Trois malfrats et une rentière…une tragique histoire de pieds-nickelés agenais ! – « l’Assassin habite dans le 47 »

Après avoir commis en son temps, d’innombrables  « petits meurtres » sur le prestigieux site de l’E.N.A.P., Jean-Michel Armand  s’invite de nouveau sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … pour nous présenter les émissions réalisées dans « l’Assassin habite dans le 47 » sur RADIO BULLE 93.6.

Trois malfrats et une rentière…une tragique histoire de pieds-nickelés agenais !

« Il fait froid, très froid en cette nuit du 14 au 15 février 1897 et il faut une solide raison pour arpenter les rues d’Agen avec ce petit vent du nord qui vous entamer le cuir. Boutan, Castarède et Larroy, trois « traine-lattes » agenais toujours à l’affût d’un coup à faire, en ont une excellente… de raison : faire main basse sur ce qu’il croit être le confortable magot de mademoiselle Baptistine Mayen, rentière de 76 ans qui habite une belle maison cours Gambetta. Ils sont décidés « à lui faire à la dur » comme ils le déclareront plus tard aux enquêteurs. Nos trois escarpes réussissent à pénétrer dans la maison par le jardin en fracturant la porte de derrière mais tombent nez à nez avec la bonne, Jeanne Piton, accorte femme quinquagénaire qui fait front de la voix avant d’être terrassée au sol puis roulée dans un tapis…pratique déjà en vogue du « saucissonnage ». Arrivés à l’étage dans la chambre de la vieille demoiselle, celle- ci, craignant sans doute qu’on veuille outrager une vertu chèrement préservée durant plus d’un demi-siècle, se met à glapir : « Au secours ! à l’aide ! à l’assassin !! ». Larroy lui saute alors dessus pour la faire taire, cette folledingue va ameuter tout le quartier ! Mais la vieille fille redouble de la voix et reste sourde aux objurgations des trois lascars « de la fermer ». « Fait la taire bon dieu ! » ordonne Boutan à son complice, lequel saisit la pauvre femme par le col et lui enfourne la tête sous un amas de draps et de couvertures. Mais l’acariâtre femme se débat encore et tombe du lit. Cette fois, c’en est trop et Boutan (à moins que ce ne soit Castarède…l’enquête ne l’établira pas) vient à la rescousse et saute à califourchon (sans aucune intention malsaine, on l’aura compris !) sur Baptistine Mayen. Ainsi maitrisée, elle ne bouge plus. En fait, elle ne bougera plus jamais. Privée d’air, elle étouffera dans quelques soubresauts morbides avant d’aller rejoindre son créateur car elle était très croyante.

On casse, on fracture meubles, coffres et secrétaires pour faire main basse sur 180 francs en pièces d’or et d’argent, sur 20 francs dans le porte-monnaie de la bonne et sur un petit sac en velours gris contenant les bijoux trouvés par les seuls Boutan et Castarède qui se les « étouffent » au détriment de Larroy occupé à ce même moment à contenir la vieille dame. Magnifique solidarité des truands qui vont laisser des traces de leur passage et notamment des traces de chaussures dans la terre humide du jardin. Ce qui ne va pas échapper au commissaire Deyres qui fera mouler l’empreinte dans du plâtre.

La sagacité du policier et de ses hommes couplée à la bêtise du trio qui comme les trois mousquetaires étaient quatre, (un certain Badimon se gèlera les pinceaux en faisant le guet dans la rue) permettront l’arrestation rapide du quarteron qui finira aux assises. Pour se glisser dans les pas du fin limier que fût le commissaire Deyres et suivre son enquête, un seule adresse radiophonique : Radio Bulle 93.6  le premier jeudi de chaque mois à 19 heures (rediffusion le samedi à 21 heures) dans l’émission animée par Jean-Michel ARMAND « L’assassin habite le 47 » ou en podcast sur le nouveau site de la station www.radiobulle.net , en tapant sur l’onglet « émissions » »

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s