143 – Portrait du jour : Plana Radenovic, journaliste au JDD, au service police/justice et auteure de « Martine Veys et Patrick Henry, l’Amitié malgré tout »

les-boss (1)

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

8wqTjj0k_400x400

Ensoleillement complet pour son 143ème Portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit Plana Radenovic journaliste au JDD, au service police/justice. Elle est l’auteure d’un premier récit aux éditions Michalon, Ta vie en éclats   (2017).

Bienvenue sur les pages de notre site . Ph.P.

« Journaliste au Journal du dimanche, je suis spécialisée dans les affaires judiciaires et tout ce qui touche à l’univers carcéral. Je travaillais auparavant à La Voix du Nord, toujours dans ces mêmes thématiques. La face sombre du monde est de mon point de vue également celle qui nous rattache à l’humanité la plus absolue, là où elle se niche. Mon deuxième livre, Martine Veys et Patrick Henry, l’Amitié malgré tout , aux éditions Michalon , traite particulièrement de cela : la parcelle d’humanité présente en Patrick Henry l’archétype du tueur d’enfant, comme en chacun de nous, celle qui fait que Martine Veys, ancienne commerciale à la retraite, peut s’éprendre d’amitié pour l’homme derrière le symbole. C’est aussi ce thème de l’humain malgré tout, que j’avais décidé d’explorer pour narrer l’histoire romanesque et tragique de ma mère dans mon premier livre Ta Vie en éclats, toujours aux éditions Michalon. Je voulais dire, écrire, que quelqu’un qui finit sa vie marginale, SDF, n’est pas que cela. Les humains ont de multiples facettes et le terrain vaste qu’il me reste à explorer promet d’être réjouissant. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s