Mauvaise fille – Eugénie Guillou, la religieuse devenue prostituée et reine du fouet

Ses lupanars avaient pignon sur rue dans le Paris de la Belle Époque. Personnage ô combien sulfureux, Eugénie Guillou, éternelle solitaire, a connu mille vies, du couvent aux maisons closes.

Elle est née en 1861, presqu’un siècle après Justine, Juliette, Madame de Saint-Ange et quelques autres héroïnes sadiennes. Le Divin Marquis, mort en 1814, aurait pourtant adoré Eugénie Guillou. Nul doute qu’il lui aurait même dédié un roman. L’histoire de cette bourgeoise ruinée débute d’ailleurs comme pléthore de ces récits initiatiques dont la fin de l’Ancien Régime raffolait…

Pour en savoir plus lire le billet publié par PIERRICK GEAIS sur le site Vanityfair.fr– Journaliste pour Vanity Fair – Sur Twitter : @pgeais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s