Une traversée du siècle – Marguerite Thibert, femme engagée et fonctionnaire internationale

 « 8 mars 1982, gare Saint-Lazare. En cette journée internationale des femmes célébrée en grande pompe pour la première fois par les pouvoirs publics, les nombreux voyageurs et voyageuses… sont invités à s’étonner des silences de l’histoire, à prendre conscience que les femmes ont un passé de luttes pour leurs droits, à découvrir « soixante femmes qui ont marqué l’histoire du féminisme »…

Les visages qui s’offrent aux passants sur les portraits géants .. sont pour la plupart inconnus … celui de Marguerite Thibert … La phrase qui lui est attribuée et qui est offerte à la réflexion de tous est la suivante : « La femme doit être créatrice dans la vie collective et non pas seulement génératrice d’enfants »

____________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 3 octobre 2017 – Femme engagée, socialiste, pacifiste, féministe et très active sur le plan professionnel, Marguerite Thibert (1886-1982) a traversé une bonne part du XXe siècle. Docteure ès lettres en 1926, elle devient fonctionnaire au Bureau international du travail, en charge du travail des femmes et des enfants, puis experte envoyée en mission dans les pays émergents, avant d’être en France une figure centrale du Comité du travail féminin.

Pour raconter la vie de cette femme exceptionnelle, Françoise Thébaud une démarche originale : elle propose une biographie impersonnelle et collective, qui aborde des pistes multiples. Avec Marguerite Thibert, nous comprenons l’histoire des communautés scientifiques de l’après-Grande Guerre et de la première génération de femmes diplômées, celle des organisations internationales, de leurs politiques de genre et de leurs programmes d’assistance technique après 1945, celle des féminismes dans leurs dimensions nationales et internationales, celle des configurations successives des socialismes et des pacifismes, celle des mutations sociales et politiques de la France d’après-Seconde Guerre mondiale, celle enfin du monde global, dont la protagoniste se sentait solidaire. Un parcours et un ouvrage fascinants à tous égards.

Françoise Thébaud est professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon et chercheuse associée à l’Institut des études genre de l’université de Genève. Elle est également codirectrice de la revue francophone Clio. Femmes, genre, histoire, traduite en anglais depuis 2013, et membre de l’équipe Genre du groupe de recherche EHNE. Parmi ses dernières publications, outre la direction de numéros de Clio FGH. Écrire l’histoire des femmes et du genre (2007 ; traduction espagnole, 2013), La fabrique des filles (Textuel, 2010, avec Rebecca Rogers, réédition 2014), La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte (codir. avec Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, 2010), Les femmes au temps de la guerre de 14 (Payot, 2013). Elle a également codirigé, avec Isabelle Ernot, les entrées « Historiennes » du Dictionnaire universel des créatrices(Éditions des femmes, 2013). Elle a écrit la biographie de Marguerite Thibert (1886-1982), docteure ès lettres, pacifiste, féministe, socialiste, et experte du travail des femmes au Bureau international du travail à Genève.

Éditeur : BELIN

Collection : Histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s