Rebelle un jour, rebelle toujours, Marceline Loridan-Ivens

Déportée avec son père à Auschwitz-Birkenau en 1944, elle est rentrée seule à Paris l’année suivante. Elle a fait de cette blessure jamais cicatrisée le moteur de sa vie. Son moyen d’expression, c’était le cinéma. Maintenant, c’est l’écriture.

L’HEURE BLEUE DU lundi 15 janvier 2018

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission de Laure Adler sur France inter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s