Ma vie d’esclave chez les mormons

Dix ans après son mariage, dans un cas historique qui a secoué la nation américaine et mené à la réécriture des lois, Ann a divorcé de son puissant mari mormon, prétextant la négligence et les traitements cruels.

En 1876, Ann Eliza a publié une autobiographie intitulée « Wife n° 19 ».

Elle explique la raison de son écriture : « Si j’entreprends la rédaction de cet ouvrage, c’est pour montrer au monde le véritable visage du mormonisme et dénoncer les pitoyables conditions de vie de ses femmes, réduites au pire esclavage qui soit. Ce n’est pas seulement leur corps qui leur est ravi, mais également leur âme. »

Son autobiographie est un document poignant révélant comment Brigham Young, président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, et d’autres hommes mormons vivaient à la tête de nombreux ménages, visitant leurs femmes tour à tour, devenues de véritables servantes.

Ann Eliza Young a parcouru les États-Unis pour expliquer la dégradation de la polygamie et du mormonisme, mais aussi pour révéler la véritable personnalité de Brigham Young lui-même. Elle a témoigné devant le Congrès américain en 1875. Ses remarques ont contribué à un passage de la loi qui a réorganisé le système judiciaire du territoire de l’Utah, aidant le gouvernement fédéral à poursuivre les polygames.

Le mot de l’éditeur : En 1876, après être parvenue à s’échapper de la secte mormonne, Ann Eliza a publié une autobiographie intitulée « Wife n ° 19 ». Elle explique son «  désir de montrer au monde ce que le mormonisme est vraiment ; l’état pitoyable de ces femmes, détenues dans un système de servitude plus cruel encore que l’esclavage africain, car il prétend détenir corps et âme ensemble ». Son autobiographie est un document poignant révélant comment Brigham Young, chef de l’Église mormonne toujours très importante dans le monde, et les hommes mormons vivaient dans des ménages qui étaient essentiellement des harems, en utilisant leur religion pour justifier ce qui équivaut à de l’esclavage sexuel. Les femmes mormones sont contraintes encore aujourd’hui de partager leur amour et de souffrir en silence.  Ann Eliza Young, dont le divorce est un cas historique qui a secoué la nation américaine, a parcouru les États-Unis pour expliquer la dégradation de la polygamie et le mormonisme. Elle a témoigné devant le Congrès américain en 1875.  Son témoignage a contribué à la promulgation de la loi qui a réorganisé le système judiciaire américaine aidant le gouvernement à poursuivre les polygames

Éditions Jourdan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s