Portrait du jour : Karine Lebert, l’auteure du roman « Les Amants de l’été 44 »

« Si l’écriture demande une certaine discipline, cela doit rester avant tout un plaisir. Je tiens énormément à cette notion de plaisir, de bonheur d’écrire. Quand je façonne la trame d’un roman, je suis vraiment dans ma bulle, insensible à tout ce qui m’entoure. Il y a quelque chose de magique à créer une histoire, à construire des personnages, à les faire évoluer grâce à notre imagination. »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour le Treizième Portrait du jour – Criminocorpus  nous accueillons avec beaucoup de plaisir la romancière karine Lebert, l’auteure de Les Amants de l’été 44 dont nous attendons la suite avec beaucoup d’impatience…

A titre personnel je vous remercie infiniment Karine d’avoir participé à ce petit exercice d’écriture. Amitiés. Ph.P.

 « J’ai commencé à écrire très jeune. De petits textes accompagnés de dessins sur le modèle de mes lectures de l’époque, la bibliothèque rose puis verte. Et je n’ai jamais cessé depuis. Même si la vie m’a orienté vers le milieu médical où j’ai travaillé une dizaine d’années, assez vite je suis revenue à mes premières amours. J’ai d’abord été biographe, j’écrivais pour les autres. J’habitais alors Paris et la clientèle était facile à trouver : des hommes d’affaire, une dame qui avait tenu une galerie à Saint-Germain des Prés, amie de Picasso, mais aussi des grands-mères qui destinaient le livre à leurs petits-enfants. Puis je suis revenue habiter en Normandie. J’ai alors été correspondante de presse pour le quotidien Paris Normandie. Parallèlement, je travaillais en tant que styliste pour le magazine de décoration « Maisons Normandes ». J’ai aussi commencé à écrire un premier roman en espérant être publiée. Tout s’est enchaîné très vite, j’ai eu la chance de ne pas connaître de galère dans ce milieu.

L’historien Michel de Decker a lu et aimé mon manuscrit. il ma recommandée à l’éditrice de l’époque. J’ai donc intégré les éditions De Borée avec un premier roman « Nina et ses soeurs ». Cinq autres ont suivi et j’ai aussi écrit deux romans pour une collection généraliste de cet éditeur, une période riche en expériences, en connaissances, en salons du livre, en dédicaces, en rencontres, durant laquelle j’ai beaucoup appris. J’ai alors décidé de ne plus me consacrer qu’à l’écriture de romans.

Cette unique activité me laissait du temps libre. Mon mari avait de nombreux déplacements à l’étranger pour son travail, principalement en Afrique, en Asie et en Europe. Je l’ai suivi, vivant même six mois en Afrique du Sud. Ces voyages m’ont enrichie et ont nourri mon écriture, mon imaginaire. Ce n’est pas un hasard si j’ai rédigé un ouvrage qui se passe au Vietnam.

En 2015, j’ai suivi Clarisse Enaudeau, , alors chez De Borée, aux Presses de la Cité où je viens de publier mon quatrième roman, « Les Amants de l’été 44 ». Au fil des années, mes premiers livres sont sortis en poche chez De Borée et j’ai eu aussi la chance d’être publiée chez France Loisirs.

Si l’écriture demande une certaine discipline, cela doit rester avant tout un plaisir. Je tiens énormément à cette notion de plaisir, de bonheur d’écrire. Quand je façonne la trame d’un roman, je suis vraiment dans ma bulle, insensible à tout ce qui m’entoure. Il y a quelque chose de magique à créer une histoire, à construire des personnages, à les faire évoluer grâce à notre imagination.

Au fil du temps et de l’expérience, ma façon d’appréhender ce métier a évolué. Si je m’accorde encore quelques salons du livre et dédicaces en librairie afin de rencontrer mes lecteurs, je me concentre désormais sur l’essentiel à mes yeux, l’écriture. Au tout début, je répondais oui à toutes les sollicitations qui se présentaient puis j’ai appris à faire un tri judicieux, à n’écouter que mes envies, à me faire plaisir. Je crois à présent avoir trouvé un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, entre mes passions, les voyages, la décoration, la lecture, et mon activité de romancière. Profiter tout simplement de la vie dans cette belle région de Normandie, près de Honfleur, Deauville et Trouville, où j’habite. »

Mon site : https://karine-lebert-romanciere.jimdo.com

« Nina et ses soeurs » Poche De Borée

« Le secret d’Emma » Poche De Borée

« Les mystères de Camille » Poche De Borée

« Loin de Margaux » Poche De Borée et France Loisirs

« Les sortilèges du Tremblay » Avant-première France Loisirs

« Les brumes de Vouvray » Poche De Borée et France Loisirs

« Les ombres du palais » De Borée

« La dame de Saïgon » De Borée

« Ce que Fanny veut » Presses de la Cité

« Les saisons du mensonge » Avant-première France Loisirs et Presses de la Cité

« Les demoiselles de Beaune » Presses de la Cité

« Les amants de l’été 44 » tome 1 Presses de la Cité

« Les murmures du lac » Avant première France Loisirs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s