« L’Assassin habite dans le 47 », Jean-Michel Amand s’invite sur le carnet de l’histoire de la justice, des crimes

 Après avoir commis d’innombrables  » petits meurtres » sur le prestigieux site de l’E.N.A.P., Jean-Michel Amand  s’invite à partir de ce jour sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des pour nous présenter les émissions réalisées dans  » l’Assassin habite dans le 47″ sur RADIO BULLE 93.6.

C’est avec un vif plaisir que nous mettons en ligne les premières émissions réalisées par un ami  de la Revue Criminocorpus – CLAMOR –

« Buvons, rions, chantons…

Et que l’aurore nous trouve encore en plein labeur !

L’affaire Anne Bataille – Le novembre 1820 à 6H30, le couteau de l’exécuteur des arrêts criminels, Joseph PAVOT, Monsieur d’Agen, tombe sur la nuque d’une femme de 36 ans. Son nom, Anne BATAILLE. Son crime…avoir tenté d’empoisonner son mari incarcéré à la maison centrale de Eysses en lui apportant des victuailles dont une saucisse copieusement truffée de grains d’arsenic. Même si les présomptions sont fortes à son égard, les éléments de preuve sont assez faibles. Mais en cette période de la Restauration qui est celle aussi des mœurs, ne fait-on pas aussi « payer » à cette femme, sa vie libre et un amant de onze ans plus jeune qu’elle ?

L’affaire Massartiq, sœur Alphonse en religion  – Au mois de mars 1899, le paisible village d’Auriac près de Duras va connaître une affaire qui va le couper en deux clans qui s’opposent farouchement. En cette période où la guerre idéologique entre républicains bouffeurs de curés et les partisans d’une France, fille aînée de l’Eglise est à son comble, cette affaire tombe à pic…en tous cas pour les premiers. Une sœur de l’école congrégationniste est accusée de turpitudes sexuelles sur les personnes de jeunes élèves…de petites filles âgées de 5 à 12 ans. Leurs témoignages sont unanimes et accablants pour la sœur qui prend la fuite… L’épilogue de cette affaire qui finira devant la cour d’assises du Lot et Garonne est étonnant !

L’affaire Caroline Nobile – Cette affaire qui date de 1991 aurait pu être celle d’une tragique erreur judiciaire. A CLairac, un père se voit accuser du meurtre de sa fille Caroline 18 ans. Il se défend mal et finit même par avouer le crime. S’ensuit une bataille judiciaire épuisante mené par l’avocat agenais Michel Gonnelle. Dix ans plus tard, en 2001, presque par hasard, le véritable meurtrier de Caroline est retrouvé…il s’agit d’un des pensionnaires d’un centre d’aide par le travail .Malgré ses déficiences mentales, il est condamné à 15 années de réclusion criminelle.

Affaire Robert Luong  – Le 25 octobre 1979 en soirée, Robert Luong est abattu au pied de son immeuble par deux hommes qui s’avéreront être en service commandé. Robert Luong, paisible artisan de Sainte Livrade va tenter sa chance au Congo. Il y fait la rencontre de Marie-Joséphine Bongo…la femme du président Omar Bongo dont il devient l’amant. On devine aisément la suite de cette affaire étonnante qui va vite devenir dans la France giscardienne une affaire d’Etat.

Affaire Garçin/Laghi  – Parisiens contre Marseillais…non, nous ne sommes pas au Stade Vélodrome ou au Parc des Princes mais à la colonie pénitentiaire d’Eysses en 1908.Son surnom de « maudite » va encore une fois tragiquement illustré ce que fût la vie, parfois courte, de ces adolescents dits incorrigibles ! Une rivalité imbécile de ceux qui sont nés quelque part va entraîner la mort d’un garçon de 17 ans, le foie perforé d’un coup de tisonnier rougit à blanc !

Affaire Jacques Boulou – Une affaire de parricide en cette année 1907 ou comment un paisible garçon, honnête et travailleur, mari aimant et ami apprécié, va froidement abattre à coup de fusil de chasse ses père et mère dont l’instruction révélera qu’ils étaient des Thénardier des champs aussi avares que méchants.

L’Affaire des cinq de Monbahus – Affreux, sales, méchants et on pourrait aussi ajouter…bêtes à manger du foin ! Ce sextet criminel infernal va, en 1921 par cupidité, assassiner dans d’affreuses conditions un couple de paysans septuagénaires. Le chef de la « meute », Guillaume Brugères, appelé improprement « Le Plaisant » avait vendu quelques années avant, son épouse à son frère qui n’en trouvait pas contre un cochon, un fusil de chasse et… deux sacs de pomme de terre ! L’épouse n’y avait trouvé rien à redire. Le plaisant et l’un de ses complices seront condamnés à mort par la cour d’assises du Lot et Garonne mais sauveront miraculeusement leurs têtes par la grâce présidentielle que leur octroie le président Alexandre Millerand. Les deux condamnés décéderont, chose étrange, à quinze jours d’intervalle (les 1er mars et 2 avril 1923) au dépôt des forçats dans la citadelle de Saint-Martin de Ré. Les quatre autres complices, dont trois femmes mourront tous sur leurs lieux de détention : deux femmes à la centrale de Montpellier, une autre à celle de Rennes quant à Martineau Brugère le frère du Plaisant, il décédera au bagne de Guyane en 1940.

L’affaire Alice Crespy –  Nous sommes le 17 janvier 1913 au N° 20 de la rue Fonnouvelle à Agen, à l’ombre du couvent des filles de Marie dans une maison bourgeoise. Un coup de feu claque, un homme s’effondre… c’est un prêtre, l’abbé Chassaing. Suicide ou meurtre ?

La seule témoin de la scène l’affirme, c’est un suicide mais reconnait bien vite que l’homme est aussi son amant. Son nom ? Alice Crespy, poétesse, romancière mais surtout femme fantasque qui, malgré un âge de maturité n’a pas renoncé au grand amour. Alors que tout l’accable, Alice Crespy nie et parle plutôt d’aide à une sorte de suicide altruiste. Son avocat, maître Dauzon de Noyer du barreau d’Agen va réussir le tour de force de convaincre les jurés de l’innocence de sa cliente.

L’affaire Pierre Delafet – Un sextuple assassinat dont deux parricides et deux infanticides commis en 1932 à Moirax (Lot et Garonne) par un homme, Pierre Delafet qui ne donnera aucune explication sur les raisons d’un acte meurtrier aussi…radical ! Les experts ne décèleront chez lui aucune pathologie mentale, le quasi mutisme et l’apparent détachement que Pierre Delafet affichera durant l’instruction et le procès n’aideront pas juges et jurés à cerner cette personnalité énigmatique. Rejugé par la cour d’assises de Bordeaux après un arrêt de cassation de son premier jugement, Pierre Delafet tombera sous le couteau de la Veuve. Anatole Deibler était encore à cette époque l’exécuteur des arrêts criminels.

L’affaire Fayçal Mesfaoui – Un couple qui se dispute après une soirée au restaurant, madame qui quitte brutalement la voiture pour rentrer à pied. Un mari ne sachant plus quoi faire et qui suit son épouse au volant de la voiture au pas, feux de détresse clignotants. Derrière, un autre véhicule qui arrive à vive allure et que celle de Jean-Louis Fillol gêne dans sa progression. Coup de frein rageur, on s’arrête, on s’embrouille, on s’insulte sûrement. Un coup de boule puis, par derrière, un magistral coup de couteau qui tranche nette la moelle épinière du malheureux qui va mourir sur le macadam du Pont de Pierre à Agen. Un assassin en fuite au Maroc dont il possède la nationalité. S’ensuivront plus de dix années d’imbroglio judiciaro- diplomatique avec le régime chérifien avant que justice ne soit rendue…enfin !

L’affaire Dany Leprince – Un quadruple assassinat à Thorigné sur Dué dans la Sarthe celui de Christian et de Brigitte Leprince et de leurs deux petites filles Sandra et Audrey. Un suspect qui avouera assez vite, le frère, Dany Leprince lequel rétractera ses aveux devant le juge d’instruction. Une épouse qui suggère, une fille qui voit son père brandir une feuille de boucher…était-ce un rêve ou était-ce bien réel ? Des témoignages contradictoires, des reniements, des mensonges, un suicide feront de cette affaire une des plus complexes de ces trente dernières années. Elle trouvera son épilogue dans le Lot et Garonne, un épilogue lui aussi…à rebondissements !

Pour écouter les émissions L’ASSASSIN HABITE DANS LE 47 radiobulleagen

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nPhilippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s