L’Ombre de la Sainte-Victoire

9782258143630

Parution du livre en mai 2017 – Entre joies et drames, le retour dans sa terre natale, au pied de la montagne Sainte-Victoire, d’un médecin et de sa fille adoptive.

A cinquante ans, après une longue carrière outre-mer, le médecin Bertrand Larivière revient dans sa propriété de Sauveterre, au pied de la montagne Sainte-Victoire, accompagné de Lan, une orpheline indochinoise qu’il a adoptée. Au village, l’accueil n’est pas à la hauteur de leurs espérances : l’enfant et son père doivent faire face à la méfiance et à l’hostilité des habitants. La jeune Lan, devenue Bénédicte, cherche le réconfort dans les splendeurs éclatantes de la campagne aixoise. De sa rencontre avec un célèbre peintre vont naître une belle amitié et une certitude : c’est à l’ombre de la Sainte-Victoire que sa vie se joue désormais.

Collection Trésors de France aux Presses de la Cité

9956626019d52110383038373433373831363537Jean-Max Tixier ( Crédit photo : © Jean-Max Tixier © Monique Charles) est né à Marseille. Il entreprend un long et brillant parcours universitaire (en sciences et en lettres modernes) qui s’achève en 1978 par une thèse de doctorat intitulée Pour une logique poétique, sur les rapports entre la poésie et les mathématiques. Féru de littérature depuis son plus jeune âge, il s’essaie très tôt à la poésie, une passion qui ne se démentira jamais.

Parallèlement à sa carrière d’enseignant, qu’il débute en 1962, Jean-Max Tixier mène de front une prolifique activité journalistique et littéraire. Son premier recueil de poèmes, La Poussée des choses, paraît en 1967. De nombreuses publications – tous genres confondus – suivent, couronnées par de nombreux prix (entre autres les prix Louis-Guillaume et Antonin-Artaud). Jean-Max Tixier collabore à plusieurs revues littéraires, comme Encres vives, Sud, Europe.

Il devient de 1968 à 1980 secrétaire régional de l’Union des écrivains. Homme de lettres accompli, il s’essaie avec bonheur à tous les genres : poésie, roman, conte, essai, critique, nouvelles. Il se fait connaître du grand public en collaborant dès 1989 aux ouvrages du célèbre commissaire N’Guyen Van Loc, alias « le Chinois ». Mais c’est dans un registre plus personnel et plus littéraire que Jean-Max Tixier révèle l’étendue de son talent. En témoignent ses nombreux recueils de poèmes.

Fier de ses origines provençales, il aime à dire : « Ma terre, je la porte à l’infini. » Aussi est-il très heureux d’avoir reçu en 1994 le Grand Prix littéraire de Provence pour l’ensemble de son oeuvre (qui compte une soixantaine d’ouvrages).

Jean-Max Tixier meurt en 2009 à l’âge de 74 ans.

14720428_1408700452473782_5510761753773663088_n

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s