« Révolution », « intégration » et caetera – Conférence de l’historien Marc André à Lyon

« Révolution », « intégration » et caetera

L’abécédaire des luttes algériennes à Lyon durant la décolonisation et au-delà

Le jeudi 30 novembre de 18h30 à 20h30 – bibliothèque de la Part-Dieu

A ne pas manquer pour ceux que l’histoire de l’immigration, et plus particulièrement l’histoire de l’Algérie à Lyon, intéresse

Par Marc André, sûrement le meilleur spécialiste actuellement.

En 2017, la France compte plus de quatre millions de résidents d’origine algérienne dont deux millions de bi-nationaux. Cette présence s’explique par une longue histoire qui commence avec la guerre 1914-1918 et s’accélère après la Seconde Guerre mondiale quand la loi « portant statut organique de l’Algérie » du 20 septembre 1947 reconnaît aux Algériens la citoyenneté française : dès lors, ce ne sont plus seulement des célibataires mais aussi des femmes qui franchissent en plus grand nombre la Méditerranée et s’installent en France, accompagnant ou fondant une famille… Pour en savoir plus sur Bm-lyon.

Agrégé et docteur en histoire, Marc André est chercheur associé au Larhra (Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes). Ses travaux portent sur l’immigration algérienne, la guerre d’Algérie et la justice militaire dans la France métropolitaine. Il a récemment publié Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation (ENS Éditions, 2016).

Parution du livre en décembre 2016 – Depuis les années 1990 le voile cristallise les débats politiques sur l’identité nationale et livre des femmes musulmanes une image partielle. Cet ouvrage cherche à donner plus d’épaisseur à leur présence dans la société française en s’intéressant aux premières d’entre elles : les Algériennes venues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Qui sont ces femmes ? Pourquoi traversent-elles la Méditerranée aux pires moments de la répression du nationalisme algérien ? Comment trouvent-elles leur place dans la société qui les entoure et leur rôle dans la guerre d’indépendance menée aussi en métropole ?

Grâce à une enquête orale approfondie, on les entend répondre à ces questions, on les découvre également au détour d’un fonds photographique public ou privé, dans le secret des archives judiciaires et policières, administratives et médiatiques. Leur mémoire inspire une parole vive et permet aux archives de parler à leur tour.

On comprend alors l’histoire partagée qui les amène à prendre parti dans une guerre souvent fratricide, à s’attacher à l’Algérie naissante autant qu’à trouver la forme d’une intégration singulière, loin des débats actuels qui les méconnaissent obstinément. L’écriture de cette histoire résulte ainsi d’une écoute, d’une patience et d’une réflexion sur les outils, sur les méthodes aptes à rendre visible la matière complexe des parcours de ces Algériennes pendant cinquante ans, en s’efforçant d’en préserver la vie.

Editeur Ens Lsh Lyon
Collection Sociétés Espaces Temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s