Margot Duhalde, la pilote de la France libre

41869164_1830240110431694_5400557359061794816_n

41866071_1830237493765289_1488702069282963456_n

Margot Duhalde, la pilote de la France libre. Quand on est basque, que l’on a 20 ans et que l’on pilote depuis 4 ans déjà, dans un pays, le Chili, « peu connu pour son féminisme », il va sans dire que l’on a un caractère bien trempé. Ce fut un pilote français, César Copetta qui initia l’adolescente à l’art aérien. En 1941, elle prit une décision, celle de se mettre au service de sa patrie d’origine. La France! Elle voulait servir de Gaulle. Elle débarqua crânement au consulat de France et se présenta comme pilote (elle avait 50 heures de vol…). Elle y cacha même son astigmathie. Mai 1941, elle embarqua pour Liverpool. Arrivée en Angleterre, les FAFL ne voulurent pas d’elle. Pas de femme pilote. Mais la RAF, qui avait besoin de femmes convoyeuses d’avion…accepta sa candidature et après une dure formation, elle devint la seule française membre de l’Air Transport Auxiliary (ATA), unité « féminine » chargée de convoyer les avions neufs ou réparés pour le compte de la Royal Air Force. Il faut aller vite, très vite pour donner les avions aux collègues masculins. Margot et ses consœurs devaient se « transformer » presque tout seules (on leur fournissait juste l’épais manuel) d’un type d’avion à un autre. Margot Duhalde qui, selon la légende dit avion avant maman convoya…1.500 zings anglais ou américains et de tous types, chasseurs, bombardiers, avions de transport et d’instruction. Spitfire, Hurricane, B-17…

C’est à l’automne 1944 que le général de Gaulle signa un décret autorisant les femmes pilotes dans l’armée de l’air. Après guerre, décorée de la légion d’honneur en 1946 (enfin la reconnaissance), Margot repartit au Chili. Elle connut une dizaine d’accidents pendant la guerre. En 2006, Margot Duhalde fut promue commandeur de la Légion. Elle vola pour la dernière fois à 86 ans. Cette grande dame qui avait mis son coeur et sa jeunesse au service de la patrie de ses parents est décédée en février 2018.

N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Écrivain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s