de Criminocorpus.

Pour son 170ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit avec infiniment de plaisir Yvan Michotte .

Yvan Michotte sort un premier roman policier en 2012, Rouge Turner , aux éditions Cogito. Cet ouvrage voit naître Joshua Pastorius, son détective privé fétiche. Dans cette enquête, le peintre William Turner se retrouve mêlé à une série de crimes.

« Depuis 2016 marque également la naissance du cargo imaginaire , la maison d’édition qu’Yvan Michotte rêvait de créer depuis longtemps. Cette maison d’édition a pour objet de publier des ouvrages de fiction : du roman policier à la fantasy, en passant par la littérature générale. Yvan Michotte a mille livres en tête, à lui de les écrire. Ses plaisirs d’auteur sont aussi des plaisirs de lecteur… il écrit, il lit et parfois il dort… ou bien il imagine qu’il dort et lorsqu’il se réveille, à nouveau il écrit… »

Bienvenue Ivan sur le site des « ARISTOS DU CRIME ». Ph.P.

« Me voici… Yvan Michotte, bricoleur des mots…

  1. Pourquoi écrire quand on peut prendre l’air, se promener, vivre ?

J’aime écrire par pur plaisir, et ce depuis longtemps. À la base, je suis un lecteur et un spectateur de films. En fait, j’aime suivre des histoires. Ces histoires, ce sont donc celles des autres, ou bien celles qui vivent en moi comme autant de petites vies partagées. Je m’invente un monde quand je suis devant mon clavier, et je regarde ou lis ceux des autres quand je suis un simple spectateur, un lecteur. Mais tout cela vient du même processus, de la même énergie. Sortir de soi, vivre mille vies, être soi et ailleurs en même temps, c’est là un plaisir sans limite, et sans limitations.

Alors oui, pourquoi écrire si l’on peut vivre tout simplement ? Eh bien parce que la vie intérieure est aussi importance que la vraie, celle des chemins, des cafés, des gens drôles ou bien salauds. J’ai ce besoin en moi, cette énergie créatrice qui m’appelle et me pousse à aller voir ce qu’il y a derrière cette idée que je bricole dans un coin de ma tête. Oui, je suis un bricoleur des mots.

  1. C’est quoi un bricoleur des mots ?

C’est un artisan qui cent fois, mais avec une foi immense, allume son ordi et pianote, arrange, refait, réfléchit, recommence, se désole, sourit, se vexe, se réjouit. C’est moi, simple besogneux du clavier qui sait que le talent, c’est 1% d’inné et 99 % de sueur et de satisfaction, de contrariété, de joie, de bonheur de voir les mots s’orchestrer à peu-près comme on le désire.

  1. Pourquoi écrire du polar ?

Pour sonder notre petit monde, pour être au plus près de ce qui fait que nous sommes nous. Écrire des polars, c’est aller au café du coin dans la peau d’un autre, c’est flinguer, c’est creuser, c’est pénétrer là où personne n’ose aller, c’est avoir peur, c’est avoir faim, c’est sentir la mort et c’est regretter d’être là. Le polar est un merveilleux véhicule pour foncer là où le vent nous mène, tout droit vers l’enfer, ou bien pour tutoyer le paradis. Mon paradis à moi, c’est être dans une forêt sombre, sur le bord d’un fleuve, avec des voyous, des filles superbes, des clodos avinés… grâce à mon clavier !

  1. Comment j’en suis arrivé là ?

J’ai fait des études d’Histoire, j’ai enseigné, j’ai toujours adoré le cinéma. J’ai une passion pour les films de la Hammer par exemple. Un de mes grands plaisirs est de regarder un film avec Peter Cushing, de me retrouver grâce à lui dans la campagne anglaise reconstituée en studios avec des couleurs vives et de faux décors. Ce côté faux et très artificiel m’enchante, tout comme les scènes en extérieur dans la lande. Je vénère en cela Le chien des Baskerville de la Hammer, que j’ai vu un nombre incalculable de fois. J’aime le cinéma du passé essentiellement, quand le monde était naïf, que les écrans modernes n’existaient pas. Le film Les disparus de Saint-Agil, je peux aussi le regarder très régulièrement. J’aime aussi beaucoup la plume de Pierre Very, l’auteur du livre. C’est pourquoi Pastorius, mon détective dans mes polars, est un type d’un autre siècle, un évadé du passé, un nostalgique, un grincheux anar mal dégrossi. Écrire me permet de vivre dans un autre temps, de réfléchir, de creuser toujours et encore un sillon, rien que pour le plaisir de le creuser puisque je sais que l’intérêt est là, c’est-à-dire non pas d’arriver mais de voyager !

Merci à vous, Yvan. »


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s