Archives mensuelles : mars 2017

« Si je reviens un jour » – Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky (webdocumentaire)

PAR · PUBLICATION 30 MARS 2017 · MIS À JOUR 30 MARS 2017

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz. Ils n’en reviendront pas.

Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille. À partir des documents de Louise, elles ont pu retrouver des témoins, des cousins éloignés et des anciennes élèves. Ce webdocumentaire raconte ce travail de mémoire, qui les mènera jusqu’à Jérusalem. Il rend enfin la parole à Louise, une élève particulièrement douée, qui n’a pas pu vivre l’existence brillante à laquelle elle semblait destinée…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de france24.

14202505_10153913111958997_5340671264576049993_n

Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 208 608 visites et 3 590 384 pages vues au 27 février 2016

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

« La dame du Jeu de Paume », Rose Valland

Rose Valland (1898-1980) est, sous l’Occupation, attachée de conservation bénévole au Jeu de Paume. Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, ce musée d’avant-garde servit d’entrepôt aux milliers d’œuvres spoliées par les Nazis. Rose Valland y inventoria secrètement chacune des œuvres volées et envoyées vers l’Allemagne par le commando Rosenberg. Après la guerre, grâce à ses carnets, elle fit rapatrier près de 30 000 oeuvres d’art. Cette femme, ouvertement homosexuelle et féministe, s’est battue toute sa vie pour la restitution de ces œuvres à leurs propriétaires ou héritiers, notamment par la création du MNR (Musée Nationaux Récupération) dont la base de données porte aujourd’hui son nom.Contribution de Marie Martin. invisibilisees
————————————
Rose Valland (1898-1980) is a Jeu de Paume volunteer conservation assistant under the Occupation. Throughout the Second World War, this avant-garde museum served as a warehouse for thousands of artworks despoiled by the Nazis. Rose Valland secretly invented each of the works stolen and sent to Germany by the Rosenberg commando. After the war, thanks to her notebooks, she brought back nearly 30,000 artworks. This woman, openly homosexual and feminist, has fought all her life for the restitution of these works to their owners or heirs, notably by the creation of the National Recovery Museum whose database now has her name.Contributed by Marie Martin.invisibilisees

Exposition « Ciao Italia » : ces immigrés italiens qui ont fait la France

Ils étaient des macaronis ou des ritals. Maçons, femmes de ménage, ouvriers agricoles, arrivés par milliers de leur Italie natale. Puis sont venus Yves Montant, Lino Ventura, Marcello Mastroianni, autant de figures qui font aujourd’hui partie intégrante de notre paysage culturel. « Ciao Italia ! », une histoire de l’immigration italienne à découvrir au Musée de l’Histoire de l’immigration à Paris.

L’histoire est pleine de contradictions et de rebondissements. Quand ils ont commencé à immigrer, fuyant le fascisme ou la misère, les italiens étaient en France « des étrangers ». Parfois des sâles étrangers, des « ritals » comme on disait de manière désobligeante, qui tentaient tant bien que mal de s’intégrer dans la société française. La xénophobie n’est hélas pas une invention moderne… Illustration à la une © Angelo Tommasi (1858-1923), Gli emigranti, 1896 Huile sur toile, 262 × 433 cm © Rome, Galleria Nazionale d’Arte.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Hélène Prono le 30 mars 2017 sur le site culturebox

Le marié de la Saint-Jean d’Yves Viollier

PAR · PUBLICATION 29 MARS 2017 · MIS À JOUR 29 MARS 2017

« Le roman vrai d’une intégration, avec grande justesse et sincérité. Une histoire d’exil et d’accueil qui nous bouleverse ».

Parution du livre le 6 avril 2017 –  1977. Le mariage de Zhida se prépare à la Gallifrère, la belle ferme de ses futurs beaux-parents, près de Luçon. Zhida, jeune Chinois du Cambodge, Français « banane » comme il dit –  jaune à l’extérieur – a dû partir, seul, pour la France à l’âge de huit ans avec son petit frère, et aller en pension à Romilly. Son père, tout juste arrivé de Hong Kong, et son oncle, qui a pu échapper aux Khmers rouges et émigrer en France, seront là pour son mariage. Au cœur des trois nuits étouffantes de plein été qui précèdent la fête, Zhida revit l’histoire de sa merveilleuse rencontre avec la rousse Gabrielle, qui l’a choisi sur les bancs du lycée. S’invitent aussi dans ses souvenirs l’enfance, que l’exil a rendue douloureuse, l’adolescence et la jeunesse précaires. Et c’est à sa mère, la grande absente, disparue dans les ténèbres de la barbarie, que ses pensées reviennent, elle dont le sourire fragile va l’accompagner jusqu’à l’autel.

Yves Viollier est né en Vendée, région qui lui a inspiré plus d’une dizaine de romans, dont Les Deux Ecoles, Même les pierres ont résisté (prix Charette), Les Sœurs Robin (prix du Roman populaire, adapté pour la télévision avec Line Renaud et Danielle Lebrun), Les Pêches de vigne et Les Saisons de Vendée. Il a obtenu, entre autres, le prix Charles-Exbrayat pour Les Lilas de mer et le Grand Prix catholique de littérature pour L’Orgueil de la tribu. Il est critique littéraire à La Vie et se partage aujourd’hui entre la Vendée et la Charente.

Avec les auteurs de la collection de France laissez-vous guider sur les chemins romanesques.

14720428_1408700452473782_5510761753773663088_n

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice 

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France 

Collection Terres de France l Accueil

Une femme dans la Résistance

Parution du livre le 25 mars 2017 – Un cadavre est découvert, lors des travaux de rénovation d’une vieille ferme, dans une vallée à quelques kilomètres de la Côte de Granit rose. « Janine » – son pseudonyme dans la clandestinité –, institutrice en retraite, raconte ce que fut son rôle dans la Résistance. Elle est la seule encore en vie à savoir pourquoi un jeune homme a été enterré à cet endroit en 1944, et qui il est. C’est l’occasion pour elle d’évoquer, entre autres péripéties, comment elle est devenue agent de liaison d’un mouvement de résistance, comment elle s’est occupée d’aviateurs alliés en attente de rapatriement vers la Grande-Bretagne. On assiste aussi à une sombre affaire – l’assassinat d’un couple de résistants – qui ne sera élucidée que bien des années après la guerre. Il s’agit enfin d’une longue histoire d’amour née dans la clandestinité, vécue jusqu’au bout avec rage et passion. Un roman palpitant, un document passionnant…

La Gidouille – Éditeur de livres – Publier des ouvrages d’auteurs inspirés d’horizons divers, sans préjugé ni tabou. L’empathie avec les auteurs et l’émotion dégagée par le texte sont les seuls critères retenus.

Le choix va vers des romans, de préférence courts et denses, ou des nouvelles, qui côtoient les titres de la collection « Vive voie », récits de vies ou de tranches de vie méritantes, insolites, pittoresques ou remarquables, mais toujours enrichissants.

Alain Lozac’h, installé en Bretagne près de Saint-Brieuc, passionné d’histoire, est l’auteur d’une quinzaine de livres. Plusieurs de ses ouvrages sont consacrés au patrimoine et aux aventures maritimes (Ports de Bretagne, La Pérouse, Jim Hawkins).Le thème de la seconde guerre mondiale est également un de ses sujets de prédilection, qu’il traite à travers des domaines aussi variés que ceux de la Résistance, de la spoliation des œuvres d’art, des pilotes de la France Libre, etc.

Les bonnes adresses pour se dévergonder…

Paris malin, Paris coquin. Parfois, on aime bien s’encanailler. L’art se cache partout et le sexe ne fait pas exception. Qu’on le prenne avec légèreté, avec humour, avec passion… L’érotisme parisien n’a plus à faire ses preuves. Voici les bonnes adresses pour se dévergonder en toute simplicité…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site pariszigzag