Denise Ferrier. L’ange d’Alger

Denise Ferrier. L’ange d’Alger. En 1943, Denise, sportive accomplie, bachelière, voit en Algérie le retour de la France en arme. Obéissant au mot d’ordre du général Merlin voulant des femmes aux armées pour les tâches de soutien, elle s’engage et va devenir conductrice ambulancière. De son propre aveu, à la formation militaire (au 27eme régiment du train), elle mangea du sable par les trous de nez. Devenue aspirant, son premier « combat » sera l’île d’Elbe (juin 1944) au sein de la 2eme compagnie ambulancière du 25eme bataillon médical, avec 7 autres filles. Sa bravoure au feu pour secourir les blessés recevra une citation. Puis ce sera le débarquement de Provence. De Toulon a l’Alsace, sans jamais se reposer, elles et ses consœurs découvrent les mines, les morts, les pertes amies. Denise suit le RIC Maroc partout. Deuxième citation en novembre 1944. Il fait froid. Des ambulancières sont grièvement blessées. D’autres tombent aux mains de l’ennemi. Peu ou pas de permissions. Arrive le 24 janvier 1945, Denise est épuisée. Elle n’arrive plus à sourire. Allant prendre son petit-déjeuner, un obus vint détruire sa vie de 20 ans…rue Adolf Hitler, à Richwiller.

Sa section se nommait « franchise et vaillance ».

Remerciement à Jean-Marc Munch pour la documentation.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Écrivain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s