Le cul de la femme (Pierre Louÿs)

20770098_1524118944274890_4146265201366574937_n

1892, Pierre Louÿs, alors jeune poète, accumule, quand il ne les réalise pas lui-même, des photographies, érotiques voire pornographiques. Méticuleux, il lui semble indispensable de mettre en fiche tout ce qui concerne la sexualité. Il se consacre à la partie de l’anatomie féminine qui le fascine le plus, Le Cul. Louÿs choisit un album de photographies à la reliure assez ordinaire. De sa plume il calligraphie les descriptions des poses, les découpe, les colle en haut de chaque page, classe ainsi avec soin ses photographies, les ordonne, définit les positions des modèles : « Retroussée », « Debout », « Hanchant », « Debout une jambe levée », « Position genou-pectorale », « Accroupie », « Suspendue »… Après son décès en 1925, l’album est cédé et passe de main en main pour finir chez un libraire qui « a le client » : Michel Simon, qui comme Louÿs, amasse une collection unique autour de la pornographie. Au décès de l’artiste, il arrive entre les mains d’un libraire parisien spécialisé, Alexandre Dupouy. La manufacture de livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s