Marguerite Steinheil, surnommée la « Sarah Bernhardt du prétoire »

Le dimanche 31 mai 1908, dans une maison du XVe arrondissement de Paris, on retrouve le corps sans vie d’Adolphe Steinheil et de sa belle-mère, Mme Japy. Seule la maîtresse de maison, Mme Steinheil, a été épargnée, ligotée sur son lit. Marguerite Steinheil décrit ses agresseurs : trois hommes barbus habillés de noir et une femme rousse. Ces derniers cherchaient de l’argent… Photographie à la une, bande défilante : Marguerite Steinheil dans le box des accusés. Ses attitudes lui valurent d’être surnommée la « Sarah Bernhardt du prétoire. »

Pour en savoir plus voir le billet publié le 16 décembre 2016 sur le site de l’émission europe1

Crimes, faits divers, histoires inquiétantes ou étonnantes, Christophe Hondelatte propose aux auditeurs d’Europe 1 de revenir durant une heure, sur les aventures humaines et les histoires vraies qui ont marqué la France, en les ponctuant d’archives de la station.

Référence bibliographique : « L’affaire Steinheil » de Frédéric Delacourt (De Vecchi, 2006)

31 mai 1908. Dans un immeuble du XV° arrondissement de Paris, un domestique découvre les corps sans vie du peintre Adolphe Steinheil et de sa mère, Émilie Japy, tous deux apparemment étranglés. L’épouse du peintre, Marguerite Steinheil, est retrouvé ligotée sur son lit. Se contredisant dans son témoignage et ses dépositions, la veuve Steinheil est accusée Son passé de courtisane est révélé, et la presse relate les épisodes de sa vie sulfureuse, en particulier sa liaison avec le président Félix Faure, mort dans ses bras. Le procès va durer dix jours et passionne le public. Femme au grand pouvoir de séduction, elle tient tête au président, mais s’évanouit dès que les questions se font pressantes. Frédéric Delacourt retrace les circonstances étranges de ce double meurtre – dont le mystère reste entier -, les rebondissements du procès, les incidents d’audience et, surtout, la personnalité hors du commun de la Veuve Rouge.

Frédéric Delacourt diplômé de lettres, est enseignant, traducteur et auteur. Il s’intéresse particulièrement aux affaires judiciaires qui ont marqué l’histoire contemporaine, à leur déroulement et à leurs liens avec les phénomènes sociologiques d’une époque.

  • Éditeur : De Vecchi (25 avril 2006)
  • Collection : Grands procès de l’histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s